L'Algérie et la Tunisie domine le Arab Mobile App Challenge

Cette année, le Arab Mobile App Challenge semblait par moment monopolisé par le Maghreb. Après l’appli algérienne Supermama, qui a remporté la deuxième place lors de la finale régionale à Dubaï, c’est au tour de l’appli tunisienne Hero From the Past de se distinguer. L’appli, invitée à pitcher lors du prestigieux World Mobile Congress de Barcelone, s’est en effet hissé à la première place de cette deuxième finale.

Lors de son pilote l’an dernier, le Arab Mobile App Challenge n’était ouvert qu’aux participants de cinq pays, a expliqué le directeur des opérations Marc Tanas à Wamda. Cette année, la compétition avait fait fi des limitations géographiques et pas moins de 20 pays étaient représentés lors de la finale régionale qui a eu lieu à Dubaï en janvier.

La finale régionale concluait un programme de formation lancé en septembre. Le concours, mû par sa mission d’éduquer la jeunesse arabe sur les thématiques de l’entrepreneuriat, d’améliorer leur employabilité et de l’aider à transformer ses idées en entreprise viable, avait en effet organisé des évènements de formations sur la méthodologie lean startup et de mentorat, ainsi que des outils et du mentorat en ligne.

Le concours était ouvert à toutes les applis, qu’elles en soient au stade de l’idée, du prototype ou de commercialisation, à condition qu’elles aient été le produit d’un travail d’équipe et qu’elles aient reçu moins de 100 000 dollars d’investissement. « Avoir une équipe fait toute la différence, explique le directeur des opérations, parce que l’objectif est de créer une startup et que personne ne peut tout gérer, chaque membre d’une équipe apporte quelque chose qui va permettre de développer une startup. »


Un pitch à l'AMAC.

Au total, 700 équipes ont candidaté et 22 ont été sélectionnées pour participer la finale régionale de Dubaï. La sélection reposait sur trois critères : le problème que les applis essayaient de résoudre, le business model et l’appli elle-même.

Chaque pays a ses spécificités admet volontiers Marc  Tanas. « En Afrique du Nord, on a vu beaucoup d’applis autour de l’éducation et de la santé, dans d’autres on a vu plus d’applis de jeu. » Même si tous les pays ont montré une grande motivation, les Algériens et Tunisiens se sont particulièrement distingués : chaque pays comptait en effet plus de 115 participants quand les autres pays les plus actifs, la Jordanie, l’Egypte et le Liban, n’en comptait qu’autour de 80. « En Algérie et Tunsie, il y avait plus d’envie, de passion » témoigne Marc Tanas.

Le challenge a recompensé pas moins de onze startups, soit avec un prix financier soit avec un ticket pour pitcher lors du World Mobile Congress, la plus grosse conférence dédiée au mobile.

C’est l’appli égyptienne et koweïti Snowball qui a remporté la première place et gagné 25 000$ avec son interface de programming et son kit hardware qui permet aux enfants et aux non-technophiles de s’approprier la technologie. 

Le second prix de 10 000 USD est revenu à la startup algérienne Supermama, une appli visant à renforcer le lien entre les mères et leurs enfants, tandis que le prix dédié aux applis éducatives a été remis à l’appli saoudienne Learn with teacher May, qui vise à faciliter l’apprentissage des personnes ayant des besoins spéciaux.

7 autres équipes ont continué la compétition à Barcelone lors d’une finale qui réunissait les différents chapitres de ce concours international. Pas de prix financier en jeu lors de cette finale. « La récompense, c’était d’être [au WMC], de networker et de parler de son produit, » continue Marc Tanas. Et les startups semblent d’accord.

« J’ai rencontré des entrepreneurs chevronnés et ai reçu des feedbacks sur ma stratégie. Ca n’a pas de valeur ça » explique Rami Hajjar de la plateforme de notifications Hadzup qui a aussi pu faire la rencontre de l’accélérateur dubaïote In5. La startup devrait rejoindre l’accélérateur lors de la prochaine session.

« Nous avons eu d’excellents feedbacks de la part des juges et l’un d’entre eux nous a aidé à trouvé un investisseurs et une équipe pour développer le projet. Sans la compétition AMAC, nous ne serions pas live aujourd’hui, » ajoute Kevin Waller de Juice.me.

Pitcher au WMC offre aussi une grande visibilité. « Participer au MWC et à 4YFN permet de présenter l’appli à un public international » a expliqué Ibrahim Osta de Tarteel, une appli qui aide à mémoriser le Qoran.

Même son de cloche pour le gagnant de la finale arabe du concours au World Mobile Challenge. L’appli de jeu tunisienne Hero from the past a pu rencontrer de nombreux clients et partenaires potentiels et a même rencontré Rovio. La startup devrait prochainement voir le voir a expliqué le cofondateur Khaled Jemni.

Quant à l’édition 2015/2016 du concours, il faudra attendre le mois de mai.

Crédit Photo : AMAC

Pays

Partager

Articles similaires