#Let #The #Hypers #Hype, The Doers Will Do

Lire en

La semaine passée, j’ai eu un intéressant échange sur twitter avec le fondateur d’une des startups les plus prometteuses du Moyen-Orient, au cours duquel il m’exprimait son irritation face à toute la hype qui accompagne l’écosystème entrepreneurial au Moyen-Orient.  

Ce genre de hype est bien loin d’être limitée à la région, on la retrouve dans la plupart des écosystèmes startups du monde.

En réalité, c’est un bon signe. Je suis sûr que, quand vous étiez petit, vous aviez des modèles, des personnalités que vous essayiez d’imiter. Moi, c’était Micheal Jordan. J’avais des posters de lui dans toute ma chambre, je regardais des vidéos analysant ses meilleurs (et pire) mouvements, je collectionnais les cartes en son honneur (je les ai toujours d’ailleurs). J’essayais d’être comme lui, je voulais être lui.

C’est exactement ce qui se passe avec les wannabe entrepreneurs qui se disent entrepreneurs et qui mimiquent le mode de vie des « vrais » entrepreneurs qui ont fait leurs preuves.  A un certain moment, ces wannabe entrepreneurs vont devoir sortir de leur fantasme et passer à l’action. Certains deviendront des vrais entrepreneurs accros au boulot, d’autres continueront à fantasmer. Finalement, la seule conséquence de cette hype, c’est l’apparition de ces entrepreneurs dans le fantasme. Quoi qu’il en soit, il n’y a pas de raison de dénigrer cette hype.  

Let the hypers hype, certains deviendront des vrais entrepreneurs, d’autres non. Et pendant ce temps, les vrais entrepreneurs continueront de créer et de faire. Ce qu'il faut comprendre, c'est que le marché se fiche de cette hype ; il sait reconnaître les vrais entrepreneurs. C’est finalement la seule chose qui doit compter pour un entrepreneur : la réaction du marché.

Qu’en pensez-vous ?

Lire en

Partager

Articles similaires