Les geeks marocains revisitent le ftour

Au Maroc, les évènements geeko-startup ne s’arrêtent pas pendant le mois de Ramadan. Au contraire! Deux évènements incontournables dans l’univers du Web marocain s’y tiennent chaque année : le GeekFtour et le Ftour 2.0. A leur lancement, respectivement 2010 et en 2011, les deux évènements n’étaient que des moments de rencontre destiné à la Weboma, la communauté web marocaine, prenant place dans des cafés. Depuis ils ont bien grandi. Le Geek Ftour et le Ftour 2.0 ont rassemblé cette année, à eux deux, 500 passionnés de la toile autour de valeurs communes – le partage et la convivialité - mais dans des ambiances différentes.

Le Ftour 2.0, le ftour pour professionels du web

Organisé par le Social Media Club à Rabat le 17 juillet, le Ftour 2.0 se démarque par sa simplicité. Cet événement à taille humaine a regroupé une centaine de personnes, des professionnels le plus souvent. Les participants étaient invités, avant le ftour, à participer à des ateliers de team building variés - allant de la calligraphie à la musique en passant par du tennis - pour fédérer l’esprit communautaire. Les participants se sont ensuite retrouvés autour d’un ftour pour échanger et ont assisté à un spectacle musical.

Le GeekFtour, le rendez-vous des geeks de demain


Changement de contexte pour le GeekFtour. C’est à Casablanca, le 27 juillet, qu’Evento, une  jeune startup dont les associés sont encore étudiants, organise cet événement. A l’image de son organisation, le public du GeekFtour est plus jeune que celui du Ftour 2.0, avec notamment beaucoup plus d'étudiants

Le Ftour a rassemblé 400 personnes et a suscité un véritable enthousiasme. Avant le ftour, point de calligraphie, mais un tournoi de jeu vidéo. Après le ftour, point de spectacle mais une série de conférences « Ignite ». Ce format international repose sur une succession de conférences d’une durée de 5 minutes chacune et faisant défiler 20 diaporamas de 15 secondes.

Dix intervenants se sont succédés sur des sujets aussi diverses que la Bitcoin, comment rendre le Maroc meilleur ou encore la langue du geek marocain (est-ce le français ou l’arabe ?). En guise de pauses entre les Ignites, un talent show était organisé et a permis aux participants de découvrir les talents de leur voisin de table. 

Une envie de partager contagieuse.

Pour la première fois cette année, un GeekFtour a été organisé à l’étranger, en Algérie. Le GeekFtour Algérie a réuni le 20 juillet 200 personnes à Alger. Combien seront-ils l’an prochain ?

La bonne nouvelle aussi, c’est que la Weboma ne se contente plus de l’axe Casablanca-Rabat. Elle veut aussi trouver sa place dans d’autres villes, comme Marrakech. Ce samedi 3 août, place donc à Webomarrakesh ftour, le premier ftour destiné à regrouper la communauté web, les développeurs, designers, étudiants et geeks.

Ce qu’il faut retenir de ces deux évènements, c’est l’envie et le besoin de partage que ressentent ces communautés web.

Développeurs web et mobile, marketeurs, journalistes, jeunes chefs d’entreprises, étudiants ont tous montré leur envie de changer les choses, de partager et de continuer à construire et consolider le monde du Web Marocain. 

Pour se développer, cette jeune communauté a besoin d’échanger, d’apprendre les uns des autres, et de se construire. Le GeekFtour et le Ftour 2.0 ont parfaitement relevé le 1er défi de l’échange. Reste maintenant les deux étapes suivantes : apprendre et construire.

Il est essentiel de mettre en place des moments de partage ayant un double objectif d’aider les acteurs de l’écosystème à apprendre des autres et à se construire une culture IT solide – comme les vendredit.com qui seront lancé demain -, et de continuer à instaurer des valeurs fortes comme le partage, le don de soi, et l'envie d'apprendre et de progresser.

Ces évènements pourraient permettre de faire passer les acteurs de l’écosystème de consommateurs de tendances à créateurs de tendances, de leur apprendre à décortiquer l'existant pour pouvoir construire de nouveaux services qui correspondent aux attentes locales des marocains.

Partager

Articles similaires