Le dernier rapport du Wamda Research Lab s'attaque à l'investissement en région MENA

 

Les entrepreneurs pleins d’ambition, qu’ils soient en train de se lancer, de commercialiser un nouveau produit ou de se développer dans un nouveau pays, citent souvent le financement comme une barrière au développement de leur startup. Et pour cause, le capital financier est une ressource rare qu’il n’est jamais facile d’obtenir, et le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (aussi appelés région MENA, pour Middle East North Africa) ne font pas exception. Pourtant, la situation s’est améliorée ces dernières années.

Les réseaux de business angels, les fonds d’investissement en capital risque (Venture Capitalists ou VCs) et les programmes de financement initiés par le gouvernement, sont de plus en plus évidents, et les budgets dédiés aux jeunes entreprises en pleine croissance de plus en plus importants. Il devient donc, dans ce contexte, vital de s’intéresser à ce dont les entrepreneurs et les investisseurs de la région MENA ont besoin afin d’améliorer les conditions d’investissement.

La dernière étude du Wamda Research Lab, intitulée Enhancing Access: Assessing the Funding Landscape for MENA’s Startups (en français : Analyse de l’accès des startups à l’investissement en région MENA), offre une analyse complète des conditions de financement de l’entrepreneuriat dans la région. Après avoir étudié les différentes étapes du financement dans la région, ce rapport a diagnostiqué un certain nombre d’obstacles que rencontrent à la fois les entrepreneurs et les investisseurs. Les conclusions de cette étude permettront de mieux informer les membres de l’écosystème et d’ainsi faciliter le financement des startups dans la région.

Les résultats principaux du rapport

(1) Les investissements dans la région sont en pleine croissance :                 

Un nombre plus élevé d’investissements en région MENA : Selon le #WamdaResearch Lab, le nombre d’investissements annuel dans des startups MENA est passé de 28 en 2009 à 99 en 2012. Tweeter ces chiffres.

Nombre d’investissements annuels de 2009 à 2012

Des sources de financement de plus en plus nombreuses : Selon le #WamdaResearch Lab, les sources de financement pour startups MENA a été multiplié par 2,5 entre 2008 et 2013. Tweeter ces chiffres.

Sources de financement pour les entrepreneurs de 2008 à 2013

Une tendance à la croissance : 83% des bailleurs de fonds interrogés par WRL prévoient d’intensifier leurs activités en MENA ces 2 prochaines années. Tweeter ces chiffres.

(2) Les entreprises qui ont reçu des fonds ont aussi grandi :

Des signes de changement d’échelles : 60% des entreprises sondées par le #WamdaResearch Lab ayant une croissance positive ces 3 dernières années sont des scaleups. Tweeter ces chiffres.

Selon le #WamdaResearch Lab, les scale-ups sont des entreprises > 3 ans avec une hausse du nombre d'employés > 20% Tweeter ces chiffres.

Un développement à l’international : 76% des entreprises sondées par le #WamdaResearch Lab prévoient d’ouvrir des bureaux d'ici 2 ans, surtout aux EAU & KSA Tweeter ces chiffres.

(3) Les entreprises ont besoin que les investisseurs offrent de plus gros tickets et s’engagent à suivre lors des levées de follow-up-capital : 

Les gros investissements sont rares : Selon le #WamdaResearch Lab, la région MENA fait face à un manque de financement supérieur à 500 000 USD. Tweeter ces chiffres.

Taille des investissements reçus de 2009 à 2012

Les emprunts sont difficiles à obtenir : Seules 12% des entreprises interrogées par le #WamdaResearch Lab ont bénéficié d’un prêt. Tweeter ces chiffres.

(4) Un défaut de compétences et de communication empêche les entrepreneurs d’obtenir des investissements :

Lacune n°1 : 65% des investisseurs interrogés par le WRL estiment que les entrepreneurs MENA manquent de planification stratégique. Tweeter cette statistique.

Les compétences qui manquent aux entrepreneurs selon les bailleurs de fonds

Lacune n°2 : 44% des investisseurs interrogés par le WRL estiment que les entrepreneurs MENA manquent de culture financière Tweeter cette statistique.

Lacune n°3 : 29% des investisseurs interrogés par le #WamdaResearch Lab estiment que les entrepreneurs MENA ne savent pas pitcher. Tweeter cette statistique.

Les défis rencontrés lors des levées de fonds (investisseurs vs. entrepreneurs)

Lacune des investisseurs : Pour 28% des entrepreneurs MENA interrogés par le WRL, les investisseurs ne donnent pas suffisamment au delà du cash Tweeter cette statistique.

(5) Les entrepreneurs et investisseurs doivent apprendre à échanger s’ils veulent atteindre leurs objectifs.

Tout est une question de communication : Pour WRL, plus de communication entre investisseurs et entrepreneurs permettrait des investissements plus nombreux. Tweeter cette statistique.

Retrouvez plus d’information, ainsi que des recommandations pour améliorer la situation du financement,  dans le rapport du Wamda Research Lab

Catégorie Media

Pays

Partager

Articles similaires