La société de gestion de fonds tunisienne qui investi en phase d'amorçage

 

Mise à jour du 3 janvier 2014 : Cet article a été corrigé pour prendre en compte de nouvelles informations.

La Tunisie est un pays très discret dont on entend peu parler à moins d’y habiter. Et même sur place, il semble que les entrepreneurs soient mal informés des solutions à leur disposition.

C’est donc avec surprise et excitation que j’ai découvert il y a quelques mois CAPITALease et Startup Factory, deux fonds de capital-risque tunisiens, les fameux VCs, investissant dans des startups en phase de pré-amorçage et d’amorçage, aussi discrets qu’insolites.

J’étais d’autant plus intriguée par ces fonds qu’ils semblaient aller à contre-courant de la situation actuelle. Maroc Numeric Fund (MNF), le principal VC marocain avait, en effet, décidé il y a quelques mois de stopper ses investissements en amorçage suite à des mauvais résultats, laissant le marché aux institutions gouvernementales telles que le Centre Marocain de l'innovation (CMI). 

Alors, Captial Ease et Startup Factory, optimistes, bienveillants, prêts à perdre de l’argent ou experts du domaine ?

Le capital-risque, une expérimentation pour les fonds d’investissement

CAPITALease est un fonds d'investissement en amorçage créé et géré par UGFS (United Gulf Financial Services), une société de gestion de fonds basée en Tunisie, en partenariat avec l'association Carthage Business Angel et la société WikiStartup, qui accompagne les startups tunisiennes.

Si le société de gestion de fonds a décidé, il y a deux ans, de s’aventurer dans le venture capital, c'est pour « expérimenter », m’explique Mohammed Frad, le PDG Afrique du Nord, et pour découvrir et faciliter l’investissement lors des secondes levées de fonds de ces entreprises. 

CAPITALease travaille en relation directe avec WikiStartup, une entreprise offrant des services d'accompagnement aux startups, notamment celles dans lesquelles le fond a investi. Participer à l'incubateur est payant  - UGFS n'a pas souhaité répondre à mes questions quant aux frais d'inscriptions pour les startups financées par CAPITALease.

WikiStartup propose une incubation de 3 à 9 mois, selon la startup, avec mentoring, formation et services d'incubation, puis un accompagnement à la levée de fonds dans une période de 6 mois à une année.

L’opérateur de téléphonie mobile Tunisiana a, lui aussi, confié à UGFS la gestion de son nouveau fond de capital-risque Startup Factory, auquel Tunisiana a dédié une équipe de trois personnes. Une aubaine pour UGFS qui mutualisent ainsi les risques, et pour Tunisiana qui montre ainsi son engagement pour le développement de l’économie du pays et la création d’emploi.

 Des moyens de plus en plus importants

Jusqu’à présent, Startup Factory avait été doté d’une enveloppe de 2,5M de dinars, soit 1,5MUS$, et CAPITALease d'un million de dinars, soit 600 000 US$. Les tickets offerts à chaque startup sont donc assez faibles, ils vont de 20 000$ à 70 000$. Il faut dire qu’UGFS a pour volonté de laisser aux entrepreneurs la majorité sur leurs startups.

Startup Factory devrait voir son enveloppe exploser prochainement suite à un investissement de QFF, le Qatar Friendship Fund qui a posé ses valises cette année en Tunisie. A côté de cela, plusieurs partenaires apportent leur contribution financière ou matériel dont Microsoft, Alcatel-Lucent, Google, Réseau Entreprendre.

Mohammed Frad reste mystérieux quant aux startups dans lesquels ils investissent. Tant bien que mal ais-je réussi à savoir que Startup Factory avait investi dans 9 startups et CAPITALease dans 3 et que Startup Factory espère financer 12 startups en 2014, et CAPITALease cinq.

Jusqu’à présent, les deux fonds étaient ouverts aux startups tunisiennes, travaillant dans le domaine des IT pour le marché national ou international. Avec l’arrivée du QFF au capital, Startup Factory devrait ouvrir ses portes aux startups de tous les domaines avec la seule condition que le concept soit innovant.

D’autre part, nous avons avons entendu dire que Tunisiana devrait ouvrir au premier trimestre 2014 un espace physique pour accueillir les startups financées.

Partager

Articles similaires