Les mentors du Mix n' Mentor Cairo apportent leur aide à un écosystème égyptien fragile mais bien vivant

L’entrepreneuriat, tout spécialement dans le monde arabe, est un parcours semé d’embuches, embuches qui touchent tout autant au légal, au développement, aux ressources humaines, au marketing, ou, challenge ultime, au financement.

Afin d’aider la communauté d’entrepreneurs égyptiens à trouver des solutions à ces défis, Wamda a tenu, il y a quelques jours, son deuxième Mix N’ Mentor au Caire. Les experts, venant de différents milieux, ont essayé de diagnostiquer les problèmes auxquels sont confronté les entrepreneurs en devenir et de prescrire des solutions.

L’événement était structuré en quatre sessions. La première consistait en une discussion de groupe avec six entrepreneurs et deux mentors. Chaque entrepreneur se lançait en présentant sa startup et en répondant aux questions des mentors afin de clarifier la mission de la startup et les défis auxquels elle fait face. Les participants pouvaient ensuite suggérer des solutions. Lors de la deuxième session, les entrepreneurs ont discuté de leurs plus gros challenges et les mentors ont offert des conseils pratiques.

Après le déjeuner, les participants ont pu choisir parmi six sessions : l’art du marketing avec Will Hutson, les erreurs des entrepreneurs les plus fréquentes avec Karim Bechara, les wearable devices avec Calvin Chen, les échecs et les succès lors d’une création d’entreprises avec Sohrab Jahanbani, l’expérience de Ronaldo Mouchawar chez Souq.com, et les secrets pour préparer une lettre d’intentions avec Habib Haddd et Lana Alamat de Wamda.

Parmi les startup qui se sont prêtées au jeu : Taskty, le premier marché digital égyptien à offrir des services pour les startups et les consommateurs, PieRide, un service de covoiturage, En2Ly, un service de transports entre PME, SmartNews, une application agrégeant les informations publiées par certains médias de qualité, et Codely, une plateforme digitale dont l’objectif est d’offrir des cours relatifs aux TIC.

Marketing

Khaled Ismail, un investisseur et fondateur de l’entreprise de programmation SySDSoft, a offert quelques conseils particulièrement intéressants aux développeurs de solutions tech présents. Il leur a dit d’éviter de comparer leur produit à ceux des multinationales car ces comparaisons ne seront pas en leur faveur.  Ils doivent aussi faire attention à choisir les bons clients étant donné leur taille, a t’il expliqué.

Il s’est aussi adressé aux fournisseurs de contenu et leur a conseillé de se concentrer sur les médias sociaux pour mener à bien leurs efforts marketing.

Construire une base de clients

Omar Sdoudi, le PDG de la plateforme de paiement digital Payfort, a conseillé les entrepreneurs du tourisme de ne pas attendre que le tourisme reprenne – le tourisme égyptien pâtit actuellement des troubles politiques. Les entrepreneurs  devraient plutôt utiliser cette crise à leur avantage pour prendre le temps de définir avec précision la mission de leur startup et de faire grandir progressivement leur base de clients. Il a rappelé qu’un entrepreneuriat audacieux est justement ce qu’il faut pour revitaliser n’importe quel secteur en crise.

Se développer régionalement et internationalement

L’entrepreneur américain Will Hutson a recommandé aux startups travaillant dans le même secteur de travailler ensemble de façon locale avant de se lancer dans des partenariats ou des fusions internationales. Il estime en effet que cela permettra de construire des groupes solides qui pourront ainsi développer leur base de clients et attirer de l’investissement.

Après avoir écouté les entrepreneurs, les mentors se sont mis d’accord sur quatre points majeurs :

  • Les employés d’une entreprise en sont sa plus grande valeur. 
  • Ne cherchez des investissements qu’une fois que vous êtes sûr de la maturité du projet.
  • Embauchez des personnes qualifiées. Assurez-vous de disposer de solutions de remplacement si une de ces personnes devaient partir.
  • Soyez concentré, ne travaillez pas sur plusieurs projets à la fois.

***

Certains entrepreneurs ont souhaité avoir plus de temps pour discuter de leur entreprise et ses challenges. De nombreux experts et mentors ont accepté de revoir des entrepreneurs à la suite de l’événement.

C’est finalement le discours de l’entrepreneur chinois Calvin Chen, co-fondateur et PDG de Qifang, la première plateforme de e-prêt en Chine, qui m’a le plus marqué. Il a en effet parlé de l’importance du “growth hacking”, une façon de faire du marketing avec un budget minimum et un résultat maximum.

Les startups qui maitrisent le “growth hacking” peuvent grandir et gagnez en visibilité rapidement, un point sur lequel les entrepreneurs du monde arabe devrait se concentrer, je pense. Espérons que le discours de Calvin Chen a donné des idées à certains entrepreneurs égyptiens présents, qu’il leur a donné envie de penser plus grand et leur a donné confiance en leurs idées.

 

Partager

Articles similaires