Oloo.me la plateforme algérienne pour les étudiants en médecine

Les multiples polycopiés de QCM et les révisions intensives sont souvent le lot des étudiants en première année de médecine. Houssem Guemari, 24 ans et jeune interne en médecine, en a fait les frais durant sa première année à l’université d’Alger.

“Les photocopieurs de la fac me rendaient fou, il fallait sans arrêt attendre pour faire des copies des QCM, et souvent, nous corrigeons nous même nos copies dans nos révisions, donc c’est difficile de voir si on a bon ou pas et d’avancer” dit-il.

Après des problèmes pour trouver une association pour les étudiants en médecine à l’université, en 2013, il rejoint l’association AIESEC  qui aide les jeunes à développer leur potentiel de leadership. Ce n’est qu’en 2016 qu’il peut enfin créer un club associatif MEDSA Al Jazair à la faculté de médecine d'Alger. A travers ses rencontres avec différents étudiants, il décide de créer une plateforme qui pourrait aider à centraliser et organiser les QCM lors des révisions d’examens.

“Le principe, c’est un cours, ensuite un QCM pour tester nos connaissances et ensuite l’examen. J’ai donc voulu reproduire le même schéma mais de façon numérique.”

Sur mobile, Oloo.me est aussi accessible pour les étudiants (Image via Oloo.me)

Avec Oloo.me qui veut dire "science" en arabe, chaque étudiant en médecine ou résident peut s’inscrire gratuitement et commencer les Quizz où les réponses sont automatiquement vérifiables. Le programme de formation suit le contenu des QCM Lapin Bleu du résidanat de médecine français. De la physiologie cardiaque à la pharmacologie, tout est disponible sur le site.

La partie blog du site renvoie à d’autres plateformes ou applications mobiles pour réviser la médecine.

Bien que futur médecin, Houssem a conçu le site entièrement seul en regardant des tutoriels pour apprendre à coder. “J’ai utilisé des outils open source et puis grâce au forum Stackoverflow qui aide les jeunes développeurs, j’ai pu résoudre la plupart de mes problèmes” décrit-il.

Aujourd’hui la plateforme de Houssem qui revendique 1000 utilisateurs de l’université d’Alger sur environ 7000 étudiants, sert à gagner du temps et surtout permettre aux étudiants de vérifier leurs réponses immédiatement après la question.

Mieux centraliser les données des étudiants en médecine

Soumia Belhimer, étudiante de 20 ans à l’Université d’Alger utilise une à deux fois par jour la plateforme, parfois plus en période d’examen.

“J’en ai entendu parler via le bouche-à-oreille. Ce qui me plaît, c'est que Oloo nous permet d'enregistrer notre avancement et de noter notre amélioration ou notre retard nous permettant ainsi de développer une critique constructive” dit-elle.

Le but de Houssem est de rendre les QCM accessibles hors connexion et sur les téléphones. “Moi-même, je révise souvent dans le métro sur mon smartphone, malheureusement, je n’ai pas les talents d’un développeur pour une application mobile donc ce serait la prochaine étape avec quelqu’un éventuellement.”

Pas question de monétiser son modèle pour l’instant qui est avant tout une aide aux révisions. L’idée reste de créer une base de données archivées pour les étudiants en médecine et de centraliser un maximum les QCM avec des réponses les plus fiables possibles.

“J’aimerais à terme faire une autre plateforme et une application pour arriver aussi à centraliser et répertorier les dossiers des malades dans les hôpitaux plutôt qu’avoir des dossiers partout” avance Houssem.

Houssem Guemari fondateur de Oloo.me (image via Houssem Guemari)

Les tech pour se faire connaître et s’exprimer

Mais pour lui, l’utilisation des technologies en Algérie reste assez faible. Il a reçu des soutiens de la part de certains officiels mais rien de concret. “ Nous arrivons à mieux exploiter l’espace Sidi Ben Abdallah mais il faut créer encore plus d’incubateurs et encourager d’avantage ce genre d’initiative, il ne faut pas que ça reste confidentiel” conclue Houssem.

Outre Oloo.me, il a également lancé avec des collègues un magazine ReMed pour les étudiants en médecine afin de permettre aux étudiants de publier également des articles scientifiques et de s’exprimer.

“Même si le format numérique est temporaire, nous comptons publier un jour. L’exemple de ReMed et d’Oloo.me montre bien qu’il y a une jeunesse connectée en Algérie qui cherche d’avantage à s’exprimer même au sein de leur propre domaine” déclare Nazir Mohamed Zakari Kouidrat, étudiant en médecine et chef de rubrique à ReMed.

Pays

Partager

Articles similaires