Fabulous, les bonnes rencontres n’arrivent pas par hasard

Lire en

Vous vous rappelez la dernière fois que vous avez eu une journée productive et sans stress ? Que vous avez fait quelque chose que vous faisiez trainer depuis longtemps ? Je suis sûre que vous vous sentiez « fabulous ».

L’application mobile Fabulous s’appuie sur des principes scientifiques pour aider ses utilisateurs à recréer ce sentiment à travers la création de rituels positifs, comme la méditation, l’exercice physique et la réduction du temps passé sur les réseaux sociaux.

Prendre le temps de bâtir des bases solides

Il y a deux ans, l’ingénieur tunisien Sami Ben Hassine voulais changer ses habitudes et mener une vie plus saine mais n’avait de cesse d’être distrait par l’effervescence de la vie parisienne.

Il décida donc de créer un service qui aiderait ses utilisateurs à changer leurs routines et s’associa avec son ami d’enfance et ingénieur logiciel Amine Laadhari.

Avant de se mettre au boulot, ils voulurent s’assurer être sur la même longueur d’onde et pouvoir travailler ensemble pour au moins cinq ans.

« Nous nous sommes donnés le défi de construire une solution Android en deux semaines », explique le PDG Ben Hassine.Cela leur permit de déterminer qu’ils étaient compatibles, d’identifier leurs forces et de trouver des parades à leurs faiblesses -  Amine Laadhari n’avait jamais codé pour Android, il apprit sur le terrain.

Il leur manquait toujours un designer pour créer l’expérience utilisateur. Ambitieux et audacieux, ils contactèrent pendant l’été 2014, Taylor Ling, un Google Developer Expert en design basé à Kuala Lumpur, en Malaisie. Le designer, rapidement convaincu, rejoignit Fabulous, alors appelé The Fabulous, en tant que cofondateur et designer.

Deux semaines plus tard, la première version de l’appli était prête.

C’est alors que l’équipe décida de faire une pause de deux mois pour permettre à Sami Ben Hassine de rejoindre la Singularity University, une célèbre école pour entrepreneurs de la Silicon Valley. Il revint avec un beau carnet d’adresse dans la Silicon Valley et une conviction bien américaine que tout est possible.  

L’événement qui changea tout

Début 2015, de retour à Paris et dévoués à temps plein au projet, Sami Ben Hassine et Amine Laadhari se rendent à un événement de Google Play, la boutique d’applications pour Android de Google. Leur appli attira l’attention de la personne en charge de choisir quelles applications seront mises en avant sur Google Play.  

Quelques semaines plus tard, les cofondateurs reçurent un email leur demandant de remplir quelques critères techniques et design afin d’être mis en avant sur le store.

L’équipe de Fabulous au Google Play Awards. De droite à gauche : Amine Laadhari (CTO), Sadok Messadi (senior developer), Taylor Ling (designer), Sami Ben Hassine (CEO)

Convaincus qu’une telle opportunité ne se représenterait pas deux fois, l’équipe retarda le lancement et passa huit mois à reconstruire l’application.  

« L’UX est fluide, authentique et engageant [...] La structure technologique est robuste et scalable en fonctionnalités, langues et base d’utilisateur » explique Cyril Grislain, un business angel tunisien qui a rejoint le board de Fabulous il y a un an.

L’appli est lancée en  août 2015, et mise en avant sur Google Play quelques semaines plus tard.

En quelques jours, l’appli atteignit les 30 000 téléchargements. Le million d’utilisateurs fut atteint fin 2015. En mai 2016, Fabulous fut nommée aux premiers Google Play Awards dans deux catégories : meilleur design et meilleure innovation.

La science entre en jeu

Les deux fondateurs étaient persuadés depuis longtemps que l’économie du comportement, « behavioral economics » en anglais soit l’utilisation de la psychologie pour expliquer la prise de décisions économiques, pouvait aider les gens à mettre en place de meilleures habitudes.

« Les gens ne sont pas rationnels et ils ne vont pas faire tout ce que vous voulez d’eux », explique Sami Ben Hassine.

Ils candidatèrent et furent acceptés à un programme expérimental de la Duke University, en Caroline du Nord, aux Etats-Unis, visant à voir ce qui ressortirait de la collaboration entre deux startups et des chercheurs en économie du comportement. Ils y atterrirent en septembre 2015.

Au contact de médecins et d’entreprises pharmaceutiques, les cofondateurs réalisèrent que leur appli pouvait aussi faire des merveilles pour les patients souffrant d’insuffisances cardiaques.

En suivant le bon traitement, ces patients peuvent s’attendre à se sentir mieux après six à douze mois. S’ils changent leurs habitudes et vivent une vie plus saine, leur état s’améliore bien plus vite.

Cette semaine, Fabulous officialisera son partenariat avec une entreprise pharmaceutique pour remplacer l’accompagnement humain de ces patients par un « traitement digital ». Un test sur une large base de patients, dont le nombre est gardé confidentiel, commencera prochainement.

A l’heure de la monétisation

Il y a quelques semaines, Fabulous a commencé à monétiser son service en rendant payantes certaines fonctionnalités et en ajoutant de nouvelles fonctionnalités premium, comme l’ajout d’objectifs personnels. Après quelques jours, 2 000 personnes s’étaient abonnées au forfait payant.

Fabulous est actuellement en train de lever des fonds.  

Image d'en-tête via Fabulous.

Lire en

Catégorie Media

Pays

Sponsorisé par

Challenge22

Partager

Articles similaires