Pourquoi la sélection internationale d'Endeavor a attiré n°3 de Google à Marrakech

Endeavor se pare du style marrakchi
Endeavor se pare du style marrakchi (photos via Endeavor)

Pour réunir Mike Cassidy, le vice-président de Google en charge du projet Loon de GoogleX (un internet accessible à tous grâce à l’utilisation de ballons), Fadi Bishara, le PDG de Blackbox, un accélérateur de la Silicon Valley qui se concentre sur les startups internationales, et Julio Gutiérrez, l’ancien président de Starbucks Coffee en Europe, Moyen-Orient et Afrique, à Marrakech il faut un sacré événement. 

Cet événement c’est le jury de sélection internationale d’Endeavor, une organisation qui a pour objectif de stimuler la croissance économique mondiale sur le long-terme en sélectionnant, accompagnant et accélérant les meilleurs entrepreneurs à fort impact.

Pour rejoindre ce réseau prestigieux, il faut suivre un processus de sélection rigoureux qui s’étale sur 12 à 18 mois et comporte sept étapes. A chaque étape, l’entrepreneur rencontre des jurés qui le mettent face à ses points d’améliorations. 

« A chaque échange j’ai l’impression de gagner 6 mois » expliquait Walid El Alaoui Mrani, le fondateur de Azur System actuellement au milieu du process, un article publié sur Wamda en février.

« Rencontrer des personnalités marocaines et internationales qui ont réussi et qui sont là pour nous écouter et nous critiquer, c’est quelque chose d’extraordinaire, estime Tarik Fadli, un des entrepreneurs marocains sélectionnés. Ca nous permet de voir notre projet sous différents angles et de l’améliorer. Ce processus, c’est une école. »

Le point culminant de cette sélection c’est l’International Selection Panels (ISP) durant lequel les candidats du monde entier sont réunis pour trois jours de discussion, de rencontres et bien sûr d’entretiens face à des leaders globaux. 

Parmi les entrepreneurs membres du réseau on peu compter les fondateurs de UTurn, le studio vidéo saoudien, ceux du studio Kharabeesh en Jordanie, Mohammed Al-Shaker, à qui l’on doit Arabia Weather ou encore Nevzat Aydin de la success story turque Yemeksepti.com.

En faisant passer leurs entreprises à la vitesse supérieure, ces entrepreneurs créent de la richesse et des emplois et en ré-investissant leurs connaissances, crédibilité et gains financiers, ils inspirent les prochaines générations d’entrepreneurs. 

La clé d'Endeavor : une sélection humaine des entrepreneurs
La clé d'Endeavor : une sélection humaine des entrepreneurs

Le Maroc à l’honneur

Chaque année, les entrepreneurs sélectionnés choisissent d’assister à l’un des six panels organisés à travers le monde, généralement dans des hubs facilement accessibles d’où que l’on vienne comme New York ou Dubai. Cette année, Endeavor Global s’est laissé convaincre d’organiser un des panels dans une ville inhabituelle : Marrakech.

« Il faut faire connaître le potentiel du Maroc aux entrepreneurs et leaders des 25 pays de Endeavor » explique Amine Hazzaz, le directeur général et fondateur de Endeavor Morocco, qui a eu un rôle déterminant dans ce choix. 

La réponse des sélectionnées a été sans appel.

« Ca a été une des plus grandes sélection de l’histoire d’Endeavor. 41 entrepreneurs de 30 entreprises ont choisi ce panel, s’est enthousiasmé Amine Hazzaz. Ils voulaient venir au Maroc pour rencontrer les entrepreneurs marocains, se connecter au maillage entre le Maroc et l’Afrique. Pour l’Amérique Latine, le Moyen-Orient et l’Asie, c’est la porte d’entrée pour s’étendre en Afrique. »

Trois jours forts en rencontres

Pour les entrepreneurs sélectionnés, il s’agit de trois jours de rencontres précieux où les entrepreneurs et panélistes échanges lors des entretiens mais surtout lors des diners et évènements  

« La qualité des candidats et des projets portés était intimidant, avoue Tarik Fadli. La qualité des panélistes, l’organisation, c’est un ensemble de choses qui a fait de cet événement une expérience extraordinaire. »

Quant aux panélistes plus besoin de les convaincre. Fadi Bishara, Mike Cassidy et Julio Gutiérrez n’en sont pas à leur premier Sélection, mais c’était en revanche leur premier ISP en Afrique.

« Ce sont des personnes qui sont convaincus de l'apport et de l'impact de Endeavor » explique Amine Hazzaz. Ils ont été agréablement surpris par le potentiel des entrepreneurs de cette région du monde. » 

« J'ai toujours été inspiré par la mission et la philosophie d’Endeavor. Nous apprécions les mêmes qualités chez les entrepreneurs »  explique à Wamda Fadi Bishara.

Des startups révolutionnaires

Deux entrepreneurs marocains ont été sélectionnés.

Tarik Fadli, Amine Hazzaz, Leila Laraqui et Dwight L. Bush, Ambassadeur des Etats-Unis au Maroc
Tarik Fadli, Amine Hazzaz, Leila Laraqui et Dwight L. Bush, ambassadeur des Etats-Unis au Maroc

Tarik Fadli a fondé Algo Consulting, une entreprise qui a pour mission de changer la relation entre le citoyen et le gouvernement. Grâce à des bornes disponibles dans les mairies comme dans les supermarchés, Algo permet de dématérialiser la légalisation de signature et de certification de copies conformes, de simplifier le vote, de comptabiliser les votes dans la seconde suivant le dernier vote rendant le vote immédiat et transparent.

« C’est une entreprise qui peut révolutionner la relation entre citoyen et gouvernement » estime le directeur général de Endeavor Morocco.

Le service est en test au Maroc et bientôt dans plus de pays.

Leila Laraqui a créé Linea Luxe, une marque de maroquinerie de luxe qui travaille avec des marques prestigieuses de l'horlogerie et la joaillerie. Son objectif : présenter le savoir faire marocain artisanal au niveau international. 

Deux autres entrepreneurs du monde arabe ont été selectionnés :

En 2016, un seul panel aura lieu dans le monde arabe. Ce sera Dubaï en mars. 

Vous pourrez aussi être intéressé par :

De diamants bruts à perles rares, dans les coulisses d’Endeavor Maroc

Pays

Partager

Articles similaires