[Opinion de lecteurs] Est-il bien raisonnable de cloner des startups dans le monde arabe ?

Cloner des startups étrangères n'est pas vraiment une pratique viable sur le long terme, mais ce n'est pas non plus une mauvaise idée. Alors, ou se trouve le juste milieu ?

Certaines startups du Moyen-Orient ont prouvé que cloner et adapter des startups ayant réussi à l’étranger était une bonne façon de se lancer. Livremoi, par exemple, est un  site de e-commerce qui a adapté le modèle d’Amazon (quand Amazon était encore une libraire en ligne) aux besoins locaux. Comme tous les autres sites de e-commerces de la région, Livremoi doit affronter le manque de confiance des internautes et les convaincre que payer sur internet n’est pas dangereux. Le marocain propose donc de payer par transfert bancaire, par chèque, en liquide ou en ligne via Maroc Télécommerce et tente de créer une relation de confiance en participant à des évènements offline. Des bonnes initiatives qui ne suffisent pas, le site perd de l’argent.

Livremoi est loin d’être le seul service qui a copié et adapté un site de e-commerce étranger. Le monde arabe possède son clone d’Amazon - Jumia lancé par Rocket Internet pour conquérir le e-commerce africain -, son clone de One Kings Lane - Wysada lancé en Jordanie par une équipe internationale - et même depuis peu son clone de Facebook - SocialPalz lancé au Yémen par un étudiant. 

Le manque de créativité condamne t’il ce modèle à l’échec ou permet-il d’ouvrir la voie à d’autres sites et de créer des emplois ?

Nous avons posé la question à nos lecteurs sur Facebook et voici leurs réponses.

Oui au clonage !

Le monde arabe est un marché propice. « Quand une idée est développée dans la région, elle prend une nouvelle identité et peut durer sur le long terme, explique Abeer Bsoul. » Rami Osman acquiesce : «  Cela fonctionne partout. Pourquoi pas ici ? C’est une région comme une autre... C’est compliqué mais ça marche. »

La région a le talent nécessaire pour que cela fonctionne. La majorité des participants au sondage sont d’accord qu’une idée clonée peut marcher si elle est adaptée et localisée. « Une entreprise peut avoir du succès dans un pays, mais pas dans un autre. Cela dépendant de son business model et de s'il pourra toujours fonctionner après quelques changements, estime Samer Abu Arisheh. L'important, c'est de bien faire son étude FAS (Feasibility, acceptability, sustainability). » Pour d’autres ce qui compte c’est la passion, la vision et le travail de l’équipe.

Le clonage, une mauvaise idée.

Le clonage pousse au moindre effort. En copiant une idée qui a déjà fait ses preuves ailleurs, l’entrepreneur réduit son risque d’échec et s’évite la peine de devoir trouver une idée nouvelle. Othman Safarini ne voit pas ça d’un bon œil : « Certaines personnes ne veulent pas faire d’effort, alors ils copient une idée et l’adaptent. »

Là, je suis obligée de prendre la parole. Les entrepreneurs s'investissent énormément dans leur nouvelle entreprise, que leur idée ait déjà été testée ou pas. Le fondateur d’un clone ne se contente pas d’adapter l’idée, il doit aussi développer son service. »

Avant de rejoindre Wamda, je travaillais pour GoNabit, un site de deals quotidiens similaire à LivingSocial que ce dernier a ensuite acquit. Nous y travaillions aussi dur que dans n’importe quelle startup et le fait que l’idée avait déjà été testée ailleurs ne nous aidait pas à faire face aux problèmes propres au monde arabe. Cloner une idée n’est pas la solution de facilité.

Le clonage tue la créativité. Je suis d’accord sur ce point, on peut travailler dur et manquer de créativité. Nous avons besoin d’imaginer des modèles innovants que l’on pourra exporter. Ali Jawad pose la question qui fâche : les arabes vivant à l’étranger sont doués pour innover, alors pourquoi les entrepreneurs vivant dans le monde arabe se contentent-ils de ‘copier et coller’ ?

Personne n’a abordé le problème des mentors, pourtant ils peuvent aider les fondateurs à mieux executer leur idée et à prendre les bonnes décisions.  Si vous cherchez un mentor, je vous invite à lire cet article que nous avons publié en anglais sur comment trouver un bon mentor et à regarder les dates des Mix N’ Mentors ici.    

Catégorie Media

Pays

Partager

Articles similaires