En Tunisie, vous pourrez désormais régler et récupérer vos achats en ligne en bas de chez vous

Le e-commerce dans le monde arabe traverse une phase particulièrement intéressante et excitante. Le secteur ne va pas tarder à réellement décoler et tout le monde semble vouloir sa part du gateau. Pour autant, les défis sont nombreux et beaucoup reste à faire. Les acteurs du e-commerce doivent notamment trouver des solutions aux problèmatiques de paiement et de livraison s’ils veulent créer des modèles durables.

En Tunisie, par exemple, le paiement en carte et en ligne n’est pas très populaire, le service postal peu fiable, les transporteurs privés peu établis et le système de paiement à la livraison, Cash-on-delivery (CoD) en anglais, encore balbutiant. Seuls Aramex et un transporteur indépendant opèrent et proposent le paiement à la livraison en Tunisie mais ils sont confrontés à de nombreux défis techniques.

L’absence de référentiel pour les adresses oblige les livreurs à appeler les clients avant la livraison afin d’obtenir des indications sur le lieu de livraison, et, en dépis de ces clarifications, les livreurs ont toujours des difficultés à trouver rapidement le domicile des clients. A cela, se rajoute le fait que le livreur arrive souvent à un domicile vide et doit, soit revenir, soit convenir d’un horaire de livraison avec le client, ce qui se révèle difficilement tenable. En moyenne, les livreurs devraient s’y prendre à deux fois avant de réussir à livrer un colis, et chaque essai coûterait 6 TND, soit plus de 3 USD, dans le grand Tunis, selon Laurent Hanout, un consultant dans le e-commerce en Tunisie.

Aidé d’un confrère, Jean-François Papillon, et de ses vingt ans d’expérience dans la vente à distance et le e-commerce en France et, depuis peu, en Tunisie, le Français vient de lancer BoxStop, un service qui devrait résoudre ces problèmes en mettant en place un réseau de points relais.

Un point relais est un lieu physique, souvent un commerce de proximité, dans lesquels des clients particuliers peuvent récupérer les produits qu'ils ont acheté en ligne ou à distance. Ce mode de livraison, apparu en Europe dans les années 1980, représente désormais plus de la moitié des livraisons en Europe francophone. Laurent Hanout en est persuadé, c’est un modèle idéal pour la Tunisie, car il résoud le problème du manque de clarté des adresses, de l’absence des clients chez eux ainsi que du paiement en ligne puisque, dans la version BoxStop, le client pourra payer sa commande dans les points relais.

Pour les co-fondateurs, ce système offre aux clients une certaine souplesse puisqu’ils peuvent récupérer leurs colis quand ils le souhaitent. Reste à voir si les Tunisiens seront prêts à se déplacer ou s’ils préféreront s’en tenir au confort et au luxe de la livraison à domicile.


Une boutique Relais Colis

En attendant, le succès du système reposera sur la proximité des points relais des clients. Les cofondateurs ont pour objectif d’ouvrir 100 points relais dans le pays ce qui permettrait à 60% de la population d’avoir un point relais à 10 minutes à pieds de chez soi, étant donnée la densité de la population tunisienne.

Pour l’instant, l’entreprise a déjà ouvert plus de 40 point relais, et 25 autres devraient ouvrir prochainement. Ces commerçants, en partie des taxiphones qui connaissent une baisse de revenus structurelle, seront rémunérés à chaque livraison de colis et pourront aussi bénéficier d’une fréquentation supplémentaire de leur boutique (+15% dans les points relais en France).

Mais devenir un point relais est un engagement. Les commerçants points relais doivent en effet “acheter les colis” avant de les revendre aux clients finaux. Tous les soirs, les commerçants points relais doivent en effet créditer leur porte-monnaie électronique d’au moins 60% du montant total des colis qu’ils vont reçevoir le lendemain. Le jour suivant, ils transferont électroniquement le montant de chaque colis distribué au fur et à mesure de la journée, récupèrant leur fonds de caisse.

Mais il y a en Europe, une deuxième raison du succès de ce mode de livraison : le prix. Comme en Europe, BoxStop a vocation à être moins cher que la livraison traditionnelle, mais pour l’instant, m’explique Laurent Hanout, l’entreprise préfère se concentrer sur la qualité du service.

Le système est en cours d'installation chez plusieurs sites de e-commerce, dont les sites de deals 1 jour 1 produit et Dealoo.tn, et le futur site e-bagages, et devrait être effectif prochainement.

L’entreprise a pour ambition de se développer au Maroc puis dans le reste de l'Afrique. Si l’expérience porte ses fruits en Tunisie, ce modèle pourrait se révéler très intéressant pour le Moyen-Orient.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Pays

Partager

Articles similaires