Une start-up saoudienne invente des lunettes RV qui pourraient changer notre manière de lire

Lire en

D'ici 2020, le marché global de la réalité virtuelle (RV) devrait représenter près de 150 milliards de dollars. Cette année, il devrait déjà atteindre 700 millions de dollars. 

Dans la région MENA, l' International Data Corporation (IDC) prévoit que le marché de la réalité virtuelle atteigne 181, 58 millions de dollars cette année et 6 milliards d'ici 2020. 

L'Arabie Soudite est au fait de la technologie.Visual Experience, une start-up qui a été lancé en 2014 par l'université de Science et de technologie du Roi Abdullah (KAUST), crée des expériences de réalité virtuelle dans les secteurs de l'éducation et de la culture. Ils ont aussi lancé des lunettes de réalité virtuelle appelées Be There. Si elles ressemblent un peu au Cardboard de Google, ce modèle-là peut être pliés et tenir à l'intérieur d'un livre. 

 

Différentes expériences, des lunettes jusqu'aux services B2B  

Visual experience s'est lancée officiellement en mars 2015 alors que l'équipe réalisait tout juste le potentiel de la réalité virtuelle quand Facebook a acheté Occulus VR pour 2 millions. 

Mohammed Al-Zaydi, co-fondateur et co-président de Visual Experience, ainsi que son frère Abdulwahib, président, avaient tous les deux une expérience dans les technologies et des idées pour mettre en oeuvre la réalité virtuelle. 

“C'est pour cela qu'en 2013, nous avons contacté KAUST pour participer à leur programme sur l'entreprenariat,” déclare le co-fondateur Al-Zaydi.

L'équipe de Visual Experience (de droite à gauche): Peter Rautek, Abdulwahib Al-Zaydi, et Mohammed Al-Zaydi. (Image via Visual Exchanges)

L'entreprise a pu s'incuber à KAUST où elle a reçu un financement de démarrage de 150 000 dollar du fond pour l'investissement. Peter Rautek,un chercheur à l'université, a rejoint plus tard en tant que directeur technique pour ader à développer des produits viables.

En 2014, l'équipe a lancé son premier produit Makkah Window, une appli de réalité virtuelle qui montre des images à 360 degrés, des vidéos et cartes intéractives de villes. 

Lunettes de carton. (Image via Google)

“ les utilisateurs de l'appli nous ont ensuite demandé des lunettes de Réalité virtuelle donc nous avons décidé de développer notre business modèle et commencer à produire des lunettes faites en carton en suivant les standards de Google. Cependant, nous les avons rendues pliables et faciles à porter" dit Mohammed Al-Zaydi.

Ils ont travaillé sur le prototype pendant huit mois et prévoient d'entrer dans le marché en Novembre, en vendant chaque paire pour 26 dollars.

“[Les lunettes de carton] n'ont pas besoin d'être assemblées puisqu'elles snt déjà élaborées. Vous pouvez aussi les personnaliser ce qui est utile pour des entreprises qui veulent utiliser les lunettes pour promouvoir leur marque ou leurs évènements.”

L'équipe de Visual Experience ne fonctionne pas juste à partir des lunettes de réalité virtuelle mais elle fournit aussi des services B2B. Juqu'à présent, Visual Experience a développé sept applis de réalité virtuelle et 55 minutes de vidéos à 360 degrés. 

“ Nous avons conçu notre première appli de réalité virtuelle pour l'exposition  Mishkat interactive, qui a été organisée par la cité pour l'énergie atomique et renouvelable du roi Abdullah en Octobre. Nous avons aussi développé une brochure sur la réalité virtuelle pour l'exposition et ensuite, nous avons développé chaque détail de l'appliaction” dit Al-Zaydi.

Actuellement, l'entreprise génère plus d'argent des applications de développement de projets pour des institutions comme la cité pour l'énergie atomique et renouvelable du Roi Abduallah, Sooq Okaz, l'Autorité du développement de la région de Makkah et le Musée de la Science et de la Technologie dans Islam.

Les lunettes Be There glasses sont facilement pliables dans cete brochure où les slogans ou ce que veut écrire l'utilisateur peuvent être écrits.   

Aucun succès n'arrive facilement

Le magazine Forbes Middle East a classé les fondateurs de Visual Experience dans le top 10 des créateurs les plus entreprenants en Arabie Saoudite.

KAUST a beaucoup soutenu l'équipe avec l'incubateur et le financement de démarrage mais il n'a pas été capable de surmonter tous les obstacles auxquels l'équipe fait face dans l'écosystème. 

Beaucoup de start-ups travaille dans le champ de la réalité virtuelle pour des raisons médicales, éducatives or de divertissement. Et pourtant, il semble que la seule chose qu'ils aient en commun soit leur besoin que leur investissement s'agrandisse. 

“L'un de nos plus grand challenges était de trouver un fond pour des produits viables mais aussi les procédures légales qui étaient assez lentes,” dit Al-Zaydi. “Vous pouve aussi prendre un prêt mais trouver un financement est dur car il y a un manque de confiance dans les projets technologiques arabes.”

Les frères Al-Zaydi en train de filmer le Tawaf avec une caméra 360-degrés.

Pour l'entreprise, c'est aussi difficile de trouver l'équilibre entre le développement du business et les ventes, et gérer les recettes des projets ainsi que de savoir en allouer une partie pour le développement du produit. 

L'entrepreneur saoudien ne doute pas de la croissance du marché de la réalité virtuelle dans les prochaines années. Il espère que son entreprise atteigne prochainement un niveau international. L'équipe est en ce moment en pourparlers avec Google pour la licence de Be There. "Si nous l'obtenons, nous serons l'une des 14 compagnies dans le monde avec des licences de Google pour des lunettes de réalité virtuelle; cela renforcera la crédibilité de l'entreprise."  

Dans ce contexte et afin d'encourager les entrepreneurs innovants dans de nouveaux secteurs et de leur donner une chance de présenter leurs idées, le Supreme Committee for Delivery and Legacy du Qatar organise Challenge 22, an innovation challenge. Ceux qui sont interessés peuvent s'inscrire ici.

Lire en

Sponsorisé par

Challenge22

Partager

Articles similaires