Les mentors du Mix N' Mentor Beirut ont trouvé la solution à 6 de vos problèmes

C’est dans une ancienne magnanerie – comprenez usine de soierie – réhabilitée, dans la banlieue de Beyrouth, que Mix n' Mentor a lancé son nouveau format.

Comme d’habitude, le moment fort de cet événement était les trois sessions en petit comité. Cette fois-ci, l’ambiance était plus intimiste puisque seulement six personnes étaient assises à chaque table et qu'elles disposaient chacunes de cinq minutes en début de sessions pour discuter des problèmes de leur startups avec les autres participants et les mentors avant de se lancer dans une discussion de groupe.

Six problématiques sont souvent revenues. Nous avons compilé les réponses des mentors :

Où se situe l'équilibre entre rendre service aux clients et travailler sur les projets qui me plaisent ?

Si vous êtes une startup dans le gaming - comme on a pu en voir plusieurs au Mix n’ Mentor Beirut - vous êtes probablement en train de tester plusieurs jeux tout en surveillant votre cash flow et en gérant vos revenus publicitaires pour tenir jusqu’à ce qu’un de vos jeux devienne un hit. 

Mais quand le financement manque – comme c’est souvent le cas dans le monde arabe – il faut se concentrer sur les services aux clients et la publicité. Comment faire pour combiner ces activités et le développement du produit ? Faut-il sacrifier sa vision de long-terme pour rester à flot sur le cout-terme ? 

Les mentors n’avaient pas de solution miracle à proposer mais ont rappelé que comprendre comment acquérir des clients était un enjeu clé. Ubisoft dédie 70% de son temps à tester ses jeux auprès d’utilisateurs et seulement 30% à développer des jeux. C’est une leçon à retenir quelque soit votre budget et votre secteur : comprendre ce qui donnera envie aux clients d’acheter votre produit est aussi important que comprendre ce qui le rend génial. 

Que veulent vraiment entendre les investisseurs ?

Ils ne veulent pas que vous leur disiez ce que vous pensez qu’ils veulent entendre (facile, non ?). Si vous n’êtes pas sûrs de ce qui pourraient les intéresser (pensez valeurs de l’entreprise, revenus ou utilisation de l’investissement), ne les approchez pas !

Et rappelez-vous, se concentrer sur un seul point permet de retenir l’attention des investisseurs, partenaires et clients.



Comment faire pour motiver mon équipe ?

Lors de la deuxième session sur le team building, plusieurs startups ont demandé des conseils pour que leurs employés continuent à travailler, efficacement, pendant de longues heures malgré des petits salaires, ou au contraire malgré le fait que leur salaire ait enfin été augmenté. 

Les mentors ont suggéré plusieurs options :

  • Offrir des stock options
  • Discuter avec les employés des problèmes rencontrés
  • Offrir des emplois du temps flexibles avec une approche par projet plutôt que par heure – une startup a même imputé son succès au passage à une semaine de 4 jours
  • Définissez des objectifs et organisez des sessions pour discuter de leur avancée
  • Séparez-vous des personnes pas suffisamment motivées

Evidemment, ses options ne correspondent pas à toutes les situations. Dans tous les cas, les mentors ont noté qu’un environnement de travail flexible doit être accompagné d’une grande organisation. Un ancien de Google a rappelé que si le groupe laisse ses employés consacrer 20 % de leur temps à des projets personnels, c’est qu’elle a mis en place une mesure de la performance très stricte. 

Faut-il sous-traiter ?

Les entrepreneurs étaient nombreux à se demander à quel point ils pouvaient/devaient sous-traiter leur développement, design etc. Les mentors ont été très clairs : il faut sous-traiter au minimum, surtout les ventes.

Néanmoins, dans certains cas, il est plus judicieux de sous-traiter. Il faut alors s’assurer que vous possédiez la propriété intellectuelle de ce qui a été créé, a urgé un mentor ; aucune entreprise ne souhaitera vous acheter si vous ne possédez votre propre technologie, a t’il expliqué.

Un autre mentor a ajouté qu’il faut éviter de sous-traiter afin que toute l’équipe soit raccord et partage la même vision, afin d’éviter des distorsions entre la production et les ventes, comme illustré dans le graphique ci-dessous d’Encyclopedia Britannica.



Comment trouver des partenaires si je n’ai pas encore beaucoup de clients ?

Ahh, la question éternelle de la poule et de l’œuf. Il n’y a pas de réponse vraiment. Il s’agit d’expliquer clairement la valeur ajoutée de votre proposition de partenariat, indépendamment de votre nombre d’utilisateurs. Être transparent sur vos analytics d’utilisateurs peut aussi aider, ont soutenu certains mentors.

Quelle structure légale dois-je choisir ? 

Là encore, pas de réponse simple, mais, au Liban, les mentors ont conseillé d’enregistrer leur propriété intellectuelle offshore (pour permettre, si le cas se présente, un rachat par une entreprise étrangère).  Les entreprises ayant besoin de conseils juridiques, peuvent bénéficier de réduction grâce à la WamdaCard

Et vous, quelle est la question que vous aimeriez proposer aux prochains évènements ?

Partager

Articles similaires