A la COP22, environnement et entrepreneuriat font bon ménage

Lire en

Longtemps confinée à la seule sphère des négociations internationales dans le but de maîtriser l’augmentation des gaz à effet de serre, la Conférence des Parties a réussi à se transformer au fil des éditions en une réelle plateforme d’action pour le développement de l’innovation et l’entrepreneuriat écologiques.

L’édition de cette année, la COP22, tenue à Marrakech du 7 au 18 novembre, a renforcé cette tendance entrepreneuriale grâce aux efforts combinés des incubateurs, accélérateurs et autres organismes d’accompagnement marocains et internationaux. 

Les entrepreneurs et aspirants-entrepreneurs de l’économie verte et durable ont profité de cette grande messe environnementale pour partager leurs innovations, développer de nouvelles solutions et apporter des réponses concrètes aux nombreux défis qui menacent la planète.

Des entrepreneurs d'Enactus présentent leur projet au public de la zone verte (Image via Enactus)

L’entrepreneuriat social à l’honneur

Les secteurs de la greentech et de la cleantech ont toujours été au centre des préoccupations des entrepreneurs sociaux. C’est donc tout naturellement qu’un important contingent a élu domicile à la Zone Verte, espace spécialement aménagé pour les entreprises, associations et chercheurs qui œuvrent pour l’environnement.

Enactus Morocco, branche marocaine de l’association estudiantine internationale d’entrepreneuriat social, a permis à 30 projets de faire le déplacement dans la ville ocre pour exposer leurs solutions novatrices. « La COP22 était surtout une opportunité pour tous ces projets d’avoir de nouveaux contacts. Cette exposition leur a permis de rencontrer de nouveaux partenaires, nouveaux fournisseurs et nouveaux clients. C’était un succès exceptionnel, surtout pour ceux qui viennent de se lancer », nous explique avec enthousiasme Adnane Addioui, Country Leader d’Enactus Morocco et cofondateur du  Moroccan CISE.

Les porteurs de projet de l'espace Bidaya (Image via la page facebook de l'espace Bidaya)

Les startups incubées à l’Espace Bidaya, incubateur social casablancais fondé par le Comptoir de l’Innovation, étaient aussi de la partie. Huit projets au total ont tenu des stands tout au long de la COP22,  dont Granéco, qui produit un bio-combustible alternatif au bois et au charbon issu de la récupération des déchets. L’entreprise sociale s’engage également auprès des populations des régions montagneuses en leur distribuant gratuitement une partie des bûches produites. L'événement a permis aux deux co-fondateurs, Mohamed Hafid et Kenza Joullanar, de développer leur réseau et « tester la pertinence du projet auprès du marché et des structures de financement ».

Kaoutar Abbahaddou, entrepreneuse sociale fondatrice de AWIS (Africa Water Innovative Solutions) et alumni du réseau Enactus, a participé à la COP22 principalement pour le networking et découvrir les nouvelles tendances et innovations du secteur de l’eau. « J'ai participé d'abord à la COY12 (Conference of Youth) qui se tient juste avant la COP pour discuter des différents challenges liés à l'environnement. Il y avait plus de 2000 jeunes de plus de 30 pays » explique-t-elle à Wamda. « Quant à la COP,  j'y étais pour chercher des opportunités de collaboration pour mon entreprise. J'ai déjà entamé des discussions et j'espère que cela va déboucher sur des partenariats effectifs » continue-t-elle.

Les hackers écolos en action

Parallèlement aux exhibitions et autres débats et négociations, le processus créatif battait son plein grâce aux hackathons, ces marathons de création et de développement collaboratifs qui s’étalent sur plusieurs jours.

Deux hackathons partenaires, Innovation Camp organisé par Houna, un incubateur culturel et artistique marocain, et ScaleCamp organisé par OpenTeam, une plateforme collaborative internationale, ont réuni des entrepreneurs, makers, designers, ingénieurs et scientifiques de diverses nationalités afin de co-créer les solutions écologiques de demain. Grâce au Fablab Casablanca et à des mentors expérimentés, les participants avaient à leur disposition tous les moyens techniques, matériels et humains pour prototyper leurs idées. Une expérience qui s’est révélée fructueuse pour Mohammed Al Abridi, responsable de l'atelier ‘Design Plastic’ chez Ressourc'In, qui fabrique des produits design de créateurs à partir de déchets collectés.
 
Participants à l'innovation camp (Image via Houna.org)

« L'atelier ‘Design Plastic’ repose sur le concept de quatre machines de ‘Precious Plastic’, un projet en open source lancé par Dave Hakkens. J’ai eu la  chance d’avoir comme mentor un membre fondateur de ‘Precious Plastic’ qui m'a accompagné pendant une semaine et m'a permis de gagner beaucoup de temps » témoigne-t-il.

Au bout de cinq jours d’intenses ateliers collaboratifs et pluridisciplinaires avec des experts locaux et internationaux, 17 équipes ont eu l’occasion de pitcher leur projet devant un jury d’experts et d’investisseurs et de mettre en évidence la valeur et l'efficacité de la collaboration, nous détaille Grégory Valadié, membre de l'équipe OpenTeam.
 
Trois projets de chaque hackathon ont été ensuite sélectionnés pour pitcher lors de la première édition de Startup Altitude Morocco, chapitre marocain de Startup Altitude, une série d'événements internationaux qui visent la promotion de l’entrepreneuriat dans les pays émergents. Deux entrepreneurs ont reçu des prix. Un mentoring d'une année avec accompagnement pour le premier, et une mobilité internationale à travers le réseau Startup Altitude pour le deuxième, indique à Wamda Soukeina Hachem cofondatrice de Houna.
 
Participants à l'innovation Camp et au Scalecamp (Image via Houna)

Startup Maroc, de son côté, a organisé à l’occasion de cette COP22 une édition spéciale de Startup Weekend, une compétition mondiale présente dans 150 pays où des équipes constituées sur place ont 54 heures pour passer d’une idée à une startup. Le thème choisi pour cette édition était celui de la création de startups vertes. Le vainqueur, Overnec, qui valorise les déchets des huiles alimentaires afin d'en faire un savon écologique, a décroché un chèque de 1 000 $ et un pack de 12 0000 $ de services offert par Microsoft for Africa pour concrétiser le projet.

Au Hack & Pitch, 500 participants issus d'universités locales, du monde de la technologie, du design et du business ont collaboré pendant 36 heures pour réaliser un projet d’application mobile autour des technologies vertes en utilisant Screendy, une plateforme marocaine primée à l’internationale qui permet de développer plus rapidement et plus facilement des applications mobiles natives. Un chèque de 1 000 $ ainsi que 27 000 $ de services Cloud offert par Microsoft étaient mis en jeu.

L’Afrique et la collaboration au cœur de la Tech22
 

De par son organisation au Maroc, un pays africain dont la stratégie économique et diplomatique est axée sur l’Afrique, et de par les effets tangibles et directs du dérèglement climatique sur la majorité des pays africains, cette 22ème édition de la COP était résolument tournée vers les besoins du continent du pays hôte.

C’est en ce sens que Hub Africa, organisateur de la Tech22, a misé sur l’Open Innovation en rassemblant pendant onze jours au centre commercial Al Mazar, entrepreneurs, étudiants, PMEs, startups, grandes entreprises, chercheurs, investisseurs, incubateurs, accélérateurs, institutionnels et pouvoirs publics, dans le but de créer des synergies et contribuer à l’émergence des futurs champions africains des technologies vertes.

Intervention de M.Dwight L. Bush, ambassadeur des Etats-Unis au Maroc (Image via Tech22)
Une stratégie qui a porté ses fruits selon Mouhsin Bourqaiba, fondateur de Ville Propre, une application mobile de notification pour la collecte des déchets à Marrakech. Cette mixité des profils leur a permis d’accéder à des personnalités qu’ils n’auraient pas pu approcher autrement.
 
« Nous avons rencontré les Maires de Rabat et Casablanca, et ils ont convenu avec nous d’un rendez-vous pour collaborer et implémenter notre système dans leur ville. Notre application a aussi intéressé des personnalités publiques du Sénégal. Nous avons discuté de la possibilité de l’implémenter chez eux et ensuite dans les autres pays d’Afrique », explique-t-il à Wamda.

Lors de son allocution aux participants de la Tech22, M.Salaheddine Mezouar, Président de la COP22 et Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération a fait part de son admiration quant à l’innovation et la créativité qu’il a pu apercevoir dans les différents stands. Il a aussi mis l’accent sur la nécessité de la mobilisation et la collaboration de toutes les parties prenantes pour la cause de l’environnement, qui non seulement permet une amélioration des conditions de vie, mais regorge d’innombrables opportunités en termes d’entrepreneuriat, de croissance et de développement.

Allocution de Salaheddine Mezouar, Président de la COP22 à la Tech22 (Image via DR)

Alors que la 22ème édition de la COP a baissé ses rideaux, le challenge principal est de capitaliser sur cette volonté et ces réalisations, passer à l’action et structurer ces efforts sur le long terme, loin des effets d’annonce ou de l’action ponctuelle.

Lire en

Catégorie Media

Pays

Partager

Articles similaires