« Votre internet par sms » : en Algérie, ce service remplace les notifications

L’Algérie n’est pas connue pour la qualité de son internet. Le pays ne dispose toujours pas de la 3G, et d’après un classement effectué par Netindex, l’Algérie est le troisième pire pays au Monde en terme de vitesse d’upload ! Difficile dans ces conditions d’effectuer des tâches aussi simple que suivre l’actualité, vérifier la météo ou utiliser Twitter.

Quand les textos remplacent les push notifications

A ses débuts, en 2006, avant le lancement de l’iPhone, Twitter reposait sur une fonction de base : envoyer des tweets et recevoir des notifications par SMS. L’Algérie n’a jamais eu le droit à cette fonction. En 2011, Khaled Mouloudi, un étudiant en informatique à Alger, décide de rectifier ça et crée un site, TweetNotifier, qui lui permet de recevoir ses notifications par SMS.

En janvier 2012, suite au petit succès que son appli avait rencontré dans la twittosphère algérienne, Khaled décide de renommer son service ExpressNotifier et d’étendre à toutes les notifications d’informations utiles par sms, ce qui inclut les news, la météo ou encore les emails personnels.

Les utilisateurs peuvent se connecter sur le site d’ExpressNotifier et entrer les sites ou comptes Twitter et email dont ils veulent recevoir des notifications. Ils peuvent fixer un nombre limite de SMS et installer un filtre avec des mots clés pour ne pas être noyer sous les sms.

Suite à la demande de certains utilisateurs, Khaled a ouvert son API pour qu’ils puissent utiliser son service pour des fins personnels. Un utilisateur se sert ainsi d’ExpressNotifier pour recevoir des rappels relatifs à ce qu'il doit faire dans la journée, un autre pour recevoir des alertes quand des nouveaux épisodes d'une série sortent.

Le service repose à l’heure actuelle sur des flux RSS pour l’agrégation de contenu et sur l'interface webSMS pour l’envoi des SMS. WebSMS est un service qui permet d’envoyer des SMS vers les numéros du même opérateur gratuitement (mais incluant une courte publicité pour l’opérateur) à partir d’une plateforme internet. Ce service n’est offert que par deux des trois opérateurs algériens – Nedjma et Djezzy –, les 11 millions d'utilisateurs de Mobilis devront donc attendre pour profiter d’ExpressNotifier.

Pas facile de devenir entrepreneur

Pour l’instant, le service ne compte qu’un millier d’utilisateurs actifs, mais l’étudiant veut passer à la vitesse supérieure. D’ici quelques semaines, un nouveau site sera lancé, suivi, dans quelques mois, d’une appli mobile. En parallèle, Khaled Mouloudi veut transformer son hobby en activité professionnelle.

Pour cela, il faut créer une entreprise, ce qui n’est pas chose aisée en Algérie. « C’est vraiment un marathon de monter une entreprise, m’explique t’il en faisant référence à toute la paperasserie qui accompagne le processus. Moi et le marathon, ça fait deux, ça me démotive et me retarde. »

Il lui faudra ensuite s’occuper du marketing. Pour l’instant, ExpressNotifier n’a compté que sur le bouche-à-oreille sur les réseaux sociaux et sur sa présence à quelques évènements tech comme l’Algérie 2.0 pour trouver de nouveaux utilisateurs. Khaled, rêve d’affiches dans la rue pour faire la pub de son service ; à part ça, il ne voit pas trop ce qu’il pourrait faire d’autre.

Dommage car avec une population de 36 millions d'habitants, le service pourrait toucher beaucoup plus que mille utilisateurs. Le service a bien signé deux partenariats avec des médias de niche - Jam Mag, le blog sur les startups et la tech en Algérie, et Dyalna, un agrégateur d’info - mais ceux-ci ne lui permettent que de récupérer de l’information plus rapidement, et non d’obtenir de la visibilité auprès de leurs lecteurs. A quand d’autres partenariats plus utiles en terme de recrutement d’utilisateurs ?

L’objectif de tout cela est évidemment de monétiser le service. Dès qu’ExpressNotifier aura le statut d’entreprise, Khaled ne pourra plus utiliser WebSms, il devra donc payer chaque sms envoyé, mais il pourra ainsi remplacer la publicité de l’opérateur par sa propre publicité. Le message publicitaire ne dépassera pas les 35 caractères, mais l’annonceur pourra profiter d’une publicité ciblée. 

Un marché régional à explorer 

Pour réussir à convaincre les annonceurs, ExpressNotifier va devoir augmenter son parc d’utilisateurs. Pas forcément besoin d'un budget marketing : un peu d'inventité pour booster le bouche à oreille et les bonnes partenariats peuvent suffire. Par contre, il faudra aller vite ! Les opérateurs commencent déjà à s’intéresser à ce principe. Mobilis vient ainsi de lancer Facebook SMS, un système de SMS qui permet de recevoir des notifications,  actualiser son statut et commenter les statuts des amis.

Ce n’est pas une idée nouvelle, en Inde, U2opia a conquis 10 millions d’utilisateurs, en seulement trois ans, avec un service similaire. Evidemment, le service a un avantage, il travaille main dans la main avec Facebook offrant donc un service de plus grande qualité, prouvant l'importance des partenariats dans ce secteur.

Que cela soit en Algérie, dans le Moyen-Orient ou en Afrique, de nombreux pays comptent encore sur les SMS pour communiquer. Le marché régional est large, encore faut-il savoir le conquérir.

Partager

Articles similaires