La directrice de Wikimedia s'est rendue à Tunis, voici pourquoi

WikiArabia 2015 à Monastir, Tunisie

Wikipedia a été construite sur l’idée que tout le monde a « quelque chose a apporter à la somme des connaissances humaines ». Aujourd’hui, l’encyclopédie, créée en 2001, compte plus de 34 millions d’articles dans 288 langues. Il y a un an, l’entreprise a accueilli un nouveau boss, la russe Lila Tretikov. 

« Aujourd’hui, nous avons environ 20 milliards de pages vues par mois et un demi-milliard de visiteurs uniques » elle nous explique lors de son premier voyage en Tunisie. « C’est incroyable toutes les possibilités qui s’ouvrent à ce pays, elle explique, tout ce qui ce passe ici d’un point de vue politique est très encourageant. » C’est pour cela que la Tunisie a été choisie pour accueillir WikiArabia, une conférence de trois jours réunissant la communauté de contributeurs et éditeurs de la région.

WikiArabia, ralliement de la communauté arabe

Tenu à Monastir du 3 au 5 avril, WikiArabia était le premier événement de son genre dans la région. Pas moins de 50 contributeurs et éditeurs des quatre coins de la région avaient fait le déplacement pour partager des bonnes pratiques, se rencontrer et s’amuser. La première conférence régionale de Wikimedia dans le monde arabe avait pour objectif de discuter de l’organisation de l’association dans la région, des projets en cours mais surtout de la promotion du contenu en arabe en ligne. « On s’est réuni pour partager des idées et décider ce que sera la prochain grand projet que nous voulons faire ensemble » clarifie t’elle. 

Plusieurs idées concrètes ont vu le jour, parmi elles celles d’ajouter un Wikipedia pour enfants ou des localisateurs géographiques, tels que de cartes dynamiques. « Il y a eu plein d’idées très intéressantes, témoigne Lila Tretikov. Unis par une même passion pour la connaissance, ces personnes dévouent la plupart de leur temps libre à cette communauté. » 

La Tunisie, un modèle à suivre

La liberté d’expression est une thématique qui tient à cœur à Lila Tretikov, née à Moscou. C’est un droit fondamental de l’homme, elle continue. Wikimedia a été créé pour que chaque personne puisque découvrir la vérité. « C’est sa raison d’être. »

C’est aussi pour cela que Lila Tretikov est en Tunisie, un pays avec « une opportunité unique » insiste t'elle.  Maintenant que les Tunisiens sont libres de poster ce qu’ils souhaitent en ligne, la liberté d’expression ne pourra plus être arrêtée, elle continue. « Ils se sont emparés de cette liberté, c’est magnifique. » Est-ce un modèle à suivre ? Absolument, elle répond avec un sourire.

Une dynamique instoppable

En quatorze années d’existence, l’organisation a grandi. Aujourd’hui, Wikimedia compte 200 personnes à son siège de San Francisco et 47 ”chapitres” indépendants, agissant comme des mini-associations, à travers le monde. 

Wikimedia est devenue « une des sources d’information les plus respectées à la fois parmi les sites en ligne et les encyclopédies, estime Lila Tretikov. On parle d’habitude de l’histoire écrite par les gagnants, de l’histoire écrite par les historiens et de l’histoire écrite par les gouvernements. Ce qui est puissant avec Wikipedia, c’est que l’histoire est écrite par les observateurs. Des centaines de milliers de personnes veillent, ce qui permet d’assurer l’exactitude des faits. Ils vérifient les sources de chaque information publiée sur le site, elle continue. Bien sûr, occasionnellement, il y a des erreurs, mais cela n’en reste pas moins un des corps de connaissances les plus complets qu’il existe. » 

Quelques leçons

Mais cela n’a pas toujours été ainsi. Au début de Wikipedia, tout le monde pouvait poster ce qu’il voulait et cela a explosé, explique Lila Tretikov. Il fallut donc rajouter des contrôles.  Aujourd’hui, il y a des règles strictes à suivre. Comme lorsque l’on publie un article scientifique, il faut suivre un processus d’examen par les pairs précis, explique Lila Tretikov. Il y a des étapes à suivre qui permettent de détecter les grosses erreurs. 

Maintenir un tel site en vie est couteux. « Nous ne cherchons pas à faire de l’argent, note Lila Tretikov, notre objectif premier est d’offrir la connaissance aux générations à venir. » Pour couvrir ses coûts, le site mène chaque année une levée de fonds directement sur son site. « Nous ne diffusons pas de publicités sur le site, la seule chose que nous faisons, c’est afficher une bannière en haut du site demandant aux gens de donner de l’argent. Les donations commencent à trois dollars et vont bien au delà. »

« C’est quelque chose d’unique » estime Lila Tretikov. Cela fonctionne parce que les gens aiment apprendre et veulent, ont besoin, d’un lieu où trouver de l’information à laquelle ils peuvent se fier, continue la directrice exécutive. Son conseil aux jeunes entrepreneurs ? Résolvez un problème que rencontrent vos utilisateurs, elle répond. « Ne vous souciez pas de l’argent, cela suivra. »

Comme n’importe quelle autre organisation, Wikimedia doit continuer à s’améliorer. Le focus de Wikipedia est en ce moment sur l’amélioration de l’expérience d’écriture, il faut faciliter la tâche aux utilisateurs qui veulent uploader du contenu. « Au delà de ça, nous cherchons à nous étendre vers d’autres types de média », explique Lila Tretikov, comme la vidéo et l’audio. « Peut-être même la reconnaissance vocale ? »

Crédit photo : Wikiarabia

Pays

Partager

Articles similaires