Êtes-vous plutôt un entrepreneur passionnel, rationnel, courageux ou chanceux ?

Qu’est-ce qui vous fait bouger professionnellement ? Votre cœur, votre cerveau, vos tripes, ou votre chance ?

Tony Tjan, un serial entrepreneur devenu VC, a fait passer à plus de 25 000 entrepreneurs un test psychologique afin de mieux comprendre comment fonctionnent les entrepreneurs à succès.

De cette étude, il a tiré quatre types de business leaders. S’il n’y a pas de recette secrète et qu’un type de leader ne vaut pas mieux qu’un autre, un chose est sûre : il est nécessaire d’être un peu de ces quatre types pour y arriver.

Les passionnés

Ces entrepreneurs sont à 61% motivés par la passion, ils ont à la fois poussés par :

- la passion qu’ils ont pour ce qu’ils font et le sens de cette mission,

- l’agape, ce concept grec qui fait référence au sacrifice d’amour, au fait de faire quelque chose qui mérite des efforts,

- la nuance, qui sépare un bon entrepreneur d’un très bon entrepreneur.

Les produits ou services de ces entrepreneurs se distinguent non pas par des raisons objectives et définissables mais par des émotions et des ressentis. C’est une question de qualité.

Un chiffre à garder en tête : d’après cette étude, 70% des startups ayant réussi ont commencé sans business plan précis. 

Les rationnels

Ils y arrivent car ils comprennent comment le monde fonctionne. Mais comme Tony Tjan le rappelle : il ne s’agit pas d’avoir l’intelligence du premier de classe, mais une intelligence pragmatique, il s’agit de tirer de son expérience et de celles des autres des motifs et des schémas (pattern recognition en anglais) qui permettront de prendre des décisions concrètes.

Les courageux

Il s’agit de ceux qui font des choses, qui ont le cran de se lancer – de commencer de zéro, ou encore d’embaucher et de virer -, de continuer sans baisser les bras et d’évoluer, de se réinventer après un succès ou un échec. 

Sans surprise, une personne sur trois de ce groupe est un serial entrepreneurs et 30% ont échoué et sont remontés sur selle.

Les chanceux

Si la chance, les rencontres fortuites, les opportunités inattendues n’arrivent pas à tout le monde c’est qu’il faut avoir la bonne attitude, un mélange d’humilité, de curiosité intellectuelle et d’optimisme, de voir ce qui pourrait marcher plutôt que ce qui pourrait échouer.

Pour Tony Tjan, il est important de savoir comment on fonctionne pour mieux travailler et devenir un meilleur entrepreneur. Il conseille de faire des tests psychologiques comme celui qu’il propose mais aussi de documenter sa vie (de noter ce qu’on voulait faire et ce qu’on a vraiment fait), d’écouter ses amis et mentors qui pourront dire ce que l’on ne veut pas entendre, de prendre du temps pour réfléchir à sa vie et ses motivations, et enfin de tirer les valeurs personnelles qui motivent l’excellence.

Vous pouvez visionner son discours à LeWeb Paris 2013 ci dessous :

Vous pouvez passer le test de Tony Tjan et son équipe en ligne pour découvrir quel type d’entrepreneur vous êtes. Je vous préviens, vous pourriez être surpris par les résultats, je sais que je l’ai été. A tel point que je prévois de lire le livre tiré de cette étude, Heart, Smarts, Guts and Luck.  

Partager

Articles similaires