Comment les startups peuvent-elles aider à reconstruire l'Egypte ?

Les entrepreneurs qui montent des startups doivent faire face à des défis uniques dans un environnement économique déjà difficile : se lancer seul, faire survivre leur business les premières années, trouver des clients, mais aussi des investisseurs.

Mais quel rôle, ces entrepreneurs ont-ils à jouer dans la reconstruction de l’Egypte ?

L’entrepreneuriat n’est peut-être pas une solution miracle et n’est pas la préoccupation principale du gouvernement de transition, mais il sera une des clés à la croissance en Egypte sur le long terme.

« Sur le court terme, cela n’aura pas de grande incidence sur le PIB, explique Steven Haley, directeur général de MC Egypt, l’entité à but lucrative de Mercy Corps. Mais sur le long terme, cela aura un effet structurel sur l’économie. »

Des études internationales prouvent, entre autres, que tous les entrepreneurs n’ont pas le même impact sur la croissance économique des pays émergents et que tous ne travaillent pas dans les mêmes industries.

Selon cette étude sur le rapport entre l’entrepreneuriat et la croissance économique dans les pays émergents, “étant donnés les défis de l’environnement entrepreneurial en ce qui concerne le niveau de développement et le contexte institutionnel, le nombre de petits entrepreneurs informels, auto-employés et souvent peu productifs dépasse le nombre d’entrepreneurs productifs, innovants et motivés par des opportunités ».

Pour que l’entrepreneuriat joue un rôle positif sur l’économie, il ne suffit pas de remplir des quotas de nouvelles entreprises crées, il faut créer un environnement économique qui motive l’innovation et la croissance des entreprises.

En Égypte, il ne s’agit plus de développer le zèle entrepreneurial, qui est déjà en forte hausse depuis la révolution de 2011, ou l’entrepreneuriat pour le simple fait de développer l'entrepreuneriat.

Selon une étude du Global Entrepreneurship Monitor, en 2012, 85% des Egyptiens voient l’entrepreneuriat comme un choix de carrière qui les intéresse et 42% ont l’intention de lancer leur entreprise dans le futur.

Depuis, les analystes et les spécialistes du développement ont vu un changement s’opérer en terme de qualité mais aussi de secteurs d’activité des start-ups.

« Nous avons vu une énorme amélioration de la qualité des startups ces trois dernières années, révèle Haley. A cela s’ajoute une hausse du nombre et de la nature des startups. Nous voyons de plus en plus de startups dans des secteurs variés. »

Pour sa dernière promotion, l’accélérateur Flat6Labs a d’ailleurs élargi son focus au delà de son secteur historique des technologies de l’information, pour inclure la mode, l’agriculture et les industries alimentaire.

A mesure que l’écosystème entrepreneurial grandi et se développe, le besoin pour des investisseurs en capital et pour du soutien gouvernemental stratégique à travers des réformes infrastructurels et législatives se fait plus fort.

Pour beaucoup, le rôle du gouvernement est de créer un cadre légal favorable à l’entrepreneuriat et, d’ensuite,  s’effacer.

 « Ils doivent rendre la création d’entreprise plus facile et moins onéreuse » explique Angus Blair, le président du think tank cairote Signet Institute, notant que la bureaucratie reste un des plus gros défis pour l’entrepreneuriat en Egypte.

Pour les entrepreneurs sur le terrain, un des autres défis est la disponibilité des capitaux.  

« De plus en plus de personnes rejoignent l’écosystème, mais le résutat n’est pas encore là en terme de création d’emplois » explique Karim El Mansi, co-fondateur et PDG du service d’auto-partage cairote Pie Ride. « Ce qui manque, c’est du capital, c’est de l’argent de le système. Rien ne sert d’avoir des mentors, s’il n’y a pas d’investisseur. »

En attendant, les experts de l’industrie s’en tiennent au conseil de l’homme fort politique Abdel Fattah El Sisi qui prône la patience et l’altruisme pour reconstruire l’Egypte et attendent que l’environnement entrepreneurial évolue.

Haley de conclure « Nous devons être patient pour 5 à 10 années pour le voir exploser ».

Partager

Articles similaires