Le Maroc et la Tunisie se font remarquer aux MENA Games à Beyrouth


Les studios de jeux vidéo, comme Wizzo en photo, distribue goodies et jeux vidéo. (Images via Maysaa Ajjan)

L’industrie des jeux vidéo au Moyen-Orient et en Afrique du Nord grandit vite. Plus de 40 startups gaming  d’Europe, MENA et Turquie ont pris part la semaine dernière à la MENA Games Conference à Beyrouth pour discuter de très nombreux sujets allant de la publication des jeux vidéos à leur monétisation en passant par les spécificités des différents marchés de gamers.

Voici huit choses que nous avons apprises.

La Turquie est un des plus gros acteurs soutenant l’industrie des jeux vidéo

L’industrie des jeux digitaux turque a récolté un total de 464 millions de dollars en 2015. Selon un rapport publié par la Turkish Game Developers’ Association, cela représente une partie non-négligeable des 91 milliards de ce marché au niveau mondial.

« La plupart des entreprises gaming qui réussissent en Turquie ont commencé en se concentrant sur leur marché local puis se sont tourné vers le marché MENA » explique Barış Özistek, PDG de Netmarble EMEA lors du panel sur les éditeurs.

Özistek y mentionna aussi le programme Game Garage de l’incubateur turque Starters Hub, le plus gros centre d’incubation dédié aux jeux vidéo en Turquie et en MENA. Ce programme propose 20 000$ d’investissement en amorçage pour chaque startup acceptée.


Barış Özistek présentent Starters Hub lors de MENA Games.

« Nous avons lancé [Game Garage] parce que nous savions que les centres d’incubation ne pouvaient pas devenir rentable sur le court terme, il explique. Ils aident définitivement l’écosystème mais nous avons besoin de croissance plus rapide. »

Barış Özistek a recommandé aux incubateurs de « dépenser de l'argent sur le design et l'espace du centre car c'est ce qui attire les mentors. » 

« Les startups vont toujours être là mais les bons mentors sont [difficiles] » explique Barış Özistek.

La scène gaming grandit en Tunisie

Les startups tunisiennes étaient aussi présentes en masse. The Tunisian Game Developers (TGD), Digital Mania et Nuked Cockroach ont notamment pris la parole lors de panels et ateliers.

De nombreux efforts et initiatives sont en train de se développer en Tunisie, comme la TGD, une association fondée en 2012 par 15 passionnés, et le concours Global Jam Tunisia, qui vu passer un nombre grandissant de développeurs de jeux vidéo depuis 2013.


Les développeurs tunisiens de Nuked Cockroach et Digital Mania profite d’un moment de détente. (Images via Lucy Knight)

Mais tous ces entrepreneurs rencontrent le même problème : le manque de formation universitaire au développement de jeux vidéo, ainsi que le manque d’originalité dans les idées.  

« Vous devez localiser le contenu, les personnages et l’environnement car cela fait réagir les joueurs et leur permet de se reconnaître dans les personnages » explique Walid Sultan Midani, PDG de Digital Mania, qui a tenu un atelier sur l’expérience de la réalité virtuelle (VR) lors de l’événement.

Le paiement en ligne, un problème majeur en région MENA

Dans une région où une grande partie de la population préfère toujours payer en liquide, la monétisation des jeux vidéo est un vrai défi.  

« La taux de pénétration des cartes de crédit dans les pays émergents est autour de 5% » explique le fondateur et PDG de Paymentwall, Honor Gunday. « Cela laisse 95% de personnes qui bataillent pour payer des services [en ligne]. »

« [Les boutiques de] Google et Apple ne peuvent pas résoudre ce problème de monétisation » continue Tim Werner, le directeur général de l’entreprise de paiement dans les pays émergents PrimeiroPay. Sur plusieurs marchés, les internautes ne peuvent accéder aux stores que pour télécharger des jeux gratuits.

Les Egyptiens de TPay utilisent depuis 2014 la méthode de la "facturation directe par l’opérateur" à travers de laquelle les achats de jeux sont ajouté à la facture téléphone du client. « Le taux de conversion est 5 à 10 fois plus élevé que par carte de crédit » explique Sahar Salama, le directeur général de TPay.

L’histoire intéressante du gaming au Maroc

La première entreprise de jeux vidéo en région MENA était l’entreprise française Ubisoft, qui avait choisi d’ouvrir un bureau au Maroc en 1998, le Maroc étant un marché francophone et une porte d’entrée vers un public arabophone.

Evalué à 38 millions de dollars, le marché du gaming au Maroc est le sixième plus gros marché en Afrique, rappelle Yassine Arif, le PDG de Moroccan Game Developers lors d’un atelier.

Le premier jeu développé par Ubisoft Casablanca, la version N64 de Donald Duck: Goin' Quaker, fut un succès. Les dix années suivantes, le studio marocain participa au développement 26 jeux et ouvra un campus à Casablanca pour enseigner la conception de jeu. « Ils voulaient créer une nouvelle génération de développeurs marocains qui seraient en mesure de faire des jeux de haut niveau » explique Yassine Arif.   

Le campus, qui n’avait pas de nom officiel, organisait des formations d’un an à destination des étudiants. L’objectif était de former 300 étudiants gratuitement. « C’était très dur, les standard étaient les mêmes que dans les universités américaines » se rappelle Yassine qui y avait étudié à l’époque.

La crise financière de 2008 conduit Ubisoft à fermer le campus. Confronté à des profits en baisse, Ubisoft concentra ses moyens sur ses bureaux à Montréal.

« Tout s’était effondré, explique Yassine Arif. Nous avons dû recommencer à zéro. »

Même si UbiSoft Casablanca est toujours ouvert, la crise affecta Yassine, à tel point qu’il décida de lancer son association. The Moroccan Game Developers a maintenant 3 000 membres dont une partie se forme à la création de jeux vidéo et au design. « Nous voulons ouvrir une école et nous préparons un business plan pour cela » dévoile Yassine.

Data intelligence, un outil crucial pour les développeurs de jeux mobiles

On parle de data intelligence quand une entreprise collecte et analyse des données pour en tirer des informations utiles à son fonctionnement que ce soit sur ses concurrents, ses ventes et ses prédictions de performance.

Lors de son talk, Anders Lykke, le responsable des ventes chez Priori Data en Allemagne, identifia 5 traits de caractères communs aux développeurs de jeux vidéo talentueux. L’un d’entre eux était l’utilisation de la data intelligence comme outil pour comparer les performances et suivre les progrès.

« Les développeurs de jeux vidéo talentueux ont un bon système de data intelligence. Ils donnent à leurs employés plus de pouvoir en leur donnant accès à ces outils. Vous ne pouvez pas améliorer quelque chose si vous ne le mesurez pas » explique Anders Lykke.

L’analyse de l’information est aussi importante pour suivre les performances de ces concurrents et ainsi comparer les siennes.

« Vous devez être capable de répondre à des questions spécifiques comme : de combien de téléchargements ais-je besoin pour obtenir un bon classement sur l’ App Store ? »


Amir Esmaeil Bozorgzadeh, co-fondateur de Gameguise, partage ses données sur le marché saoudien et iranien.

L’Iran et l’Arabie Saoudite sont aussi à suivre

L’Arabie Saoudite et l’Iran, bien que plutôt fermés, sont des gros marchés pour les développeurs de jeux vidéos.  

Le marché des PC et des consoles en Iran vaut approximativement 167 millions de dollars et celui de l’Arabie 202 millions. Les Saoudiens payent pour 13% de leurs téléchargements et les Iraniens pour 34%, selon une étude du managing partner de Gameguise, Amir-Esmaeil Bozorgzadeh.

Lors de son atelier sur les marchés saoudiens et iraniens, Bozorgzadeh pointa du doigt un problème majeur en Iran : l’Iran manque de distributeurs officiels accrédités par l’ESRA (The Entertainment Software Rating Association in Iran), ce qui laisse de la place au piratage. Néanmoins, le marché semble être prêt pour un changement, 60% des gamers ont utilisé le système de paiement Shetab  quand il est devenu disponible aux e-commerces.

Quant au marché saoudien, il semble réceptif aux produits étrangers, preuve en est la moitié des gamers saoudiens n’utilisent pas les app stores du Moyen-Orient mais celui des Etats-Unis.

Amir-Esmaeil Bozorgzadeh a un conseil pour les éditeurs de jeux cherchant à se développer sur ces marchés : « Ne vous embêtez pas à localiser votre contenu en Arabie, lancez en anglais et assurez-vous d’avoir des creative assets en arabe. »


Des développeurs de jeux jordaniens jouent à leurs jeux.

L’anglais est la langue dominante

Même au Moyen-Orient, Michele Baratelli de la maison d’édition Gameloft, recommande de se lancer en anglais, surtout si vous n’avez pas d’énormes ressources.

« Si vous êtes en MENA, il peut-être bien de privilégier l’arabe mais l’anglais est bien aussi » explique t-il. Gameloft publie ses jeux en 15 langues, dont l’arabe. Pour Michele Baratelli le choix de la langue se fait vraiment au cas par cas mais l’anglais n’est jamais un mauvais choix. Quant à eux, ils publient tous leurs jeux  en arabe.

Wajdi Azar, le PDG de 3dotsgames en Jordanie, a expliqué à Wamda qu’ils ne choisissent l’anglais que pour certains de leurs jeux. « Le monde est plus grand le MENA » justifie t-il.

Le développement de jeux, un projet parallèle pour beaucoup

Ce n’est pas spécifique à la région MENA mais il est très intéressant de noter quel les développeurs de jeux sont tellement passionnés qu’ils le font à côté de leur emploi.

Bug Games de Jordanie est un projet de Danar Dayfi et Mohammad Dmour. Danar Dayfi enseigne la programmation de jeux vidéo et étudie pour obtenir un MSc tandis que Mohammad Dmour est un programmeur travaillant pour un ministère. Ils travaillent sur leur jeu ‘Switch Jump’ en soirée. « Vous ne pouvez pas prévoir ce qui sera un tube » explique Danar Dayfi, ce qui explique son incapacité à quitter son emploi à temps plein actuel. 

Catégorie Media

Pays

Partager

Articles similaires