Aramex, Google, PayPal et ShopGo lancent EZStore pour aider les commerçants à passer en ligne

Plus de 30 millions de personnes font des achats en ligne au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. En tout, d’ici 2015, ces achats représenteront 15 milliards de dollars, faisant de la région MENA un des plus gros potentiels à exploiter du monde. Pourtant, le e-commerce fait pâle figure comparé au commerce hors ligne traditionnel qui représente 425 milliards de dollars.

Pour aider les commerçants à vendre leurs produits en ligne, quatre acteurs majeurs du e-commerce dans la région, AramexGoogle, PayPal et ShopGo, ont lancé EZstore, une solution e-commerce qui offre à la fois une plateforme de vente en ligne personnalisable et des réductions, aussi bien sur les modules de paiement, la logistique que la publicité.

Cette solution, que ses créateurs décrivent comme une « boutique en ligne à risque minimal » ou un « guichet unique », offre des réductions de 100$ sur les services logistiques d’Aramex et des tarifications avantageuses, des bons d’achat de 300$ sur les campagnes AdWords de Google ainsi que 13 semaines d’assistance dédiée, en français, anglais et arabe, pour optimiser les nouvelles campagnes et trois mois de transactions PayPal gratuites. ShopGo, enfin, offrira la plateforme à 650$ la première année. 

« [EZStore permet] aux commerçants hors ligne de passer en ligne facilement, en s’appuyant sur les acteurs les plus spécialisés du milieu, » a résumé Tarek Abdalla, le responsable marketing de Google pour la région MENA, lors de la conférence de presse.

Mohannad Ghashim, le fondateur et PDG de ShopGo, a ensuite présenté les différents éléments et avantages de la plateforme, comme vous pouvez le voir ci-dessous. [Disclosure: Wamda Capital a investi dans ShopGo.]

En tant que président du conseil de Wamda - Wamda a joué un rôle de facilitateur dans ce partenariat - et vice-président d’Aramex, Fadi Ghandour a ouvert cette conférence en notant les nombreux défis que doivent affronter les startups e-commerce, allant des droits de douane élevés à la quasi obligation d’offrir le paiement à la livraison, tout en notant que « les indicateurs sont bons », affiramant cependant que « nous avons besoin que plus d’entreprises se lancent. »

Les représentants des quatre entreprises ont tous soutenu qu’ils n’avaient pas lancé EZStore uniquement pour augmenter leurs ventes, mais aussi pour exprimer leurs valeurs autant au niveau régional que mondial.

« C’est dans notre ADN que d’aider les petites entreprises à réussir sur le web », a expliqué Tarek Abdalla, admettant par la suite, à l’écart de la conférence, que ce lancement représente l'action la plus grosse, ou tout du moins officielle, de Google dans le secteur du e-commerce.

Francis Barel, le directeur du business development de PayPal en région MENA, a partagé ce sentiment : « Au départ, Google et Paypal n’étaient que des petites entreprises californiennes. Les gens ont tendance à oublier que nous avons cet idéal inscrit dans notre ADN. Pour nous, c’était la meilleure façon d’aider les entrepreneurs à passer en ligne. Nous nous devons d’investir en ce en quoi nous croyons. »

« Nous sommes à un moment déterminant », a confirmé Habib Haddad, le PDG de Wamda, faisant référence au fait que 110 millions d’habitants du monde arabe sur 400 millions sont en ligne maintenant.

Malgré la myriade de challenges auxquels doivent faire face les entreprises de e-commerce, c’est probablement l’un des secteurs les plus lucratifs de la région et les investisseurs ont fleuré la bonne affaire, ils ont investi plus de 110 millions de dollars dans les entreprises de e-commerce l’an dernier, soit 85% des investissements dans des startups de la région. Tous espèrent donc qu’EZStore va accélérer ce passage au online en faisant disparaître « la peur de l’inconnu », a expliqué Hassan Mikail, le directeur du  e-commerce d’Aramex. 

Comment EZStore sera t’il utilisé ? 

Après la présentation d’EZStore, les participants à la conférence ont assailli les représentatns de questions. 

- Est-ce que la plateforme sera  personnalisable ? – Dans un premier temps, la plateforme offrira 32 thèmes, a expliqué Mohannad Ghasim, six nouveaux thèmes seront ajoutés chaque mois.

- Est-ce que les dirhams émiratis (AED) seront-ils acceptés ? – La plateforme débitera en dollars US, a clarifié Francis Barrel de Paypal, mais les prix seront indiqué en monnaie locale.

- Faudra t’il avoir une licence commerciale pour utiliser le service ? – Oui, tous les utilisateurs doivent être immatriculés, même si c’est en free zone, a confirmé Hassan Mikail d’Aramex. Wassim Kabbara, le directeur retail de Google dans le Golfe, lui a emboité le pas, rappelant que c’est aux marchands de s’assurer qu’ils sont en règle. De leur côté, les quatre acteurs continuent d’œuvrer pour faciliter ces processus administratif, comme l’a rappelé Hassan Mikail.

Les entreprises présentes ont aussi répété qu'elles seront très strictes envers la contrefaçon et la contrebande : des  vérifications d’antécédents et des politiques de protections de clients sont déjà en place assurent Hassan Mikail et Francis Barel

- Combien d’utilisateurs espérez-vous convaincre ? – Plusieurs centaines cette année espère Hassan Mikail, rappelant que quand Aramex avait lancé une initiative similaire en Inde, 3 à 4 000 commerçants s’étaient inscrits. Les quatre partenaires espère que EZStore connaîtra un succès similaire, relativement au jeune âge du marché au Moyen-Orient.

Pour l’instant, EZStore se concentre sur les Emirats mais prévoit de s’étendre à d’autres pays de la région. Pour plus d’informations : http://www.ezstore.me.

Partager

Articles similaires