Un marché underground pourra-t-il sauver l'énergie solaire en Egypte?

Lire en

Alors que les projets de l'Egypte pour une énergie durable à grande échelle ont échoué l'année dernière, des exploitants moins importants se sont progressivement implantés sur le marché de l'énergie solaire. 

Le fondateur de Cleantech Arabia, Ahmed Huzayyin dit que les petits systèmes tels que les pompes solaires et les panneaux solaires ont représenté près de 300 mégawatts de l'énergie solaire sur le marché durant les trois dernières années. 

"Le marché de la photovoltaïque en Egypte est peut-être caché, mais extrêmement dynamique et en croissance permanente (au-dessous de 1MW). Ce sont les petites et micro entreprises, récemment implantées, qui défendent ce marché", a-t-il écrit dans Business Today.

Ce marché repose sur un financement bon marché qui va rester en place dans les mois à venir à la suite de la dévaluation massive de la livre égyptienne en octobre.

Ils sont également confrontés à une incursion de certaines des grandes entreprises locales qui avaient participé à des projets de grande envergure dans le premier cycle de rachat tarifaire (FiT): Cairo Solar et la Future Energy Corporation (FEC) sont parmi les deux qui pivotent à présent vers les marchés de privé à privé, et les marchés de rachat tarifaire à petite échelle.

Le co-fondateur de Cairo Solar, Hatem Tawfik le dit sans pincettes: ce seront désormais des projets du secteur privé qui encourageront les énergies renouvelables en Egypte.  

Le solaire à petite échelle

Le gouvernement parie également sur les petits acteurs. Il avait promis un taux de tarif substantiel agréablement élevé lors de sa première campagne sur les premières énergies renouvelables de 0,31 euros / kilowatt-heure (kWh) pour des projets d'utilité de 20-50MW. Les frustrations causées par le gouvernement et une économie instable ont rendu la participation intenable pour tous excepté neuf entreprises.

Au cours de la deuxième campagne, il a réduit ce tarif en deux et a relevé le taux pour les panneaux de 21 pour cent au cours de la seconde mise à niveau du tarif, misant sur le fait que les petits systèmes sont une façon moins coûteuse d'introduire l'énergie solaire sur le marché. Même si, globalement, ces systèmes ne feront pas vraiment la différence pour la capacité totale d'approvisionnement en électricité de l'Egypte. 

L'énergie solaire en Egypte avec les rachats tarifaires pour la première campagne en 2014 et celle de 2016. (Image via Ahmed Huzayyin)

"Les tarifs de rachat ne sont pas seulement là pour réduire le remboursement en achetant à des prix élevés, son objectif ultime est de réduire le risque de l'investisseur. Le régime de rachat tarifaire en 2014 n'a pas été fait pour une décision d'investissement sur l'échelle de 50MWcomme ci-dessus, du moins selon le point de vue de l'investisseur. La politique de rachat tarifaire de 2014 n'a pas atteint ses objectifs; Le nouveau tarif a [une plus grande chance de succès] en pariant sur des systèmes plus petits", a déclaré Huzayyin.

Le taux plus élevé attire déjà l'attention des acteurs plus petits.

Rodosol Renewable Energy a débuté en 2014 et propose une gamme d'options d'énergies solaires, telles que le développement de panneaux et de centrales solaires, mais a décidé de vendre un service de formation pour les installateurs.

Le cofondateur Ahmed Moukhtar a déclaré qu'ils ne s'étaient pas aventurés dans la première campagne parce qu'ils savaient que "ce ne serait pas si facile", mais il était très intéressé par la seconde.

Défaillance d'alimentation

Le gouvernement a lancé le premier programme de rachat tarifaire pour 4,3 gigawatts (GW) de production d'énergie solaire et éolienne en octobre 2014. Le deuxième tour a commencé cette année au mois d'octobre.

Les taux élevés pour les grands projets étaient nécessaires à l'époque pour inciter les investisseurs internationaux à s'intéresser au pays.

Mais un ensemble de facteurs a rendu les tarifs de rachat les plus hauts insoutenables pour un gouvernement à court de trésorerie.

Il s'agit notamment de la baisse rapide du prix du matériel solaire; La construction plus rapide que prévu des centrales au gaz de Siemens de 9 milliards de dollars; Les deux succès des campagnes jordaniennes, moins chères; Et bien sûr, la catastrophe économique causée par une pénurie chronique de devises pour payer le tarif de rachat en dollars américains.

Les lenteurs bureaucratiques et l'adjonction de dernière minute d'une clause litigieuse pour forcer l'arbitrage de différends à prendre place en Egypte était la dernière goutte d'eau qui a fait déborder le vase pour de nombreuses entreprises.

Les financements de Cairo Solar ont été retirés en raison de la clause d'arbitrage, tandis que FEC a laissé le processus sans illusions et avec des doutes sur le taux de 14c / kWh.

"Il a fallu si longtemps pour obtenir ces documents de projet du gouvernement ... et quand ces projets sont arrivés, ils nous ont donnés moins d'une semaine pour examen", a déclaré Abdelmessih. "Le tout a été exécuté complètement sans professionnalisme."

"Mais au moment où ils ont sélectionné les gagnants et développé les documents du projet, le marché avait évolué et 0,31 euros devenait vraiment élevé, alors ils se sont réajusté au niveau du marché et ils ont donné 8 cents, ce qui était probablement un prix équitable peut-être il y a six mois."

Trois usines de gaz Siemens pourront générer 14,4 GW
ou juste fournir un tiers de la capacité Egyptienne en électricité,
en minimisant le quota d'énergie renouvelable.(Image via Siemens)

Abdelmessih et Tawfik croient qu'il ya peu de volonté politique pour les énergies renouvelables en Egypte actuellement, une idée partagée par Alex Warren, directeur général de la société de recherche Frontier Egypt, basée au Caire.

"Théoriquement, l'Egypte n'a pas besoin d'énergie renouvelable et le gouvernement pourrait aussi dire "pourquoi devrions-nous payer pour les énergies renouvelables alors que nous avons les usines de Siemens? ", a-t-il dit. 

Un pivotage vers le marché privé

L'échec de la première campagne FiT en Égypte est toujours en cours d'étude, mais l'expérience a suffi à pousser des entreprises comme Cairo Solar à des projets gouvernementaux sur une grande échelle.

Cairo Solar a retrouvé sa mission de panneaux solaires photovoltaïques (PV) sur le toit et envisage d'autres options, comme la fourniture d'options d'énergie solair pour l'agriculture aux nouveaux propriétaires fonciers dans le projet de restauration des terres désertiques de 1.5 Million Feddan (environ 630 000 hectares).

Tawfik a déclaré que le taux de rentabilité interne (IRR) sur les produits remplaçant les générateurs diesel était de 25 pour cent plus élevé que les 19 pour cent qu'ils attendaient de leur projet de 50MW FiT.

Future Energy Corporation (FEC), une entreprise créée en 2009 par l'entrepreneur égyptien Sherife Abdelmessih qui a construit son portefeuille d'énergies renouvelables en Europe et dans les Caraïbes, cherche à fournir directement de l'énergie solaire à des clients commerciaux et industriels privés.

Son plan est de construire des usines à bas prix dans des endroits bon marché et d'utiliser le réseau électrique national, dont la gestion s'est progressivement libéralisée vers une structure plus libre, pour fournir de l'électricité à un taux fixe garanti aux clients à travers le pays. Mais il n'agira pas via cette stratégie tant que l'économie égyptienne ne sera pas stabilisée.

Ils représentent les nouveaux arrivants d'un marché solaire underground qui est déjà bien établi.

FEC devra également composer avec des leaders du marché tels que Karmsolar et Qodra Energy, pionniers de l'électricité solaire hors-réseau en Égypte, ainsi qu'une multitude de startups cherchant à s'implanter dans l'énergie hors réseau. Sunergy Tech, Sun Vision et les jeunes pépites de l'écosystème de start-ups telles que SolarizEgypt et Sun City Energy pour ne citer que celles-ci.

Karmsolar en particulier a été parmi les premiers à développer des installations solaires sur site, hors réseau pour les entreprises fatiguées des pénuries d'électricité et les taux en hausse. Sa première était une unité de 1MW pour la compagnie laitière Juhayna, suivie par une usine de 10MW pour l'usine de pétrochimie de Tahrir.

"Ils étaient prévoyants. Ce sont les gens les plus intelligents que je connaisse. C'est Karmsolar qui pousser pour aller de l'avant et devance ainsi les autres entreprises", a déclaré Tawfik. 

Ce n'est pas comme si les heures du lever du soleil étaient le problème de l'Egypte. Le pays reçoit le plus haut niveau d'énergie solaire dans le monde. (Image via SolarGIS)

La fin de l'offre bon marché 

Alors que toutes les personnes interviewées par Wamda étaient certaines que les énergies renouvelables en général, et à petite échelle solaire en particulier, avait suffisamment d'élan pour faire pression, elles ont convenu qu'il faudrait au moins deux ans pour se remettre du double échec de la campagne mal gérée de rachat tarifaire et de la livre nouvellement flottante.

"Le secteur est toujours gelé parce que, dans l'alimentation des tarifs, la plupart des entreprises doivent maintenant s'orienter vers le secteur privé", a déclaré Ahmed Moukhtar, cofondateur du formateur d'installation solaire Rodosol Renewable Energy. La livre sterling a été fixée à 8,88 livres sterling par rapport au dollar américain avant que la banque centrale ne la fasse flotter en octobre.

Le taux actuel est d'environ 17,70 pour le dollar.

C'est une excellente nouvelle pour les sociétés d'énergie renouvelable qui souhaitent une fin plus rapide aux subventions énergétiques - le projet de loi sur les subventions du gouvernement devrait augmenter de 60 à 63 milliards de livres égyptiennes cette année (3,4 à 3,5 milliards de dollars) en raison de la baisse de la livre.

Mais Warren a indiqué que cela signifiait également que les panneaux solaires, dont la quasi-totalité sont importés, étaient significativement plus chers qu'avant le flottement, et que les frais des entrepreneurs pour les installer avaient également augmenté.

De plus, comme les groupes spéciaux ne sont pas considérés comme des éléments essentiels de la liste des restrictions à l'importation du gouvernement, certaines entreprises rencontrent des difficultés pour les introduire dans le pays.

"Le problème est la livre égyptienne", at-il dit. "Tout est en train de changer en ce moment. Tout dépend du taux de change."

Le coût d'installation des panneaux solaires avait augmenté de 30 pour cent à la mi-Novembre.

Le directeur associé de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), Harry Boyd-Carpenter, a noté que les projets privés à privés faisaient face à des défis liés au risque de change car les intermédiaires financiers voulaient payer l'électricité en livres égyptiennes alors que les promoteurs préféraient souvent réunir des capitaux en dollars américains.  

Des problèmes d'argent

Warren a dit que le secteur était déjà très concurrentiel et beaucoup de petits projets, aussi bien dans le régime de FiT et dans le régime purement privé comme les unsines de conversion au solaire étaient elle même dépendantes des clients pouvant obtenir le financement.

La Fédération des industries égyptiennes pour le développement durable et le Bureau de conformité environnementale offrent un financement bon marché pour des projets énergétiques durables et, en décembre 2015, l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et le Fonds social égyptien pour le développement, ont annoncé - mais il semble qu'il n'a pas été encre lancé-un fonds de 35 millions de dollars pour aider les usines à se convertir en énergie solaire.

Boyd-Carpenter a déclaré que la BERD avait relancé un fonds de 250 millions de dollars pour soutenir les marchés privés à privés d'énergie renouvelable en Egypte, en Jordanie, au Maroc et en Tunisie et qu'il était déjà en train de parler avec des gens pour le marché égyptien.

Ce sont des acteurs privés et à petite échelle plutôt que des projets gouvernementaux massifs qui sont à l'origine des ambitions de l'Égypte en matière d'énergie renouvelable, et pourraient bien montrer que les énergies renouvelables demeurent pertinentes pour le pays.

Feature image via Expressing Wisdom.

Lire en

Catégorie Media

Pays

Sponsorisé par

Challenge22

Partager

Articles similaires