ZaiGood, la startup où les développeurs ne travaillent que 20% du temps

Zak el Fassi est un entrepreneur atypique. Jamais Zak ne m’a envoyée un communiqué de presse, ou n’a profité d’évènements startup pour me pitcher ses produits. Pourtant j’en entends souvent parler. Le jeune homme a atteint un tel respect de ses pairs que ce sont eux qui m’en vantent les qualités ou la traction.

Ces dernières semaines, c’est son site JobFinder.ma qui a été l’objet de nombreux tweets, posts Facebook et emails. Il était temps que je parle sérieusement avec Zak. 

ZaiGood, un incubateur sans but lucratif

En 2012, cet ancien de Google décide de se consacrer à sa passion : développer des solutions pour améliorer la vie de tous les jours. Il monte donc Zaigood, une sorte d’incubateur dont le but est de développer des produits de recherche, sans objectif commercial à court ou moyen-terme. Pour financer ces recherches, l’équipe de Zaigood consacre 20% de son temps à fournir des prestations clients à travers l'offre de services SaaS ou de consulting technique. Ce business model atypique s’explique par deux traits de caractère de Zak El Fassi, une vision à long terme et une envie de créer de valeur plus que de faire du profit. « L’argent a toujours été très secondaire pour moi personnellement » explique t’il sans détour.  

Zaigood a déjà sorti quatre projets. Parmi eux, deux extensions Chrome : Libertweet, qui permet d’envoyer des tweets plus longs, et Talk and Comment, qui permet d’ajouter des commentaires audio sur Facebook et qui compte, après un moins d’existence, pas moins de 28 000 utilisateurs. Dans un autre registre, Zaigood a lancé Send.ma, un service, cette fois-ci payant, qui permet aux Marocains gérant de larges bases d’utilisateurs d’envoyer des newsletters. La plateforme est simple, locale, moins chère que MailChimp, et permet de payer en dirhams, m’explique le fondateur. Le quatrième service est JobFinder.ma.

JobFinder.ma

Lancé en septembre 2013, après trois semaines de développement, JobFinder.ma est un moteur de recherche permettant de trouver plus facilement les offres d’emploi au Maroc. Une fois JobFinder.ma en ligne, Zak décide de passe à d’autres projets et laisse le moteur de recherche d’offres d’emploi en l’état.

En mars 2014, le nombre non-négligeable de visiteurs sur le site l’amène à reconsidérer sa position initiale : le produit a du potentiel et mérite qu’il s’y attarde. A l’époque, JobFinder.ma a un problème majeur : le site ne parvient pas à fidéliser les utilisateurs et ne recueille aucune donnée utilisateurs. Zak El Fassi propose alors aux utilisateurs de recevoir une liste d’offre d’emplois personnalisée dans leur boite mail. Le succès est au rendez-vous et Zak décide de continuer d’ajouter des fonctionnalités. Aujourd'hui, le site est entièrement gratuit et propose quelques fonctionnalités utiles comme la possibilité d'envoyer des CVs anonymes, ou de classer des offres dans ses favoris.

La plateforme devrait connaître de gros changements dans les mois qui viennent avec le développement d’une offre business qui permettra aux recruteurs de déposer leurs annonces et donc à JobFinder de passer de moteur de recherche à plateforme d’intermédiation. Cette offre devrait être très complète, m’informe Zak qui compte intégrer des profils pour chaque entreprise, un système de suivi des candidatures, et la possibilité de faire des recherches au sein de la CV-thèque.

Afin de ne pas brusquer les sites actuellement référencés sur JobFinder.ma et d’offrir le meilleur service possible, le site proposera un système de broadcasting permettant aux entreprises de publier leurs annonces simultanément sur JobFinder.ma et des sites partenaires, qui pourraient être LinkedIn, Viadeo et les sites spécialisés marocains.

Pour l’instant, JobFinder n’a pas revenue model, explique Zak El Fassi. Le développeur s’attèlera à la monétisation dans quelques années, lorsque la base d’utilisateurs sera suffisamment importante.

Dans un marché si concurrentiel, on peut se demander si un enième site d’offres d’emploi a vraiment de l’avenir. Zak le croit. Pour lui, les internautes se tourneront vers le site avec le meilleur moteur de recherche et la meilleure UX. Rendez-vous dans quelques mois pour voir si l’avantage produit peut, en effet, prendre le dessus sur l’avantage first comers.

Partager

Articles similaires