Tanger, le futur hotspot de la tech marocaine ?

Marouane Chelli, directeur du nouveau Technopark à Tanger
Marouane Chelli a de grandes ambitions pour le nouveau Technopark de Tanger (photo via Marouane Chelli)

Après Casablanca, la capitale économique, et Rabat, la capitale politique, le Technopark a choisi d'ouvrir ses portes dans le centre ville Tanger.

Pour Marouane Chelli, le directeur de ce lieu de travail dédié aux TIC, green tech et industries culturelles à Tanger, la ville n'est pas connue pour son dynamisme entrepreneurial ou technologique mais elle pourrait devenir la deuxième capitale tech du pays.

Depuis le 1er octobre, le rez-de-chaussée et le premier étage sont ouverts. Tel quel, le Technopark de Tanger est déjà aussi grand que celui de Rabat. Dans les mois à venir, trois autres étages seront ouverts. Le Technopark Tanger atteindra alors 10 000 m2 dont 5 000 de bureau, soit le tiers du gigantesque bâtiment de Casablanca. 

A Casablanca, ce hub, fruit d’un partenariat public-privé, héberge 230 entreprises et réunit les principaux acteurs de l’écosystème tech et entrepreneurial marocain (associations, incubateurs et investisseurs).

A Tanger, Marouane Chelli espère recréer le dynamisme de Casablanca. Il nous explique pourquoi il y croit.

Wamda : Pourquoi avoir choisi Tanger ?

Marouane Chelli : Nous étions parti sur une stratégie d’avoir un petit Technopark dans chaque ville. C’est ainsi qu’on a ouvert le Technopark de Rabat qui fait 2 000m2.

Nous avons considéré plusieurs villes pour ouvrir notre troisième Technopark mais à Tanger les conditions étaient optimales alors nous avons décidé de faire un projet plus ambitieux que prévu.

Tanger est déjà la deuxième capitale économique du Maroc, mais elle est bien partie pour devenir un pôle économique important qui sera un levier de développement de toute la région Nord.

Avec le projet étatique Métropole Tanger, la ville de Tanger est en train de connaître un relifting total. Il y a plein de projets en cours notamment des zones franches et industrielles, une station balnéaire. 

Le projet de Tanger Med va permettre le développement d’un complexe portuaire, mais il y aussi la secteur industriel avec l’usine de Renault et l’industrie hôtellerie. [NdlR : Le port de Tanger ville va aussi être reconverti en un port de loisirs et de croisières et une ligne de train à grande vitesse va être ouverte entre Tanger-Casablanca] 

Ces grosses usines vont avoir des besoins en informatique et green tech qui seront intéressants pour nos entreprises. 

Un autre élément est l’implication de la ville via la Wilaya de Tanger. C’est un des éléments les plus important au succès d’un parc technologique. Ils ont mis à notre disposition un bâtiment central, unique, qui faisait la convoitise de pas mal d’institutions de la région. Avoir la ville comme partenaire, cela nous permet d‘avoir plus d’opportunité si ce n’est que par rapport aux évènements qu’on peut organiser et à l’implication de plusieurs organisations.

Tanger ne se définit pas que par son port (photo via Challenge)
Tanger ne se limite pas à son port (photo via Challenge)

Wamda : Qui va être votre public à Tanger ?

Marouane Chelli : Il y a des entreprises technologiques à Tanger mais elles sont dispersées, il n’y a pas un lieu ou des évènements qui les consolident.  Il y a pourtant une volonté. Les rares évènements ont beaucoup de succès. 

Une fois qu’on commencera à organiser des évènements comme on en fait à Casablanca et Rabat – les TechnoCouscous, les TechnoFtour, etc – et qu’on permettra à nos partenaires d’organiser leurs évènements, on commencera à consolider les membres de la communauté tangéroise dans les IT.

D’autre part, beaucoup d’entreprises de Tanger font appel aux entreprises technologiques de Casablanca et Rabat, dont certaines font déjà partie de Technopark. Certaines ont Tanger en tête comme destination de développement de leurs activités. Beaucoup nous ont dit que s’il y avait une structure à laquelle ils faisaient confiance, cela leur faciliterait leur choix de s’installer ici.

La communauté Technopark est une communauté multi-sites. Dès qu’on est client d’un Technopark, on est client de tous les Technoparks. Les membres ont accès aux salles de réunions dans toutes les villes, à la relation avec un chargé de clientèle dans chaque ville, etc.

On est aussi en train de travailler sur un coworking space à Tanger pour offrir aux entrepreneurs du nord un espace où ils peuvent se rencontrer et aux personnes qui se déplacent à Tanger un espace de travail.

Le Technopark de Tanger
Le Technopark de Tanger (photo via Technopark)

Wamda : Le Technopark de Tanger sera t-il différent de ceux de Casablanca et Rabat ? Y aura t-il une offre spécifique ?

Marouane Chelli : Nous faisons à Tanger la même activité qu’à Casablanca et Rabat Nous voulons capitaliser sur les acquis de Casablanca.

Il va y avoir des besoins spécifiques à Tanger, que nous découvrirons au fur et à mesure, mais il y a une base commune. Nous proposons donc les mêmes prix et les mêmes process d’accompagnement.

Nous sommes en train d’essayer de convaincre les structures d’accompagnement qui sont installé au Technopark de Casablanca, tel que le MNF [NdlR : un fond d’investissement], l’AFEM [NdlR : une association soutenant les femmes entrepreneurs], le Réseau Entreprendre Maroc MNF [NdlR : un réseau de chefs d'entreprises qui accompagnent les nouveaux entrepreneurs] d’ouvrir une antenne au Technopark de Tanger.

Notre objectif est de travailler avec eux, de les rapprocher de notre communauté et de créer des synergies entre eux et notre communauté.

Au début du Technopark, on s’est rendu compte que les structures d’accompagnement n’arrivaient pas à trouver de porteurs de projet et que les porteurs de projet ne trouvaient pas les offres d’accompagnement qu’ils désiraient. Il y avait un manque de communication et de mise en relation. Au Technopark nous travaillons sur ce volet pour assurer une bonne mise en relation entre les membres de notre communauté et les partenaires de notre écosystème.

On a une très belle salle de conférence [à Tanger] qui va permettre d'accueillir jusqu’à deux cent personnes. Nous sommes en train de la rénover pour pouvoir organiser plus d’évènements entrepreneuriaux et culturels.

Wamda : Y a t’il des défis spécifiques à Tanger ?

Marouane Chelli : Il faut changer la perception que Tanger n’est pas une ville dynamique ou une ville des affaires et participer à ce rebrandring de Tanger.

A l’heure actuelle, les jeunes entreprises n’ont pas les mêmes opportunités [qu'à Casablanca] mais nous allons, justement, leur permettre d’avoir les mêmes opportunités. Il faut voir le futur. Tanger c’est la ville du futur, c’est la ville où il y a des opportunités, où il y a une croissance et une dynamique à saisir.

Pays

Partager

Articles similaires