En quoi l'économie collaborative arabe est unique

HBR Creative Platform remet la collaboration au sein de l'espace urbain
HBR Creative Platform remet la collaboration au centre. (Imave via HBR Creative Platform)

Cet article a été publié dans sa version longue et originale sur SwitchMed’s blog.

Chaque génération a ses illuminés qui veulent « faire une différence et avoir un impact positif ». Ces entrepreneurs créatifs, jeunes innovateurs, change-makers (ils ont de nombreux noms), ont tous en commun une vision différente pour nos économies : plus durables, plus sociales, plus inclusives et, surtout, plus collaboratives.

L’économie collaborative en MENA n’est pas celle de l’Europe

Depuis trois ans, j’explore l’économie collaborative à travers le monde pour OuiShare. Cette expérience s’est avérée fascinante.

En France, en Espagne ou aux Etats-Unis, nous en sommes déjà à l’après « ruée vers l’or » et les sujets de discussion sont passés de la consommation collaborative aux structures de gouvernance et la répartition de la valeur. En MENA, nous sommes encore loin de la ruée vers l’or mais un changement prometteur opère déjà.

Dans les territoires faisant face à de multiples changements, comme ceux du monde arabe, l’économie collaborative, l’open source et les initiatives zéro-déchet apparaissent fondamentales pour obtenir des solutions innovantes aux besoins de développements sociaux et économiques.

L’économie du partage y a émergé dans une forme légèrement différente qu'ailleurs car la pratique et le principe du partage et de la collaboration font partie de la culture locale. Partager des biens de consommation, des trajets ou des voitures y est quelque chose de très commun.

Dans les zones rurales ou au sein des familles, où le sens de tribu est dominant, le partage est toujours très présent. Mais avec le développement économique et la croissance rapide des grandes villes, les modes de vie individualistes, dirigés par l’argent, gagnent en puissance au détriment du partage.

L’innovation sociale digitale et l’économie collaborative en MENA

Dans ces pays, les entrepreneurs créatifs montent des entreprises pour construire ce qu’il manque à la région : stabilité politique, durabilité, recherche du zéro déchet, prise de pouvoir des femmes, pour ne citer qu’eux.

Notant, en particulier, l’impact des projets collaboratifs qui allient l’héritage culturel local et l’innovation sur le social et l’environnemental, j’ai travaillé avec le Centre UNEP pour la consommation et la production durable (SCP/RAC) sur le programme pour l’entrepreneuriat vert et la société civile au sein de l’initiative SwitchMed.

Dans notre scan de la région, nous avons noté que la majorité des projets ont un impact sur trois secteurs de la région : l’urbanisme, la mobilité et le tourisme et artisanat.

Les deux premiers secteurs sont des sujets déjà populaires dans les zones urbaines à travers le monde. Leur développement dans les pays MENA est le résultat d’une tendance globale qui affecte la plupart des villes et métropoles dans le monde. Le secteur du tourisme et de l’artisanat se distingue lui par la diversité et l’originalité de ses modèles économiques qui le différencie du reste du monde.

Nous avons alors sélectionné douze projets qui transforment ces secteurs pour analyser leurs business models et identifié comment nous pouvons les soutenir, les répliquer et les faire grandir dans la région méditerannéenne.



Analysis of the projects business models through the sharing economy framework

Urbanisme

L’urbanisme est une thématique primordiale dans les villes à croissance rapide de la région MENA. Les espaces de coworking et alternatives réinventent la façon dont nous considérons et développons les espaces dans nos villes. En permettant la collaboration entre des populations habituellement laissées de côté, ils soutiennent de nouvelles dynamiques dans des quartiers qui en manquaient terriblement.

Projets : HBR Creative Platform au Liban ; Debbo52 et Tilil Tanit en Tunisie ; Orange Bleue Maghreb au Maroc

Mobilité

La mobilité et la circulation deviennent des problèmes de plus en plus endémiques en MENA. La hausse du prix des carburants, l’augmentation constance du nombre de voitures dans les rues, couplés au problème d’accessibilité et sécurité des transports publiques (bus ou taxis collectifs) ont poussé de nombreuses personnes a dédié des montants significatifs à l’acquisition d’une voiture privée ou à l’utilisation de taxis.

Ce n’est pas une surprise de voir émerger des plateformes de covoiturage et d’auto-partage dans les grandes villes comme Le Caire, Tunis ou Casablanca, qui essaient d’offrir des solutions innovantes.

Projets: Sheaply et Carmine au Maroc ; Karhebtna en Tunisie et Kartag en Egypte.

Tourisme et artisanat

Le secteur du tourisme et artisanat est le plus dynamique et créatif à l’heure actuelle. Le tourisme et l’artisanat collaboratifs et durables particulièrement donnent lieu à des innovations sociales en utilisant les racines et traditions de la région.

Projets : Anou et Craft Draft au Maroc, Waste au Liban, El Mensej en Tunisie. 

Tous ces jeunes entrepreneurs construisent une voie permettant un plus grand développement économique et social grâce à une approche créative et pro-active.

Catégorie Media

Pays

Partager

Articles similaires