Premier programme réussi pour New Work Class

Lire en

Chaque écosystème a ses spécificités. Une de celles du Maroc étaient de ne pas avoir de programmes de formation pour les entrepreneurs n'évoluant pas dans l'entrepreneuriat social, ceux-là avait accès à Dare et Impact Lab.

Tout changea en début d’année quand NUMA Casablanca lança son programme d’accélération et que New Work Lab lança ses cours d’entrepreneuriat, astucieusement appelés New Work Class. Forts de leurs premières promotions, les deux programmes se préparent pour leurs secondes.

Lancé en partenariat avec l’OCP Entrepreneurship Network, du groupe marocain OCP, les New Work Class ont pour ambition de former 120 entrepreneurs en deux ans.

Jusqu’à présent New Work Lab, NWL pour les initiés, proposait du coworking des évènements de networking et de formation et organisait chaque moi le Pitch Lab durant lequel cinq entrepreneurs présentaient leurs entreprises.

« Je recevais beaucoup de candidatures pour le Pitch Lab avec des projets intéressants, a expliqué la fondatrice du NWL, Fatim-Zahra Biaz, à Wamda. En revanche les entrepreneurs n’avaient ni la méthodo ni les outils pour monter ces projets et transformer leurs idées en potentiel projet de startup. C’est pour ça que New Work Class a été lancé. »

Le programme de trois mois a été lancé en mars 2016 pour enseigner à ses étudiants les fondamentaux de l’entrepreneuriat, leur donner les outils et leur offrir le réseau nécessaires pour monter une entreprise.

Pour Fatim-Zahra Biaz un des priorités était d’aider les apprentis entrepreneurs à valider leur projet car bien souvent, les fondateurs qu’elles rencontrent perdaient beaucoup de temps à développer des projets avant de se rendre compte qu’ils n’étaient pas viables.

New Work Lab a reçu une centaine de candidatures et en a retenu 12. Cette première classe s’est distinguée par sa diversité. Les entreprises allaient de la startup innovante à la TPE au concept original en passant par le studio de jeux vidéo.

New Work Class a aussi fait le choix de faire cohabiter des startups aux parcours différents. Certains en étaient au stade de l’idée, d’autres avaient conçu leur MVP (minimum viable product) mais n’avaient pas encore trouvé leur market fit et fini leur réflexion business, certains, enfin, avaient déjà enregistré leurs premières ventes.

Nezha El Wafi des Ateliers Make Up et Yassine Arif de Thewallgames, en pleine révision. (Image via New Work Lab)

Cette cohabitation a permis aux entrepreneurs d’échanger et d’apprendre des uns et autres a estimé Fatim-Zahra Biaz.

« C'était positif et utile, car ça me permettait d'avoir des feedbacks d'entrepreneurs qui ne sont pas dans le même domaine que le mien » a expliqué Yassine Arif, participant et fondateur de Thewallgames

Si des cours étaient dispensés le samedi, le programme consistait aussi à de la mise en connexion avec des experts.

Les entreprises de cette première promotion qui seront prêtes à communiquer pourront présenter leurs avancées lors du Pitch Lab de septembre et profiter de la campagne de presse qui l’accompagnera.

Il y a des chances que la presse soit intéressée. Certains diplômés ont développé des concepts très originaux pour le Maroc et certains rencontrent déjà un franc succès.

Seaskin, par example, transforme des peaux de poisson en cuir. Quant à l’Atelier Make Up, c’est un lieu physique pour apprendre à se maquiller.

Thewallgames et Chronoménage ont déjà prouvé qu’il y avait un marché pour eux au Maroc. Au début de New Work Class, Chronoménage, un service de mise en relation avec des femmes de ménage, ne comptait que deux ventes par jour. Aujourd’hui, elle en compte 60 par jour. Thewallgames, un studio de jeu vidéo, a sorti son premier jeu, Z7am, en juin en partenariat avec l’opérateur télécom Inwi. L’application a été téléchargée plus 50 000 fois.

Pour autant, il faudra encore attendre pour voir l’impact de ces classes.

« Les cours théoriques étaient tellement riches que […] nous avons pas eu assez de temps pour tout appliquer » a expliqué la cofondatrice de Koolna, un service de mise en relation de voyageurs, qui n'a pas souhaité dévoilé son nom car étant toujours en poste ailleurs. Il leur faudra cependant du temps et du recul pour pouvoir prendre pleinement conscience de l’impact de ces cours, a-t-elle ajouté.

Les candidatures aux deuxièmes sessions du New Work Class et Numa Casablanca sont ouvertes. Les classes commenceront respectivement en septembre et en octobre.

--

P.S. L'article a été modifié le 10/08/16 à 16:40 GMT

Lire en

Catégorie Media

Pays

Partager

Articles similaires