Les libanais de Presella s’attaquent au marché mondial avec leur plateforme de billetterie/crowdfunding

Des spectateurs plus excités à l’idée de montrer leur ticket qu'à l'idée d'entrer dans la salle, ce n'est pas tous les jours qu'on voit ça. C'est pourtant ce qui c'est passé au concert de We Were Evergreen à Beyrouth en mars dernier. Pour l’une des premières fois, les libanais ont pu accéder à un évènement en montrant uniquement un QR code qu’ils avaient reçu préalablement sur leur téléphone. Ces heureux utilisateurs n'ont pas eu à passer en boutique récupérer leur sésame ; ils ont simplement acheté leur billet sur Presella.com.

Presella propose aussi la première plateforme arabe de…  crowdfunding d’évènements.

C’est Karim Muhtar qui a eu cette idée suite à sa frustration en tant que musicien beyrouthin de ne pas trouver de plateforme qui lui permette de mettre en place des concerts. Une fois accepté à l’accélérateur Seeqnce, il y rencontre Ali Koubeissi, Louay ElKadri et Walid Singer qui le rejoignent dans cette aventure. Karim a depuis quitté Presella pour se concentrer sur d’autres projets.

Quand la billetterie rencontre le crowdfunding

La mission première de Presella était d’offrir des billets pour des « évènements non-confirmés ». Un service qui vient à point pour les promoteurs et les artistes qui n’ont pas les fonds nécessaires pour organiser leurs évènements ou qui ne sont pas sûrs d’atteindre le nombre de spectateurs nécessaire. En effet, ces évènements non-confirmés ne sont confirmés qu’une fois qu’un nombre de billets défini au préalable par l’organisateur est atteint. Et comme sur les autres plateformes de crowdfunding, le client ne sera débité que si l’événement est confirmé.

Ceux qui ne rencontrent pas ces problèmes peuvent créer des « évènements confirmés », des évènements classiques mais avec une touche Presella : les organisateurs peuvent offrir des avantages et des réductions aux acheteurs les plus rapides comme des verres au bar, des tshirts, des albums ou des billets supplémentaires gratuits. Une stratégie gagnante sur tous les points. Les utilisateurs sont incités à prendre leur billet en avance et les organisateurs améliorent leur image - les clients satisfaits peuvent en effet partager une photo de leur cadeau sur Instagram ou tweeter à propos de leur boisson gratuite.

Une interface utilisateur qui convainc

Derrière le projet, une envie : créer une plateforme qui bénéfice à tous. L’équipe a donc planché sur une plateforme sûre et simple d’utilisation pour les organisateurs, et pas chère et simple d’utilisation pour les spectateurs. Aujourd’hui, les clients peuvent acheter à la livraison, avec l’option cash-on-delivery, avec leur carte de crédit ou au point de vente Presella à Hamra, Beyrouth. La mise en place du paiement en ligne, via la plateforme de paiement de la Bank Audi, a donné un vrai coup de fouet à Presella qui assure avoir vu une augmentation claire de ses ventes à cette occasion.

J’ai personnellement été agréablement surprise par la simplicité et l’intuitivité de la plateforme quand j’ai réservé mes billets pour le concert des Guns N' Roses (pour lequel, ils avaient réussi à obtenir l’exclusivité des ventes online !).

J’ai aussi été impressionnée par leur gestion du paiement... jusqu’à ce que mon paiement soit refusé... (Cela dit, j’avais pris mon billet deux semaines seulement après le lancement de la plateforme.) L’équipe a été très réactive et s’est immédiatement mise en quatre pour résoudre mon problème, alors même que j’avais effectué ma réservation de nuit. J’ai aussi eu mot de problèmes de livraison mais Presella assure qu’il ne devrait plus en avoir maintenant que la startup utilise Aramex.

Une chose est sûre, un bon service client est la meilleure des armes pour les startups et peut transformer les petits incidents du début en expériences positives.

Un objectif : le client

Le concert de GN'R était le 5ème événement organisé par Presella. Comme pour celui de We Were Evergreen, l’équipe était là pour accueillir les clients et recevoir leurs feedbacks. Cette présence sur place fait partie d’une stratégie claire de placement du client au cœur du service. Dans la même veine, l’équipe fondatrice a préféré lancer les différentes fonctionnalités au fur et à mesure des feedbacks reçus. Ils ont aussi utilisé le cash-on-delivery comme excuse pour aller à la rencontre de leurs utilisateurs en allant eux-mêmes livrer les billets. 

Pour Walid Singer, un des co-fondateurs, la satisfaction et donc le bouche-à-oreille suffiront à faire connaître le service. Pas de marketing donc,  « si les gens ont la chance d’essayer le service, ils ne voudront plus passer par un autre service. » 

Un service qui voit grand

Le revenue model de Presella est simple : chaque fois qu’un événement est confirmé, la  startup prend une commission de 2.5% plus 0.99$ par billet vendu. Pour être profitable donc, le service libanais va devoir développer son nombre de transactions.

Pour cela, ils planchent sur le développement de leur service dans le reste du monde arabe et en Europe. Ils ont déjà recruté des représentants en France, au Qatar et à Dubaï et cherchent activement des représentants dans d’autres pays et villes. Apparemment, le service a de quoi séduire l’étranger puisque des évènements en Allemagne et au Népal ont déjà été proposés !

Cependant, l’équipe ne doit pas oublier de se concentrer sur son produit. Trois services similaires ont été lancés aux US et au Brésil et aucun ne semble avoir réussi à attirer suffisamment d’utilisateurs. Alors que j’écris cet article, GigFunderPicatic et Queremos comptent seulement un événement en cours sur leur site respectif. Cela dit, leur concept est légèrement différent puisqu’ils ne proposent que des évènements en crowdfunding. Est-ce que le concept et l’exécution de Presella leur éviteront un sort similaire ?

Pendant ce temps, la startup prévoit de devenir plus sociale et mobile. « Nous voulons créer tout un environnement autour de la billetterie en ligne, explique Walid Singer. » Une appli est aussi en cours de développement.

Partager

Articles similaires