Anghami lance le premier service de streaming musical à 1$

Il y a un peu plus d’un an, George Audi, chef de la stratégie et du développement chez Anghami racontait à Wamda que la plateforme aspirait à devenir le plus grand catalogue en ligne de musique arabe et internationale au Moyen-Orient.

Depuis, cette plateforme de streaming disponible sur ordinateur et smartphone, conçue au Liban et desservant toute la région, tente de découvrir les véritables besoins des amoureux de la musique de la région. Le design a été repensé, ce qui a permis le lancement de nouvelles plateformes (Anghami est disponible depuis ce mois-ci sur iPad) et l’émergence de partenariats avec des labels qui augmentent son répertoire musical aussi bien que sa base d’utilisateurs.

Simplifier la vie des utilisateurs semble avoir été payant. Avec une offre de près de 4 millions de chansons (un chiffre qui devrait doubler d’ici 3 mois), Anghami a atteint depuis l’an dernier 4,3 millions de téléchargements dans le monde entier (des téléchargements ont été effectués dans tous les pays du monde, à l’exception du Vatican). La plateforme souhaite atteindre les 10 millions d’utilisateurs en 2014 et s’attend à une augmentation de 20% tous les mois pour cette année.

D’après Elie Habib, cofondateur et directeur technique de Anghami, l’Arabie Saoudite représente, non sans surprise, le plus gros marché de la plateforme, avec un million de téléchargements, suivi de près par l’Egypte. Partant du constat que les gens de la région ont davantage l’habitude de pirater la musique (plutôt que de la payer), l’équipe d’Anghami s’est efforcée de rendre l’achat le plus facile possible, considérant que le modèle de la souscription payante reste une bonne idée.

Anghami vient d’annoncer un partenariat avec Alfa, un des deux opérateurs téléphoniques les plus importants au Liban ; grâce à l’offre groupée Alfa - Anghami, service 3G et musique illimitée sont ainsi réunis.

Cette offre propose deux formules. Pour 1$ par mois, les utilisateurs Alfa peuvent écouter de la musique, transférer 20 chansons en hors-ligne et bénéficier de 150 MB de données 3G pour l’utilisation d’Anghami. Et pour 3,99$ par mois, les utilisateurs peuvent écouter toutes les chansons qu’ils souhaitent hors-ligne et bénéficier de 750 MB de données 3G.

En qualifiant la formule à 1$ par mois de « déstabilisateur d’industries »,  le PDG et cofondateur de Anghami, Eddy Maroun, affirme que « c’est une grande première dans la région, et la majorité des autres pays partout dans le monde, de combiner la musique avec la 3G à un prix si avantageux ».

Ce genre d’offre est intéressant pour la startup mais aussi pour les télécom. Habib nous explique : « les usagers se plaig,ent souvent du fait que cela revenait cher de payer la souscription à Anghami et à la 3G. Aussi, nous avons vu des opérateurs mobiles proposer des prix réduits à les jeunes consommateurs ».

C’est avec des des panneaux publicitaires qu’Alfa - Anghami a dévoilé sa nouvelle offre. Sur l’affiche, des artistes dont les fans, généralement jeunes, sont à même d’être accros aux smartphones : Nancy Ajram, Anthony Touma, et Shakira.  La startup compte dévoiler, dans les mois à venir, une campagne spots publicitaires pour le service hors-ligne encore plus agressive.

Ce n’était facile, au demeurant, de convaincre les labels partenaires que sont Rotana, Platinum Records, Mazzika, Melody, Universal, Sony, EMI, ou encore Warner, d’accepter de faire partie d’un service à seulement 1$. « Nous avons dû d’abord faire nos preuves avant de convaincre les labels », nous explique Habib.

Avant même sa sortie officielle, l’offre groupée fait déjà le buzz. Plusieurs milliers d’utilisateurs se sont déjà inscrits depuis les cinq derniers jours. Habib ajoute que « cela prouve que la demande est là ; tout ce qui reste à faire c’est lancer une offre à bon prix ».

La startup se penche actuellement sur le lancement de ce même modèle diruptive auprès de 14 opérateurs dans plusieurs pays de la région.

Monter des partenariats exclusifs avec des labels régionaux et mondiaux coûte très cher, ce qui compromet l’objectif d’Anghami de devenir durable d’ici un an. Habib ajoute qu’ils « espèrent commencer à faire des bénéfices en 2014 grâce au lancement de nombreuses campagnes publicitaires ».

« On s’en sort bien mieux que n’importe qui dans la région ».

Partager

Articles similaires