Au Maghreb, une vie d'entrepreneur plus confortable qu'en France ?

Sidi Bou Said
Avec une telle vue, on comprend que certains choisissent de vivre en Tunisie (Image via West East South North)

A l’heure où de nombreux entrepreneurs tunisiens et marocains lancent leurs startups en France, d’autres font le choix, contre-intuitif, de rentrer au Maghreb pour créer leur entreprise.

Ils choisissent de s’éloigner de leurs clients, partenaires et fournisseurs, et de se lancer dans des écosystèmes startups peu développés où lever des fonds pour des projets innovants est difficile et le cadre légal loin d’être optimal. 

Pourtant, ils ne sont pas fous. Ils y bénéficient d’opportunités économiques que l’on ne trouve que dans les marchés en pleine transition et, surtout, ils y mènent une vie plus agréable.  

Faire une différence

« La Tunisie est le pays où je suis né, où je veux agir et avoir un impact » explique Karim Jouini. Sa  startup Expensya vise le marché européen – dans le Cloud et le B2B la Tunisie n’est pas encore très mature – pourtant, il a choisi de l’installer en Tunisie et de faire des aller-retour avec l’Europe, une décision rare.

« Je sais que l’impact que j’aurais ici est plus grand que celui que j’aurais ailleurs » ajoute Fatim-Zahra Biaz, fondatrice de l’espace de coworking casablancais New Work Lab.

Vivre mieux

« La Tunisie est un pays où il y a une communauté d’entrepreneurs grandissante, avec de l’énergie, et des compétences et les coûts y sont considérablement plus faible qu’à Paris » rappelle Karim Jouini.

A Tunis ou Casablanca, les entrepreneurs peuvent, avec le même budget, se permettre de rajouter un peu de confort à leurs vies. 

Grâce aux économies effectuées, ils peuvent aussi recruter des employés et ainsi prendre du temps pour eux et décompresser

Et puis, il y a le style de vie maghrébin, le soleil toute l’année, le couscous et les pâtisseries, les plages et les paysages à couper le souffre, et, bien sûr, l’hospitalité arabe. 

« C’est agréable de vivre ici, témoigne Fatim-Zahra. Les gens sont plus détendus et j’ai ma famille, mes amis et la plage à côté. »

« La qualité de vie est meilleure ici, et le sentiment d’impacter positivement les gens (même à une échelle microscopique) est superbe ! » ajoute Karim Jouini

Moins de concurrence, plus de chance de réussir.

L’avantage d’être dans un petit écosystème, c’est que la communauté est plus soudée, la concurrence y est moindre et la collaboration plus forte. 

« C’est confortable de travailler ici, estime Fatim-Zahra Biaz, les gens sont avenants et disponibles, c’est peut-être parce que l’écosystème est petit. 

« J’ai réussi à lancer ma start-up, intéresser un leader régional, à faire ce que j’aime tout cela avec un cadre de vie agréable tout en passant du temps de qualité avec mon épouse et mes 3 enfants » explique Yassir El Ismaili, le fondateur de l’appli de taxi Taxiii rachetée par Careem. 

« Globalement je pense que j’aurais moins réussi en France et je serais moins épanoui » estime Karim Jouini.

Être un entrepreneur est dur. Qu’importent les opportunités, si vous ne vous sentez pas heureux, stimulé, entouré et en pleine forme, vous aurez du mal à tenir suffisamment longtemps pour voir votre entreprise réussir. Ne choisissez pas le lieu où vous allez travailler qu’avec votre cerveau, faites confiance à votre instinct.

Pays

Partager

Articles similaires