Le lancement du premier tablet café au Sénégal peut-il changer l’Afrique du Nord ?

Et si le futur d’internet reposait sur la popularisation des tablettes ?

C’est ce que croit Médoune Seck. Avec l’aide de Google, il a transformé son internet café sénégalais en tablet café, le premier dans le monde affirme Google, et l’a renommé Tablette Café, en toute simplicité.

Pour lancer ce nouveau programme, Google a fourni à Tablette Café 15 tablettes. Médoune Seck a gardé 3 de ses anciens ordinateurs, mais à en croire l’AFP, les clients leur préfèrent de loin ces nouvelles tablettes qu’ils peuvent utiliser confortablement assis dans un canapé ou dans une des 3 cabines privées lorsqu’ils souhaitent passer un coup de fil. Tablette Café est ouvert tous les jours de 8h à minuit au même prix qu’avant : 300 FCFA par heure (0,60$ US). 

Le lancement est, pour l’instant, un véritable succès. Certains utilisateurs viennent au café par curiosité, explique l’AFP, d’autres par choix car ils préfèrent les tablettes, plus facile et rapide à manipuler.

Médoune Seck assure que « les tablettes, ça va révolutionner l’Afrique, le Sénégal » puisqu’ils sont plus faciles d’utilisation. Tidiane Dème, responsable des activités de Google en Afrique francophone ajoute que les tablettes sont peut-être plus chères à l’achat que des ordinateurs fixes mais qu’ils  « consomment 25 fois moins d’électricité qu’un ordinateur normal, peuvent continuer à fonctionner quand il y a coupure de courant ».

Si cette expérience s’avère positive, quelles leçons pourra t’on en tirer ? Est-ce que les tablettes pourraient populariser internet en Afrique du Nord ? 

Fatim-Zahra Biaz, qui a récemment fondé New Work Lab, un espace de coworking à Casablanca, y croit. Selon elle, les tablettes « peuvent contribuer à démocratiser l'usage d'internet et devenir des outils très puissants via les applications qui pourraient révolutionner les domaines de l'éducation et de la santé.

Pour Mazen Helmy de The District, un espace de coworking au Caire, tout n’est pas aussi doré. Il voit le prix élevé des tablettes comme une barrière à leur adoption massive par les égyptiens, mais pensent qu’elles pourront changer la façon dont les internautes existants utilisent internet : « les tablettes peuvent permettre aux [egyptiens] qui connaissent et utilisent déjà internet de mieux y accéder. »

Cependant, Mazen Helmy acquiesce avec Fatim-Zahra Biaz sur le fait que les apps peuvent révolutionner l’éduction. « La facilité d’utilisation est une véritable valeur ajoutée pour les écoles où les étudiants peuvent étudier sur des tablettes plus que des ordinateurs classiques » appuie t’il.

Et vous ? Pensez-vous que les tabelles peuvent aider les habitants d’Afrique du Nord à utiliser à Internet ?

Credit photo : AFP, Seyllou

Partager

Articles similaires