Ce que 5 startups tunisiennes ont appris de 4 Finlandais

Lire en

Apprenez de votre parcours, incluez toutes les informations pertinentes, et montrez - ne dites pas - comment vous prévoyez de scaler, ces conseils étaient promulgués par des business angels et coaches finlandais qui sont venus le 7 mars à l’espace de co -working Cogite pour une séance de travail.

Treize startups ont pitché devant eux pour une seule place convoitée dans un programme d'accélération de sept semaines chez Startup Sauna à Helsinki. Les vainqueurs étaient les startups Cure et Ultimium, mais les quatre juges nordiques n’ont pas épargné en remarques constructives, chacune d’entre elles.

« Ils sont confrontés à des problèmes qui ressemblent à d'autres pays, à la nécessité de faire mieux, à la nécessité d'obtenir une aide financière et à la nécessité de l'échelle. Mais cela va se résoudre, nous étions dans la même situation en Finlande il ya dix ans lorsque le gouvernement n'a pas vraiment soutenu l'écosystème de startups à ses débuts », a déclaré Anni Rahiala, en charge du networking à Startup Sauna.

Nous avons parlé à cinq start uppers après l'événement, pour savoir pourquoi ils sont venus et ce qu'ils ont appris.

Le rêve de la startup Prefabulous, des maisons modulables en bois et non en briques (Image via Prefabulous)

Smartshape 3D - services de prototypage en 3D moins chers

« C'était mon premier pitch jamais donc c'était un gros enjeu pour moi », a déclaré Shirine Jeradi, 31 ans, cofondatrice de la startup Smartshape 3D, encore débutante. En trois minutes, le professeur de biologie devait démontrer que son service d'impression 3D fournissait aux ingénieurs et aux étudiants une meilleure façon de faire des prototypes pour moins de 200 dinars tunisiens (90 dollars).

« Il s'agit d'un service personnalisé, lancé il y a deux ans avec un prêt bancaire et de l'argent de Souk Attanmia, un fonds financé par la Banque africaine de développement, mais nous cherchons maintenant à accélérer le processus et à trouver un moyen de générer un revenu, » a-t-elle dit. « Maintenant, nous avons vraiment besoin d'aller de l'avant et de voir si nous pouvons soutenir notre business model.»

Les coaches ont noté combien il serait difficile de faire croître cette startup, à cause de sa position dans un marché de niche, sans l’ambition de trouver un moyen de scaler à l'international.

Ultimium -un service de gestion via cloud

Taher Mestiri, de son côté, a utilisé l'événement pour lancer doucement Ultimium. L'entreprise affirme qu'elle va résoudre les problèmes de «mauvaises données»  ou 'bad data' pour les petits commerces, un phénomène selon Mestiri, qui coûterait à l'économie mondiale jusqu'à 3 trillions de dollars par an. Son produit est un dispositif de management des commerces basé sur le cloud avec une caisse sur tablette.

« La version tablette ne coûte que 500 dinars tunisiens (US $ 250) au lieu de la caisse physique qui coûte 4000 dinars tunisiens (US $ 1.800), mais notre objectif est aussi de nous positionner sur le marché européen en particulier », a-t-il dit.

La directrice commerciale, Inès Hamida, a déclaré que leur objectif était opérationnel en France lorsque des réformes sur les logiciels certifiés pour les machines d'encaissement seraient promulguées en 2018.

Wanagames - gaming advertising

Nebyl Ben Attia, PDG et fondateur de Wanagames, a participé l'événement pour avoir des conseils en terme de scaling et de levée de fonds.

Wanagames, lancé en 2016, propose de remplacer les annonces pop-up dans les jeux en ligne avec le placement de produit et de trouver un moyen de faire communiquer les concepteurs de jeux avec les marques. Attia était à l'événement pour recueillir des fonds - il a besoin de 250 000 $ pour continuer à faire grandir la startup.

« La Tunisie n'est qu'un marché  test pour nous, nous voulons rapidement monter à l'échelle internationale, alors maintenant nous avons besoin d'accélération et de conseils », a-t-il dit.

Cure - des prothèses 3D

Mohamed Dhaoufi, 24 ans, a déclaré que les coaches l'avaient mis en garde contre des prix trop bas dans un marché dont les tarifs pourraient baisser dans quelques années. Sa startup, Cure, n'est pas encore complètement lancée mais elle propose déjà avec des prototypes test de faire des prothèses pour 4 000 dinars tunisiens (1 800 dollars) grâce à l’impression 3D au lieu des modèles importées qui coûtent au moins 25 000 dinars tunisiens (10 000 dollars).

« Mais j'ai reçu un bon conseil de l'un des coaches,’ne pas offrir un produit bon marché quand vous savez que le marché va diminuer dans cinq ans’ , m’ont-ils dit. «Nous avons gagné 3 000  dinars de fonds tunisiens (900 USD) l'an dernier et nous avons travaillé sur notre prototype avec cet argent depuis», a-t-il dit.

La prothèse Cure (Image via Mohamed Dhaoufi)

Prefabulous - construction de maisons modulables

L'architecte Malik Nouira rêve toujours d'agrandir son prototype. Il est le PDG de Prefabulous, qui crée des maisons modulaires en bois, et veut changer la mentalité de construction en Tunisie.

« Pourquoi ne pas créer un logement durable mais qui ne génère pas de déchets? Lorsque vous voyez les chantiers de construction en Tunisie, partout autour d'eux, vous avez des déchets de briques ou de béton », a-t-il dit.

Lire en

Pays

Partager

Articles similaires