Lik remporte Level Up Morocco et prouve que la publicité sociale peut rapporter gros

Lik remporte Level Up Morocco
Les cofondateurs de Lik sur la scène de Level Up Morocco (Photo : Houda Lahlou)

Avoir une idée révolutionnaire ne suffit pas à assurer la réussite d’une startup, il faut savoir résoudre un problème de masse pour augmenter les chances de percer, d’être lucratif, et d’apporter un changement significatif.

C’est ce qu’ont expliqué Ismail Bargach, Omar Kadiri et Yassine Faddani, cofondateurs de Lik, la startup qui a remporté la compétition de Level Up Morocco, l’évènement organisé par Startup Your Life le 12 juin à Casablanca.

« J’ai déjà vécu une expérience entrepreneuriale, mais c’était un échec. C’était un service de luxe qui s’adressait à une toute petite niche et qui on ne résolvait pas de problème majeur », confie Ismail Bargach. En lançant Lik, les trois entrepreneurs se sont intéressés à un besoin que rencontrent de nombreux jeunes au Maroc : communiquer plus sans dépenser plus

De la publicité volontaire 

Lik est une application mobile qui permet d’obtenir des recharges téléphoniques gratuites à condition d’accepter l’affichage de publicités sur son smartphone lors de la réception d’appels.

Le concept a de quoi séduire les entreprises pour leur communication. En effet, à la différence des espaces d’annonce classiques, Lik propose un affichage captivant, ultra-ciblé, contextualisé et géo-localisé pour optimiser les investissements publicitaires.

La contextualisation repose à la fois sur une stratification des utilisateurs par profils (langue, tranche d’âge, genre), sur le contexte d’envoi, en fonction notamment des moments de la journée, et surtout sur une géolocalisation qui permet l’envoi de publicités lorsque les utilisateurs sont autour d’emplacements stratégiques (points de vente, etc.)

« Quand on est allé à la rencontre de nos utilisateurs, ils nous ont expliqué qu’ils consommaient de la publicité constamment, tous les jours et partout, sans aucune contrepartie. Avec Lik, ils peuvent enfin en tirer profit » explique Ismail.

Zéro budget com’ 

Lancée il y a seulement 3 mois, l’application a déjà attiré plus de 100 000 utilisateurs et l’entreprise devrait réaliser d’ici à la fin de l’année entre trois et quatre millions de chiffre d’affaire.  

Pour autant, Ismail Bargach insiste, la startup n’a pas investi un sou en communication. Ils ont choisi de se concentrer sur la communauté en mettant en place un système de parrainage qui permet aux utilisateurs de recevoir des recharges gratuites. « Ca draine pas mal de budget » avoue-t-il, mais cela vaut le coût.

La startup a aussi misé sur Facebook. Au risque de paraître misogyne, Lik a publié, en avril, une photo qui a cartonné. « Avec l’application LIK, tu peux avoir plusieurs chéries, la recharge sera toujours gratuite ! » Résultat : plus de 14 600 Like et 1 270 Share. Coût : 0 dirahm.

Une reconnaissance par leurs pairs

Sur la scène entrepreneuriale, les cofondateurs commencent à faire parler d’eux. En mai dernier, Lik a été retenue comme l’une des 28 startups les plus innovantes lors de la Collision Conference à Las Vegas. Au niveau national, Lik a également remporté le prix de la compétition Level Up Morocco organisé par StartUp Your Life.

La startup a aussi gagné la confiance d’investisseurs. Eiréné4Impact, incubateur et fond d’investissement à destination des entreprises à fort impact, a investi 150 000€ dans la startup, et Réseau Maroc Entreprendre 23 000€ (225 000 MAD).

Les cofondateurs de Lik à Las Vegas
Yassine Faddani, Ismail Bargach et Omar Kadiri à la Collision Conference à Las Vegas (Photo : Lik)

Bien que l’obtention des financements ait grandement facilité le développement de la startup, Ismail Bargach est convaincu que ce n’est pas une nécessité. En moins de 5 minutes et avec moins de 50€, on peut acheter un nom de domaine, créer une landing page, attirer du trafic à partir de son réseau et ajuster son concept à partir du feedback des utilisateurs, « On n’a plus besoin de millions de dirhams pour créer une entreprise », confie-t-il.

 Un modèle lucratif et social

Si le modèle économique de Lik ne semble pas être celui d’une entreprise à impact social à première vue, les cofondateurs y voient un outil puissant d’éducation civique.

« Le cœur du principe est d’envoyer des publicités aux utilisateurs lorsqu’on a toute leur attention. Ces publicités peuvent tout autant être des messages portés par des organisations à but non-lucratif », explique Omar Kadiri. 

Grâce à la fonctionnalité de contextualisation, Lik pourrait ainsi inciter les jeunes à économiser de l’électricité et de l’eau aux heures critiques de la journée, ou encore les sensibiliser face aux maladies comme le cancer du sein et le HIV lorsque ils sont à proximité d’un centre de dépistage grâce à la géolocalisation.

L'entrepreneuriat social est en marche, même dans la publicité !

Pays

Partager

Articles similaires