Quand l’intelligence artificielle transforme des applis iOS en applis Android

Lire en

Les yeux rivés sur son ordinateur dans un lobby d’hôtel, des tasses de café et des bouteilles d’eau vides amassées à côté de lui, l’énergie et l’enthousiasme de Jaoued Ahmed est contagieuse.

« Airbnb a échoué cinq fois avant de trouver le bon produit, il explique. C’est pour ça que je n’abandonne pas. On sait qu’on est train de développer quelque chose qui aide vraiment les développeurs. »

Jaoued Ahmed est le CMO, le responsable marketing, de Myappconverter, une startup anglo-marocaine qui permet de convertir rapidement le code d’une appli iOS en un code utilisable sur Android.

Kamal Youbi et Jaoued Ahmed. (Images via Myappconverter)

Quand l’AI code

C’est un défi qui touche tous les codeurs ; il n’y a pas, à l’heure actuelle, de façon simple de développer une appli native sur les deux systèmes.  

Les développeurs mobile doivent réécrire tout leur code dans un langage natif Android à partir de zéro, ce qui prend des mois.

Myappconverter utilise l’intelligence artificielle (AI) en se basant sur la sémantique. L’algorithme comprend le sens et les objectifs de l’appli plutôt que de traduire le code mot pour mot.

« Notre produit rend possible […] de recevoir en quelques minutes 90% du code traduit, propre et sans bug », explique Jaoued Ahmed.

Les 10% restants doivent être traduit à la main par l’équipe de Myappconverter ce qui peut prendre jusqu’à cinq semaines.

« Ce produit a vraiment été une super façon pour nous de sortir notre application sur toutes les plateformes » explique Ben Crouch, le responsable produit d’Essensys Tech, un client de Myappconverter. « N’ayant que des compétences iOS à notre disposition, nous avons pu nous concentrer sur les fonctionnalités de l’app et laisser Myappconverter s’occuper du reste. »

Traduction en cours.

Quand on ne peut pas scaler

Myappconverter a été créée en 2013 par une équipe de trois Marocains qui se connaissent de longue date. L’entrepreneur chevronné Kamal Youbi, le CEO et esprit technique du groupe, et Jaoued Ahmed, le responsable marketing en 2008, se sont rencontrés quand ils travaillaient tous deux chez l’entreprise de service informatique Logica à Paris. Ce dernier et Karim El Mazouni, le COO, responsable des opérations, se connaissent depuis l’enfance.

Jaoued Ahmed a convaincu John Pluthero, l’ancien CEO de Cable and Wireless au Royaume-Uni, que Jaoued Ahmed connaissait de son temps dans l’entreprise anglaise, à les rejoindre en tant qu’investisseur exécutif, prenant ainsi la position de président.

L’an dernier, ils ont commencé à générer des revenus. « Nous avons généré plus d’un million de dollars de commandes depuis notre lancement mais nous avons découvert que nous n’avions pas les capacités de convertir tout le code » explique Jaouad Ahmed. Parce qu’ils doivent traduire 10% du code manuellement, ils n’ont pas pu accepter toutes les commandes.

Raffiner le produit

« Les clients nous ont dit qu’ils aimaient ce qu’on faisait mais que nous essayons de trop en faire en écrivant tout le code nous même », a expliqué Jaoued Ahmed à Wamda.

Alors l’équipe a décidé de repenser son approche et de laisser les clients écrire les dernières portions de code eux-mêmes. 

Jaoued Ahmed, Kamel Youbi et Karim El Mazouni.

La nouvelle version du produit est un outil de portage d’UI native iOS à UI native Android qui fournit aux clients un « template » de l’appli qu’ils essayent d’écrire afin de leur permettre d’écrire le 10% restant de code. Ce nouveau service est testé en ce moment par certains clients et sera lancé et accessible à tous en novembre.

Entre Londres et Casablanca

Myappconverter est immatriculée à Casablanca où la main d’œuvre est moins chère. Ils y emploient 20 codeurs indépendants.

Les clients, principalement des développeurs et des studios de développement d’applis, viennent eux du monde entier mais surtout d’Europe et des US.  

« Du tant que nous fournissons nos services, peu importe à nos clients d’où nous venons », explique Jaoued Ahmed.

L’entreprise compte plus de 40 000 utilisateurs inscrits sans avoir fait de RP ou de campagne marketing, seulement grâce au bouche-à-oreille et au marketing en ligne, explique Jaoued Ahmed. Ils lèvent actuellement des fonds aux Etats-Unis, idéalement auprès d’entreprises logicielles.

« Nous prévoyons d’aller loin et vite, nous aimerions donc nouer des partenariats stratégiques. Nous aimerions construire quelque chose que les développeurs d’appli mobiles voudront utiliser et payer », explique Jaoued Ahmed.

Image d’en tête : reconstruction de la machine Bombe à Bletchley Park, un code d’un autre temps. (Image via Bethlikes.com)

 

Lire en

Pays

Partager

Articles similaires