Les fabricants de jeux vidéos tunisiens en quête d'une percée

Lire en

Des salles de jeux locales à des start-up tunisiennes dédiée à la réalisation de jeux vidéo, la communauté des gamers en Tunisie se développe pas à pas. Certains de ses principaux acteurs espèrent miser sur l'industrie pour créer un boom économique pour le pays.

Il y a un an, en se promenant dans le quartier populaire de Douar Hicher à Tunis  entrouverte  attirait l'attention.Derrière un rideau, les adolescents jouaient à des jeux vidéo dans une «salle de jeux» commune. Les cybercafés, que les Tunisiens fréquentaient avant la révolution pour utiliser l'Internet, avaient été remplacés par des salles de jeux pour amateurs.

Une communauté d'au moins 600 000 joueurs a grandi autour d'eux, ce qui a servi de base à la création de start-up tunisiennes voulant créer des jeux tunisiens.La Tunisie compte cinq entreprises qui se consacrent au développement du jeu vidéo. Certaines d'entre elles, comme Digital Mania, valent plus d'un million de dollars et sont en expansion.

Les locaux de Digital Mania au Lac (image via Lilia Blaise)

Dans un en sous - sol de leurs bureaux au Lac, les créateurs de Digitalmania testent les jeux et l'équipement de réalité virtuelle afin de rester à l'affût des tendances internationales.

« Vous avez beaucoup d'amateurs de jeux vidéo en Tunisie, mais seulement une centaine qui peuvent être efficaces pour créer ou développer des jeux vidéo » a déclaré Ahmed Cheikhrouhou, le président de la startup fabricatrice de jeux Polysmart, lors d'une interview dans son bureau à Tunis.

L'histoire de la communauté des gamers, à la fois les joueurs et développeurs à Tunis, est une histoire d'amateurs qui ont vu grand.

Par exemple Polysmart, la première entreprise à créer un jeu vidéo 100% tunisien, est née grâce à la vente de tranches de pizza par Haroun Bouchrit.«J'ai ouvert il y a des années une pizzeria dans la banlieue nord de Tunis et j'étais un passionné de gamers. Puis, avec le profit de la pizzeria, j'ai financé ma première startup Stolen Pad qui visait à créer le premier jeu vidéo tunisien » déclare Haroun.

«Nous avons d'anciens coiffeurs, d'anciens professeurs de gym, beaucoup de nos employés sont passionnés par les jeux vidéo et tout appris à partir de zéro ».

Haroun est chef de l'exploitation à temps plein, gérant une équipe de 17 employés et son jeu Veterans Online, réalisé par Polysmart studio Nuked Cockroach et coûté plus d'un million de dinars tunisiens (447 000 $ US) à réaliser.

Les fondateurs de Polysmart Haroun Bouchrit et Ahmed Cheikhrouhou. (Image via Lilia Blaise)

Manque de soutien au niveau national

Mais malgré sa forte communauté de joueurs, la Tunisie n'a jamais développé une industrie à l'échelle nationale. Entre 2004 et 2008, la Coupe tunisienne des jeux vidéo ne comptera que 15 000 joueurs.

"Il y a encore la vieille mentalité, les investisseurs et les politiciens nous accusent de garder leurs enfants à la maison et d'encourager la violence, ils ne voient pas au-delà des clichés des jeux vidéo", a déclaré Houssem Ben Amor, cofondateur de l'Association tunisienne des Gamers et concepteur 3D chez Nuked Cockroach.

Malgré la réticence des politiciens, l'Association tunisienne des gamers, fondée en 2012, a présenté au gouvernement une stratégie sur la manière dont le jeu pourrait stimuler l'emploi des jeunes. Dans le programme «Gam'in», ils ont proposé une structure de marché et ont demandé que le jeu soit reconnu comme un sport pour que la Tunisie puisse rivaliser au niveau international.

Le ministère des Télécommunications et de l'Economie numérique a fait une promesse de principe pour financer la professionnalisation du jeu.

"Nous avons reçu l'argent mais avec le remaniement du gouvernement cet été, il est toujours en attente", a déclaré Ahmed Cheikhrouhou.

Pendant ce temps, il envoie ses joueurs à des tournois internationaux comme le championnat international de e-sport à Jakarta, en Indonésie.

Chercher la gloire via les jeux internationaux

Il ya deux ans, Ahmed Cheikhrouhou a réalisé le potentiel des Tunisiens lorsqu’il a rencontré rencontré le lycéen Amine Ben Messaoud. Il avait 16 ans et était le seul Tunisien à représenter le pays dans un tournoi en Azerbaïdjan.

"Nous avons payé ses honoraires pour participer, il a gagné $ 5,000 dollars et tout le monde a été supris, les gens disaient sur place 'vraiment, ce gars de la Tunisie vient de gagner?" raconte Ahmed Cheikhrouhou.

Aujourd’hui, Amine Ben Messaoud se prépare pour ses examens scolaires finaux et passe son temps libre dans le studio Polysmart.

"Avant, ma mère n’appréciait pas que je joue aux jeux vidéo, maintenant elle paie mon billet pour aller à un concours, car elle a vu que je peux gagner de l'argent grâce à cela", dit-il.

Un designer de jeu Polysmart game en train de créer un personnage en 3D.

Pour Khaled Helioui, CEO de Bigpoint, la Tunisie pourrait développer une industrie du jeu florissante en développant une culture du jeu vidéo, comme l'a fait la Corée du Sud.

"Puisque la grande question du pays est plus l'accès à une monnaie internationale, il pourrait être intéressant de développer le concept du jeu vidéo comme e-sport à l'échelle nationale et ensuite d'avoir des équipes de joueurs tunisiens en compétition partout dans le monde", commente-t-il.

D’autres personnes influentes comme Ghazi Ben Ahmed, directeur du think tank Mediterranean Development Initiative, suggère que le jeu est un moyen de trouver du travail pour la jeune génération.

«Nous n'avons pas d’ascenseur social comme aux États-Unis, la seule façon dont les jeunes peuvent rêver est à travers les jeux vidéo", at-il dit.

«Nous avons le potentiel en Tunisie pour créer plus de 4 000 emplois dans le développement des jeux d'ici 2020. Nous avons besoin de formations à la pointe de la technologie et d'un environnement commercial plus propice [permettant le paiement en ligne et le statut de freelance]. 

Arriver à suivre à l’échelle internationale

La forte communauté tunisienne de joueurs amateurs est complétée par l'intérêt des studios pour l'innovation et les possibilités créées par les nouveaux équipements.

Digital Mania, le studio fondé par Walid Sultan Midani  en 2012, veut faire des jeux qui répondent aux normes internationales et développer plus de jeux en Tunisie.

Dans les bureaux ensoleillés à l’ambiance détendue de Digitalmania au Lac à Tunis, des figurines de Mario et de personnages de jeux vidéos sont étalés partout sur les étagères (dans le bureau de Polysmart, c'était des personnages de Game of Thrones qui tenaient une place spéciale).

L'armée de figurines dans les studios de Digitalmania

Le responsable de la communication, Sami Zalila, montre son équipement de réalité virtuelle au sous-sol. "Ce sont les nouveaux outils et le nouveau projet sur lequel nous travaillons, nous voulons être en mesure de suivre ce qu’il se passe à l’échelle internationale."

Après quelques ratages pour leur premier jeu DefenDoor en 2012 (ils n'ont pas alloué suffisamment d'argent au marketing), Digitalmania a appris de ses erreurs et invente des astuces pour attirer les joueurs, tels que les vaches gratuites et les paiements mobiles via un opérateur téléphonique tunisien.

Depuis, ils ont créé plus de 50 jeux occasionnels et sérieux sur des questions comme celle de la corruption, et des jeux drôles comme le récent 'Bagra' (vache). Il a été téléchargé plus de 10.000 fois par les Tunisiens. Le jeu de stratégie est simple: le joueur doit voler des vaches de son voisin.

"Nous avons créé Bagra le jeu avec une idée simple, [et] à la fin du jeu, vous pouvez gagner une vraie vache", a déclaré Zalila.

"Maintenant que nous allons le lancer sur la scène internationale, nous pourrions avoir à envoyer de vraies vaches en Californie", rigole Sami, mais a ajouté que les gagnants pourraient aussi en faire cadeau à une famille dans le besoin en Tunisie, ou de recevoir des steaks au lieu d'une vache réelle .

Malgré toutes ces success-stories, l'industrie tunisienne du jeu connaît ses problèmes.

«Il n'y a pas de formation appropriée, seulement une sorte d'école pour la 3D, mais elle n'est pas au niveau des écoles internationales», a déclaré M. Cheikhrouhou.

La seul qui est reconnu en Tunisie comme une école pour la conception de jeux 3D est Netinfo.

Pendant ce temps, les joueurs restent à jour avec les tendances de jeu, tels que Bassem Sayadi, un Youtubeur tunisien qui est l'un des premiers joueurs tunisiens à utiliser les jeux Youtube. Une autre est une femme, Awatef Mosbeh, qui utilise le potentiel de jeux sérieux pour créer des jeux éducatifs tunisiens avec le studio Morbiket. D'autres comme les gens de NewGen Studio développent des jeux mobiles et obtiennent la visibilité via des récompenses internationales.

Mais pour les leaders de l'industrie comme Khaled Helioui, les joueurs tunisiens pourraient revitaliser le pays et diriger sa numérisation.

 

Lire en

Pays

Partager

Articles similaires