A bord du Ampion Venture Bus : cinq jours pour traverser la Tunisie et monter une startup

Après avoir silloné  l’Afrique, le Ampion Venture bus, un hackathon sur roues, s’est invité, pour sa première tournée nord africaine, en Tunisie.

Organisé par l’association Ampion, en partenariat avec l’association Startup Système Tunisie, déjà organisatrice de nombreux évènements startup en Tunisie, Ampion Venture Bus a réuni en son bord 40 entrepreneurs, dont la moitié tunisiens, et l’autre originaires de Palestine, d’Algérie, du Maroc, du Royaume-Uni, des Etats Unis et d’Allemagne.

Les profils étaient tout aussi variés ; des étudiants tunisiens et internationaux étaient évidemment présents mais aussi des entrepreneurs débutants et d’autres expérimentés, des professionnels avec plus de 10 ans d’expérience et des acteurs de l’humanitaire.

L’objectif était de regrouper des entrepreneurs aux profils variés pour donner vie à des startups qui pourraient répondre aux problèmes rencontrés dans la région.  Pour cela, les participent se sont séparés en petits groupe et ont développé, dans le bus et lors des haltes, un projet innovant. Les participants ont pu profiter des haltes du bus, à Tunis, Kairouan, Gabès, Sfax et Tozeurn pour travailler dans les universités et écoles locales.

Premier arrêt à Tunis pour préparer les équipes

Le coup d'envoi a été donné à Cogite, le fameux espace de coworking tunisois situé au bord du lac. Après une brève présentation d’Ampion, l’équipe organisatrice a laissé la parole à des acteurs locaux venus prodiguer quelques conseils pour la route.

Leila Charfi, la responsable Tunisie de l’accélérateur Yunus Social Business, a appelé les participants à se focaliser sur le développement économique de la Tunisie, au moment où le développement démocratique est bien amorcé.

Pour Jazem Halioui, le fondateur de Viamobile à qui l’on doit le mdinar, il faut faire preuve de patience et apprendre sur le tas et ou en se documentant, en suivant des MOOCs, par example.

Le lendemain, les participants ont pu présenter leurs projets dans le bus, qui étaient axés sur le développement social et économique, et dont certains étaient empreints d’une touche d’innovation. 

Alors que les projets développés lors des précédentes éditions visaient plutôt à améliorer le quotidien, explique Fabian-Carlos Guhl, cofondateur de Ampion, les projets de cette édition étaient marqués d’une dimension éthique et engagée.

L’entrepreneuriat dans le désert 

Tozeur, la ville du poète Abou El Kacem Chebbi est impressionnante. Dans cet oasis au milieu du désert tunisien, se cache une communauté d’entrepreneurs à fort potentiel. Nous avons rencontré ceux soutenus par les pépinières de l’API, l’Agence de promotion de l'industrie qui travaillant dans les secteurs de la biologie, le recyclage, la sécurité domestique, les panneaux photo-voltaïques, et surtout l’informatique. 

Les participants ont, notamment, rencontré Hayet Kasmi, une jeune diplômée  de l'université  de Tozeur qui a participé à un concours national avec une application mobile permettant de mettre automatiquement son téléphone en mode silencieux à chaque fois que l'on pénètre dans un endroit l'exigeant : salle de réunion,  chambre, mosquée... Cette idée ingénieuse et inventive, développée en plein désert, donne un aperçu du potentiel très prometteur qui ne demande qu'à être découvert en Tunisie comme en d'autres pays d'Afrique.

La troupe du Venture Bus a ensuite installé un camp éphémère en plein milieu des dunes de Douz, l'occasion de déguster un dîner traditionnel accompagné de musique folklorique locale et de travailler sur les pitchs des participants à la belle étoile. Un environnement idéal pour se préparer à la finale !

Mais il s’agissait avant tout de travailler. Les participants étaient sans cesse au travail, à l’exception des quelques pauses, rythmées de chants et de darbouka. Les équipes étaient constamment en train de perfectionner leurs projets et bénéficiaient des conseils des mentors présents tout au long du voyage.

Être dans le bus a permis une plus grande productivité.  En effet, la proximité a créé des liens solides entres les membres des équipes, et la complicité née tout au long de ce road-trip a permis de faire avancer les projets très rapidement.

De retour à Tunis, la grande finale

Le bus a clôturé son périple à Tunis à Esprit, une école d'ingénieurs réputée pour la qualité de son enseignement.

Les participants ont présenté leurs pitchs devant un jury composé d'acteurs de l'entreprenariat tunisien : entrepreneurs, investisseurs, leaders d'ONG... Quelle évolution depuis le début de l'aventure ! Les participants faisaient preuve de plus de maturité,  de réflexion et d'aboutissement des idées, mais aussi de plus d'aisance dans la présentation.

Malgré  le niveau quasi équivalent des équipes, TrashCash s'est distinguée en remportant la première place grâce aux dimensions à la fois sociale et lucrative de son projet: une poubelle qui transforme les canettes recyclables en crédit téléphonique pour les consommateurs, développée par Hamza Barkaoui, Asma Ayed et Omar Trabelsi. Le deuxième prix est revenu à l’application Extrail, une application touristique qui fourni un programme personnalisé d’activités, suivant le profil des utilisateurs, et le troisième au projet Citizen+ : une plateforme qui optimise la collaboration citoyen-municipalité.  

Certains projets ont d'ores et déjà attiré l'intérêt des investisseurs locaux et régionaux présents à la finale.

Catégorie Media

Pays

Partager

Articles similaires