Chui, l’interphone intelligent né au Maroc qui pourrait conquérir les Etats-Unis

Voici une histoire inhabituelle, on y retrouve la ville de Dallas au Texas, le village de surfeurs de Taghazout au Maroc, un jeune politicien et un ancien joueur de football américain.

Contre toute attente, il ne s’agit pas d’un épisode d’une série télé de qualité, mêlant pétrole et scandales, mais d’une collaboration tech américano-marocaine qui a déjà fait l’objet d’articles dans CNET, VentureBeat ou encore Pando Daily.

Chui est un interphone intelligent qui permet de transformer votre smartphone en un interphone nouvelle génération : vous pouvez choisir d’ouvrir la porte ou de discuter avec votre visiteur à distance (depuis votre canapé si vous êtes du genre économies de pas, ou depuis votre serviette sur la plage si vous êtes du genre à voyager), mais surtout grâce à la technologie de reconnaissance faciale, Chui permet d’ouvrir automatiquement la porte de votre maison ou de diffuser un message pré-enregistré aux personnes de votre choix – pratique, pour se débarrasser d’un ex ou laisser rentrer des amis. De nombreuses autres fonctionnalités ont été développées, vous pouvez les découvrir dans cet article de VentureBeatqui aborde aussi les questions de sécurité. L’interphone est en pré-commande sur le site de Chui et sera livrée à l’automne 2014.

Entre Dallas, Casablanca et Taghazout

Shaun Moore, originaire de Chicago, et Nezare Chafni, originaire de Casablanca, se sont rencontrés à l’université SMU de Dallas. Shaun jouait à l’époque dans l’équipe universitaire de football américain de SMU, les SMU Mustangs, ce qui lui a appris à être déterminé et créatif, confie t’il. Leurs diplômes en finance en poche, Shaun retourne à Chicago et rejoint Merill Lynch tandis que Nezare retourne au Maroc et devient l’un des plus jeunes candidats parlementaires.

Après quelques temps, Shaun décide que ce n’est pas pour lui et prend un aller simple pour Casablanca pour développer, avec Nezare, un projet sur lequel ils avaient travaillés lors de leurs études.

Shaun et Nezare posent leurs valises pendant neuf semaines dans le village de surfeurs de Taghazout. « C’est un endroit où nous pouvons travailler et être à 100%, explique Shaun. A Dallas, où nous avons notre réseau, il y a plus de distractions. Le fait que nous puissions travailler dans un environnement où nous pouvons nous concentrer sur ce dont nous avons besoin a été très bénéfique pour la phase d’amorçage de notre entreprise. »

Ils ne sont pas les seuls à y avoir pensé, puisque les anglais de Maptia s’y sont aussi installés pendant leur amorçage, une expérience sur laquelle ils sont revenus sur Wamda.

Les deux cofondateurs sont ensuite repartis à Dallas pour profiter des ressources qu’avaient à offrir les Etats-Unis. Ils ont depuis deux semaines rejoint la première saison de l’accélérateur Boomtown, lancé à Boulder.

Ce déménagement avait notamment pour objectif de leur permettre de se rapprocher de mentors afin d’avancer sur les questions de marketing mais surtout de production et de distribution d’un produit hardware. Ils bénéficient désormais de l’accompagnement de conseillers qu’ils ont contactés de façon indépendante et de mentors rencontrés grâce à Boomtown. Cependant, Shaun tient à rappeler que se lancer dans du hardware n’est pas si compliqué : « c’est une question de volonté de s’éduquer. Il y a plein de ressources disponibles ; MIT et Harvard ont des cours gratuits [en ligne]. Il s’agit vraiment de comprendre son environnement et de trouver les bonnes personnes pour vous aider à naviguer dans cet environnement. »

Une nouvelle génération de crowdfunding

Comme tout hardware qui se respecte, Chui a été lancé par une campagne de crowdfunding. Cette campagne fait cependant partie d’une nouvelle génération de campagnes de crowdfunding qui se rapprochent plus de la pré-commande que du financement collaboratif.

Chui n’est pas passé par Kickstarter et son lent processus de sélection de projets, mais par Crowdtilt, une plateforme plus souple et rapide qui leur a permis de ne débiter les donateurs (ou acheteurs) qu’au moment de la livraison des commandes, un point important pour les deux fondateurs qui voulaient pouvoir repenser leur produit si les résultats de cette campagne l’exigeait. Chui a atteint son objectif en quelques semaines et a réussi à lever 35 422$ US pour un objectif initial de 30 000$.

Si la campagne n’avait pas rencontré le succès escompté, le duo aurait revu leur produit pour répondre à une demande commerciale, Chui pourrait en effet servir de serrure pour des lieux accessibles uniquement sur adhésion, comme les clubs de gym, ou pour vérifier la présence de certaines personnes, comme des employés ou des étudiants d’une classe.

Vous avez jusqu’au 20 avril pour commander votre Chui. Si vous rater la deadline, ne vous inquiétez pas, vous pourrez continuer de pré-commander votre interphone sur le site de Chui jusqu’au lancement officiel.  

Pour pouvoir travailler à temps plein sur leur idée, les deux cofondateurs ont pu compter sur leurs économies, puis sur une levée de fonds auprès de leurs amis et de leurs familles, et depuis quelques semaines sur l’injection de capital de leur accélérateur Boomtown. L’équipe, qui compte désormais deux employés à temps plein et quelques freelancers, tous basés au Maroc ou aux Etats-Unis, va prochainement lancer une première levée de fond pour aller plus loin.

« Nous sommes tout à fait ouverts aux investissements internationaux » appuie Shaun, convaincu que cela leur permettra de s’ouvrir à de nouveaux marchés. Avis aux intéressés.

 

Partager

Articles similaires