Incubation, concours, financement : la Fondation Biat met le paquet en Tunisie

La Tunisie aurait-elle trouvé son ange gardien de l'entrepreneuriat ?

Malgré son jeune âge, la Fondation Biat pour la jeunesse frappe un grand coup en présentant son axe entrepreneuriat et en annonçant ses grands projets lors d’un évènement organisé mercredi au siège de la banque.

Créée en mars 2014, la Fondation Biat accompagne la jeunesse tunisienne afin de réduire les inégalités sociales et soutenir la création et la diversité culturelle à travers trois axes principaux : l’éducation, la culture et la promotion de l’entrepreneuriat.

Sa première création relative à l'entrepreneuriat a été le programme Spark dont le but est de développer la culture entrepreneuriale auprès des jeunes de 15 à 18 ans.

Pour aider les jeunes à développer les qualités nécessaires pour entreprendre, l’initiative a mis en avant des modèles de succès entrepreneuriaux en ligne, créé des clubs d’idéations dans les lycées et organisé un hackathon de deux jours en juin dernier.  Une nouvelle session de Spark days aura lieu en Novembre.

La nouveauté de la saison 2016-2017 est le lancement du programme Spark Academy qui consiste à l’organisation d’ateliers dans des lycées et internats des régions défavorisées du pays.

La Fondation Biat ne s’arrête pas là. Elle va lancer de nouveaux programmes en partenariat avec des organisations internationales, a expliqué Rym Baouendi, directrice de programmes.

Khalil Elloul, lauréat de Spark, revient sur son expérience. (Image via Fondation Biat)

Lancement d’un concours d’entrepreneuriat en partenariat avec MIT Enterprise Forum

La fondation Biat en collaboration avec le fameux MIT Enterprise Forum Pan Arab (MITEF) va lancer un concours annuel national pour les entrepreneurs et porteurs d’idées tunisiens, qu’ils soient dans la tech ou pas, avec trois catégories : Idées, Startups et Entrepreneuriat social. Cette compétition constituera un pont avec l’écosystème entrepreneurial de la région MENA et avec la Silicon valley.

L’appel à candidatures est prévu pour janvier 2017. Parmi les 100 candidatures prévues, 50 semi-finalistes seront sélectionnés en mai 2017. En juillet 2017, seulement 20 candidats participeront à la finale qui récompensera neuf gagnants, trois par catégories.

Noomane Fehri, l’ancien ministre tunisien des TICs, prend la tête de incubateur de la Biat

« Un tsunami technologique va arriver bientôt », estime Noomane Fehri. Pour l’ancien ministre adoré des entrepreneurs, il faut se préparer dès maintenant à la vague entrepreneuriale qui se déverse sur le monde entier en créant une « Bourguiba Valley », en référence à la Silicon Valley. Si ce n’est pas fait maintenant, ce sera trop tard.

Consciente des points faibles des compétitions d’entrepreneuriat en général, la Fondation Biat va lancer, en partenariat avec le Cabinet Noomane Fehri, un incubateur pour accompagner les 50 semi-finalistes de son concours pour une durée de trois à cinq ans.

Cet incubateur sera dirigé par Noomane Fehri qui s’éloigne de la politique pour consacrer son temps au développement de l’écosystème entrepreneurial tunisien.

Faciliter le financement

Ismail Mabrouk, le président de la Fondation Biat, a mentionné plusieurs projets visant à faciliter le financement des startups dont une ligne de crédit pour les startups avec un taux d’intérêt de 1% et un fonds d’investissement. Ces idées sont encore en phase d’étude et l’équipe est ouverte aux suggestions et aux feedbacks des parties prenantes de l’écosystème.

L’incubateur ne relèvera pas du mécène mais sera une entreprise à part entière générant ses propres revenus grâce à ses activités de financement.

« Nous sommes au courant des différents initiatives d’incubation faites avant mais je suis sûr que celui de la BIAT va réussir »,a déclaré Ismail Mabrouk qui mise beaucoup sur son équipe. Il est à noter que la Fondation Biat à l’aide du cabinet de conseil Roland Berger avait fait une étude sur l’écosystème entrepreneurial tunisien, ce qui lui a permis d’élaborer sa stratégie.

Les success stories tunisiennes ont le pouvoir d'inspirer la jeunesse. (Image via Ahmed Hadhiri)

Entrepreneurs of Tunisia, un nouveau portail pour l’écosystème entrepreneurial

Financé par la Fondation Biat,  un nouveau portail, Entrepreneurs for Tunisia, a été présenté en avant première par Khalil Tarhouni, chef de projet de Mazam, l’agence tunisienne de gestion de projets qui est derrière cette idée.

La plateforme, qui sera lancée officiellement en décembre, va cartographier l'ensemble de l'écosystème entrepreneurial tunisien des startups aux organismes d'appui (incubateurs, accélérateurs, bailleurs de fonds, espaces de coworking...) en passant par les événements.

Différents partenaires feront partie de ce projet dont le gouvernement tunisien, le ministère des TICs, l’APII, agence de promotion de l’industrie et de l’innovation, le Réseau Entreprendre, un réseau de chefs d'entreprises qui accompagnent les nouveaux entrepreneurs, Souk Attanmia, un programme de financement initié par la Banque Africaine de Développement, WikiStartup, un incubateur privé tunisien, Tunisian Startups, un mouvement qui représente les startups tunisiennes, Yunus Social Business, un fonds d’investissement pour les entreprises sociales, et Founder Institute, un programme d’accélération de startups.

Lancement d’Endeavor Tunisie pour booster les projets les plus ambitieux

La Fondation Biat a aussi dévoilé le lancement du chapitre tunisien d’Endeavor Global, une organisation internationale à but non lucratif créée en 1997 dont la mission est de sélectionner, accompagner, soutenir et accélérer les entrepreneurs à fort impact partout dans le monde.

Endeavor Tunisia apportera un appui personnalisé de haut niveau aux entrepreneurs tunisiens à travers la sélection, le mentorat et l'accélération. Son programme vise le développement d’un écosystème entrepreneurial propice permettant l’accès aux marchés, locaux et internationaux, et aux financements.

« Notre but, c’est d’avoir des success stories tunisiennes », a martelé Rym Baouendi en faisant référence au projet turc Yemeksepeti qui a été acquis en mai 2015 par Delivery Hero pour 589 millions de dollars.

Mieux que personne la Fondation Biat a les moyens de donner vie à un boum de l'entrepreneuriat en Tunisie, encore faudra-t-il qu'elle collabore avec les organisations qui ont créé et soutenu l'écosystème entrepreneurial jusque-là.

Pays

Partager

Articles similaires