L'espace de coworking Cogite a de grands plans pour la petite île de Djerba

Après Gafsa et Kairouan, l’équipe de Cogite, l'espace de coworking tunisois, a installé sa série de Cogite Coworking Camp à Djerba, la petite île sur la côte sud tunisienne. Les apprentis entrepreneurs tunisiens ont pu bénéficier d’une semaine d’ateliers, d’entrainement au pitch et de networking. 

« Djerba était une belle conclusion à notre série de Coworking Camps, estime Kevin Coyne de Cogite. On a vu des projets faisant preuve de beaucoup de sérieux et avons reçu une réponse très positive de la communauté locale qui a pris part aux évènements de networking et au concours final de pitch. » 

De très beaux pitchs

Le dernier jour de l’événement, trois jeunes filles attendaient avec impatience le début du concours de pitch. Sur scène, devant quatre juges, Farhat Ben Tanfous, fondateur de Génération avenir, Maria Grazia Casella, propriétaire de la boutique Aries Djerba, Khaled Oureimmi, directeur du Cyberpark de Djerba et Badis Zaraa, directeur général du Grand Hotel Djerba, elles ont eu trois minutes pour présenter leurs produits et expliquer le problème qu'elles cherchaient à résoudre et les limitations de budget auxquelles elles devaient faire face.

 « C’est un bon exercice de pitcher devant un public » estime Myriam Cheikh qui aimerait organiser des activités pour les enfants. A côté d’elle, Wiem Ncibi, une autre jeune entrepreneuse, souhaite étendre son projet de pépinière écologique Golden BioPlant à Djerba. 

« C’est bien aussi pour networker et rencontrer de nouvelles personnes » enchaîne Saida Jhassi. Pour les trois filles, qui ne se connaissaient pas avant l’événement, ce coworking camp a aussi été l’occasion de se nouer d’amitié.

Les autres projets présentés allaient des activités éducationnelles aux magazines en ligne locaux. Un des participants, Mohamed Ben Abdallah, a, lui, pour objectif d’organiser des ateliers pour préserver et vendre les cérémiques de l’ile, une idée accueillie très positivement par les panélistes. « Il y a clairement une demande » a justifié un des juges.

Les juges n’ont pas manqué d’éloges pour les participants, applaudissant leurs idées et leur courage de se présenter sur scène, et leur recommandant de mettre sur pied un business plan solide. 

C’est Nawel Kouka de Sidi Bouzid, une ville à cinq heures de l’île, qui remporta le concours avec son projet d’entreprise de fromage de chèvres. « Elle a présenté le projet avec confiance en soi et une très bonne connaissance du marché local et des opportunités de croissance » estime Kevin. « Le concept était à la fois créatif et faisable, ce qui a impressionné les jurés gérant des commerces sur l’île et ceux travaillant dans la culture. »

Le jury a aussi souhaité récompenser Mohamed et Emna Ben Jeddi, deux porteurs de projets sur le point de créer un site proposant une carte de l’île incluant des lieux peu connus du grand public. Pour l’équipe, les touristes qui visitent l’île passent à côté de beaucoup, surtout quand ils séjournent dans des hôtels all-inclusive. 


Les gagnants du concours de pitch accompagnés de l'équipe de Cogite

Pourquoi Djerba ?

L’équipe de Cogite prévoit aussi de lancer un espace de co-working sur l’île. L’espace de travail de Cogite sera constitué de plusieurs hubs permettant de réunir sous un même toit des individus et des organisations travaillant sur des projets à fort impact, explique Kevin. « On a vu à Djerba une sorte de “masse critique” de gens qui créent et une opportunité pour les mettre en relations et construire un réseau fort autour de Cogite, comme nous l’avons fait à Tunis » continue le chef de projet. 

« Beaucoup de jeunes d’ici ont des idées, explique Mohamed Ben Gharbi, un entrepreneur de Djerba, mais ils ne savent pas par où commencer. » Pour lui, ouvrir d’un espace de coworking permettra d’encourager les aspirants entrepreneurs de l’île à se lancer.

La plupart des opportunités à Djerba sont liées au tourisme, continue Mohamed Ben Gharbi. L’île est une destination touristique populaire, de nombreux visiteurs y viennent pour le soleil et la mer et restent dans des complexes hôteliers all-inclusive. Pour autant, « le secteur touristique a besoin de plus d’initiatives » estime t’il. Les touristes qui pourraient être intéressés par une approche plus exploratrice et personnelle de l’île ont du mal à trouver des services qui répondent à leurs demandes, explique t’il.

Mais Djerba ne se limite pas au tourisme. L’île est aussi un carrefour où se rencontre de nombreuses personnes, des touristes, mais aussi des artistes (rappelez-vous de Djerbahood), des ONGs, des hommes et femmes d’affaires, et des businessmen and women, et des Libyiens en transits, ajoute Kevin. « Situer le prochain Cogite sur un tel carrefour nous permettra d’attirer une communauté vraiment diverse. » conclue t’il. 

Pour Houssem Aoudi, cofondateur de Cogite, il y a aussi une raison personnelle. L’entrepreneur y a grandi et souhaite maintenant développer le tissu entrepreneurial de son île natale. « Djerba est comme Sfax, elle a toujours été connue pour ses entrepreneurs, explique t’il. Nous voulons aider à y développer une nouvelle génération d’entrepreneurs et développer une communauté de gens qui font et qui changent les choses. Le défi est grand, mais mérite qu’on s’y attelle. » 

Pays

Partager

Articles similaires