Yuzu lave et coupe vos ingrédients pour que vous mangiez mieux

Poisson frais à la tomate
Le repas est servi ! (photos via Yuzu)

En principe tout le monde est d’accord : cuisiner permet de manger mieux et moins cher. Mais peu d’entre nous ont le temps ou l’envie de choisir une recette, faire des courses et passer une heure en cuisine.

Et si l’on pouvait recevoir chaque matin une suggestion de recettes et se faire livrer le soir des instructions claires pour la réaliser et les ingrédients nécessaires pesés, coupés et préparés pour le prix d’un menu Big Mac et d’un milkshake ?

En Europe et aux Etats-Unis, le principe plait. Le leader américain, Blue Apron, vient ainsi d’annoncer une levée de fonds de 135 millions de dollars et affirme vendre trois millions de repas par mois. Le leader européen, HelloFresh, a lui annoncé une levée de 126 millions de dollars et affirmait vendre, à l’époque, un million de repas par jour.

En France, Cook Angels et Les Commis, se positionnent sur le repas entre amis haut de gamme avec des repas à près de 20€ par personne et des livraisons pour quatre personnes au minimum.

Depuis un an, Salim El Jai, propose à Casablanca, Yuzu, un service similaire revisité à la sauce marocaine. Positionnement, formules, logistique, il a tout revu pour s’adapter au marché marocain.

Cuisiner en toute simplicité

Tous les matins, les clients réguliers, reçoivent dans leur boite mail trois recettes, une végétarienne, une viande et une poisson. D’un clic ils peuvent demander à être livrés et choisissent quelle recette ils préfèrent.

Ils reçoivent dans la journée les instructions et les ingrédients prêts à l’utilisation. Il ne leur reste plus qu’à transformer ces ingrédients en délicieux repas.

Le service a aussi été pensé  pour les clients occasionnels. Ceux-ci choisissent parmi un catalogue de 200 recettes celle qui les intéresse.

A l’heure actuelle, Salim El Jai estime vendre entre cinq et dix packs par jour et compter sept clients réguliers qui commandent en moyenne un pack cinq fois par semaine.

Les clients commandent généralement pour deux ou pour une personne.

Les quantités exactes prêtes à être cuisinées
Les quantités exactes prêtes à être cuisinées

Un service marocanisé

Pour obtenir ce service, l’utilisateur doit débourser entre 40 to 60 dirhams (entre 4 et 6$), moins qu’un repas chez McDonald’s et bien moins, toutes choses égales par ailleurs, que ses equivalents européens.

« Je veux apporter une solution, offrir une alternative saine à McDonald’s » explique l’entrepreneur.

Pour y arriver, l’entrepreneur compte sur les économies d’échelles. En passant par ses services, ses clients ne gâchent plus car ils reçoivent la quantité exacte d’ingradients dont ils ont besoin et Yuzu peut négocier les prix en achetant au gros

A terme, il espère vendre ces packs 1,5 dollars (15 dirhams) par personne.

Une logistique locale

Une fois les commandes reçues, le site dresse automatiquement une liste de course triée par fournisseurs. L’équipe n’a plus qu’à communiquer via Whatsapp avec les commerçants de quartiers et à aller récupérer les ingrédients en magasin.

Pour ces commerçants, Yuzu est un gros client de plus. Pour Yuzu, travailler avec ces commerçants permet de rester en flux tendus.

Une fois les ingrédients dans leur cuisine, l’équipe de Yuzu lave, coupe, mesure et met sous vide.

Préparation des ingrédients
Préparation des ingrédients

Les seuls investissements de l’entreprise ont été l’achat de l’appareil de mise sous vide et l’aménagement des locaux.

La startup compte cependant une équipe assez importante. Huit personnes sont nécessaires pour préparer les ingrédients, mettre au point les recettes, effectuer les livraisons et commercialiser le service. 

Un galop d’essai

Salim El Jaï ne le cache pas : il lui faudrait 20 à 30 livraisons pour couvrir ces charges.

« Nous sommes en phase d’investissement » justifie t-il. L’entreprise est financée en grande partie par les revenues de son fondateur qui a gardé son emploi en tant que Directeur général adjoint d'une entreprise spécialisée dans l'IT .

« On ne cherche pas à vendre 150 repas par jour mais à valider le concept pour pouvoir le déployer ailleurs » explique l’entrepreneur.

« Le Maroc est un laboratoire pour tester les mécanismes. Les coûts y sont légers ce qui nous donne le le luxe de pouvoir faire des tests qu’on n’aurait pas pu faire ailleurs » justifie le trentenaire. « Les difficultés que je vais trouver sur le marché marocain, je vais les trouver ailleurs. »

Dans la cuisine de Yuzu
Dans la cuisine de Yuzu

Une fois qu’il aura prouvé la faisabilité du service, l’entrepreneur souhaite lancer Yuzu à Rabat et Marrakech puis à l’étranger dans la région sud de la Méditerranée, une région culturellement et socialement proche du Maroc et sur laquelle aucun acteur ne s’est implanté.

Pour l’instant, le service livre uniquement dans les quartiers chics de Casablanca mais ce n’est que temporaire.

« On veut élargir le marché à des quartiers de classe moyenne » explique l’entrepreneur qui est convaincu que son service peut marché dans toutes les agglomérations où les habitants ont des contraintes de temps.

Si le service arrive réellement à réduire le coût de ses packs, il pourrait permettre aux jeunes actifs mais aussi aux familles débordées de s’alimenter de façon plus saine, un défi majeur dans les grandes villes. 

Pays

Partager

Articles similaires