Startech Unconference, Tunisie

Mais, qu’est ce qui empêche la Tunisie de générer des startups innovantes ?

Voici la question à laquelle l’agence de création évènementielle tunisienne MAZAM et l’organisation américaine, Middle East Program Initiative, veulent répondre lors de leur non-conférence STARTECH. Mais qu’est-ce qu’une non-conférence ?

Une non-conférence n’est pas vraiment une conférence, comme le laisse sous-entendre le nom, mais une réunion d’acteurs aux profils variés qui vont réfléchir ensemble à une thématique donnée. Puisqu’il s’agit d’un événement placé sous le signe du partage et de la collaboration, pas de maître de cérémonie ni de planning ; ce sont les participants qui définissent ensemble le programme de la journée et qui conduise les ateliers et sessions.

En choisissant ce format très innovant, les organisateurs de l’événement font passer un message clair : ils veulent trouver des solutions concrètes, qui puissent fonctionner dans la vraie vie, et non discuter dans le vide ou laisser des haut-gradés coupés de la réalité prendre des décisions inexécutables ou ineffectives. 

Cette volonté d’action se trouve aussi dans l'ouverture de l'évènement à des profils variés et complémentaires (entrepreneurs tech, professionnels, institutions publiques, ONG et étudiants) et dans la structure de la journée.

Car la journée aura en effet un semblant de structure, puisqu’il s’agira de suivre une méthodologie en trois temps, à la rigueur scientifique :

1- Identifier les obstacles : que manque t’il en Tunisie ? Qu’empêche les jeunes Tunisiens d’innover?

2- Proposer des pistes d’amélioration : Y a t’il une formule toute faite à appliquer en Tunisie ? Est-il possible de développer un secteur tech propre à la Tunisie à partir de ce qui existe déjà ?

3- Explorer les collaborations entre participants possibles.

Pour cela quatre ateliers seront organisés - par les participants évidemment.

Emergences des idées: Cet atelier qui permettra aux participants de définir le programme de la journée sera l’occasion de discuter et d’améliorer le processus d’émergence des idées, notamment au sein des ONG et des clubs universitaires.

Innovations technologiques : Il s’agira d’identifier des tendances tech, d’analyser leur potentiel dans le pays et de voir comment elles pourraient être, concrètement, développées en Tunisie

Culture entrepreneuriale : Les participants chercheront des solutions pour développer une culture favorable à l’entrepreneuriat tech, en cartographiant a priori les acteurs et les process de l’ « écosystème » tech tunisiens.

Infrastructure et financement : Cet atelier visera à renforcer les liens entre les acteurs privés et les institutions publiques. Il s’agira de proposer des solutions pour faciliter l’accès au financement pour les projets innovants à haut risque et améliorer les infrastructures.

La Tunisie a de très nombreux forces qui pourraient lui permettre de devenir un hub tech sur lequel compter au niveau international - des cerveaux scientifiques très qualifiés, de bons managers, un esprit entrepreneurial, une volonté de voir les choses changer -, il ne manque plus qu’une meilleure structure de la scène tech et des infrastructures plus favorables.  Si cet événement atteint ses objectifs, cela sera la preuve que les Tunisiens sont prêts à prendre le contrôle et que la Tunisie est prête à passer à la vitesse supérieure.

Pays

Partager

Articles similaires