Les diasporas tech, accélérateurs de croissance pour les startups arabes

Carte de la diaspora arabe. Credit : Wikipedia

Que ce soit à l’occasion du Rise Up Summit, la conférence dédiée à l'innovation et aux startups égyptiennes, ou à l’occasion du MENA Innovation DemoDay,  une série de pitchs devant plusieurs acteurs clés de la Silicon Valley organisé par la diaspora tech arabe installée en Californie et par plusieurs incubateurs du monde arabe, la diaspora tech d’origine arabe n’a eu de cesse de prouver son rôle stratégique au lendemain des révolutions socio-politiques déclenchées en 2011.

La diaspora tech, nouvel activateur de croissance pour les startups arabes ? Focus sur le modèle indien

C'est dans la Silicon Valley, à partir des années 90, que le "Diaspora Entrepreneurship" a commencé à voir le jour, emportée par la volonté des talents de la diaspora technologique indienne basée dans la Silicon Valley de bâtir des ponts technologique avec leur pays d'origine.

Fondé au début des années 1990 par des startupeurs, cadres sup et spécialistes de l'internet indiens vivant dans la Silicon Valley, Indus Entrepreneurs s’était fixé comme objectif de sensibiliser et de mobiliser la diaspora très qualifiée indienne présente aux Etats Unis, avec un objectif : contribuer au décollage économique - et notamment technologique - de la mère patrie.

Indus Entrepreneurs a depuis joué  un rôle clé dans le rattrapage technologique de l’Inde, en servant de “couloir” entre d’une part la Silicon Valley (innovation, financement, esprit d'entreprise), et d’autre part les besoins technologiques de la future Bangalore Valley (en faisant notamment de la sensibilisation pour inciter les firmes technologiques américaines à s'y installer), et a permis d’accélérer le positionnement numérique de l'Inde à l'international. 

Comment la diaspora tech arabe, installée dans les principaux pôles technologiques mondiaux nord-américains et européens, peut s'inspirer de la success story indienne ?

Une étude de 2010 portant sur le “Diaspora Entrepreneurship” dans les pays arabes proposait déjà des outils concrets pour renforcer les écosystèmes Startups des pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée (du Maroc à la Tunisie en passant par la Jordanie, l'Algérie, le Liban, l'Egypte et même la Syrie).

Fin 2013 et dans le nouveau contexte de la région MENA post-Printemps arabes, trois leviers d’action principaux permettent de connecter efficacement les écosystèmes startups des pays arabes à l'international, via la diaspora.

Comment les diasporas tech peuvent servir "d'accélérateurs" pour les startups arabes ?

Les diasporas tech arabes peuvent aider les startups de leurs pays d'origine à s'internationaliser et à se "plugger" aux différents écosystèmes de l'innovation, via 3 approches : le mentorat, le financement et en endossant un rôle de "connecteurs d'écosystèmes" Nord-Sud.

1. Par le coaching et le mentorat

9 projets de startups sur 10 échouent. Une loi à laquelle les écosystèmes startups des pays arabes peuvent difficilement échapper.

Le manque d'accompagnement en est souvent la première raison : avant même de parler de soutiens financiers, les porteurs de projets de startups ont d'abord et surtout besoin d'encadrement, de coaching et de conseils avisés venant de professionnels expérimentés : bien analyser les opportunités des marchés visés, se faire challenger sur son business model, penser international en amont, apprendre à pitcher et communiquer autour de son projet, etc.

La diaspora tech arabe regorge d'experts pouvant mentorer et conseiller les jeunes pousses du web. Cela peut se structurer directement sur internet (via Skype ou des outils collaboratifs permettant des interactions pour construire un Lean Canvas comme Strategyzer) ou en présentiel sur le terrain via des programmes d’incubation : Palinno en Palestine, Oasis500 en Jordanie, Berytech au Liban, GrEEK Campus en Egypte, etc. 

2. Par l'investissement et le partenariat

Autre moyen pour la diaspora tech de créer de la valeur ajoutée dans leur pays d’origine : l'investissement en devenant business angel.  Le talent de la diaspora peut aussi utiliser ses nombreux réseaux business à l’étranger pour accélérer l'internationalisation des jeunes startups arabes en apportant contacts, mises en relation et sans oublier de potentiels nouveaux clients. 

3. En jouant un rôle de "connecteurs d'écosystèmes" Nord - Sud

Un exemple concret : la multiplication de "business tours" dans la Silicon Valley  au profit de jeunes startupeurs venant du Sud, avec le soutien logistique et financier des talents de la diaspora vivant sur place, structurés autour de réseaux particulièrement performant comme TechWadi.

Il s'agit le plus souvent de les faire participer à des conférences sur l'innovation de type TechCrunch ou DEMO Days, de leur permettre de rencontrer des capitaux-risqueurs et des accélérateurs de type Plug&Play Tech Center ou Founders Institute, etc.

Très actif, TechWadi, véritable passerelle tech reliant la Californie aux pays arabes, a notamment contribué au lancement d'une compétition business plan avec le célèbre MIT dans le monde arabe et participe à l'organisation de Middle East Demo Day dans la Silicon Valley, de hackatons et de Startup Weekends dans les pays MENA.

 Grâce à leur double culture, les talents de la diaspora peuvent servir de facilitateur, aidant les fonds d’investissements du Nord à trouver des startups à très fort potentiel (par exemple doté d'un business model particulièrement disruptive et réplicable à l'international) dans la région MENA. 

Ces initiatives portées par la diaspora tech continuent chaque jour à se développer et à s'intensifier et cela en dépit des nombreux défis et incertitudes qui traversent aujourd'hui une grande majorité de pays arabes.

La multiplication des initiatives portées la diaspora tech arabe montre que l'engouement de la région pour l'entrepreneuriat et les technologies ne pourra aller qu'en se renforçant. Malgré les difficultés, rien ne pourra stopper la révolution startup qui saisit aujourd'hui l'espace MENA, accélérée par la montée en puissance de la diaspora tech arabe.

Pour prolonger le débat, Wamda est partenaire d'un évènement organisé par StartupBRICS, le premier blog en français sur l'actu startup des émergents, et Simplon.co, école web de codeurs-entrepreneurs solidaires. Cet évènement portera sur le paysage numérique et startups des pays arabes, et sera retransmis en direct en streaming le lundi 2 décembre 2013 (le lien sera mis en ligne sur la page Facebook de l'évènement).

Partager

Articles similaires