Les livraisons deviennent de plus en plus tech au Caire

Lire en

Le transport personnel est facilement le transport plus populaire en Égypte, comme le montre la rivalité entre Uber, Careem et Ousta pour une part de marché, mais l'amour des Egyptiens de faire les choses avec un minimum d'effort a donné naissance à un autre modèle.

Dans une ville qui fournit tout, des médicaments, du tabac, des aliments crus, des plats cuisinés et même des vêtements de prêt-à-porter, Bosta et le nouveau venu Oustaman sont en train de rendre plus tech les livraisons à la demande, dans les rues toujours remplies du Grand Caire.

Le modèle est simple: c'est «Uber pour les livraisons et les courses».

Les coursiers du business

Le premier à arriver sur le marché était Bosta, en décembre de l'année dernière. C'est une application Web qui permet aux utilisateurs (à savoir les entreprises, pour le moment) de faire un ordre de ramassage ou de livraison en temps réel ou dans un délai maximum de quelques heures. Les coursiers sautent ensuite sur leurs propres scooters pour remplir la commande à un coût de 30 livres égyptiennes (moins de US $ 2).

L’ancien de Y Combinator, Mohamed Ezzat, en est le PDG, Ahmed Gaber est COO et Mohamed El-Houssainy est le CTO. Le modèle,au début, a été conçu pour ne soutenir que les portails d'achats et d'expédition existants en Egypte, étant donné qu’outre-mer le site de 'personnel shopper', Lynks est déjà un partenaire.

L’équipe de Bosta au Riseup Summit en Egypte. G-D: Ahmed Gaber, Mohamed Ezzat, Mohamed El-Houssainy (Image via Bosta)

«Les entreprises à ce stade sont plus assurées d'avoir un flux stable d'affaires et de livraisons à envoyer, cela nous aide à développer l'aspect technologique de l'entreprise avec un esprit plus ciblé», a déclaré Ezzat à Wamda. «Nous venons de lancer notre pilote pour tester l'idée il ya quelques mois et nous avons pu éxecuter 100 commandes réussies dans un laps de temps très court.»

Leur prochaine étape est de déployer une option de consommateur à consommateur (C2C), une fois qu'ils ont obtenu un investissement de démarrage.

Le modèle d'affaires est entièrement crowdsourcé. Bosta contrôle les coursiers et surveille leurs performances et les commentaires qu’on leur met, mais ne les embauche pas "officiellement" ni n’achète les scooters ou tout autre équipement.

Evincer les titulaires

Mais Bosta devra faire face à une rude concurrence dans les prochains mois.

Oustaman est le frère cadet de l'application de partage de voiture qui a beaucoup de succès, Ousta, et qui a lancé une entreprise de livraison B2B, B2C et C2C dimanche dernier.

Cela marche comme une application de partage de course en voiture
sauf que c’est avec une assurance. (Image via Oustaman)

Ousta est passé de son lancement en mars dernier à une capacité d’opérer dans 13 villes à travers l'Egypte et pose un réel défi aux deux opérateurs historiques, donc d’après ses antécédents, sa dernière offre pourrait être une menace réelle pour Bosta.

Le président Nader El Batrawi a décidé que tandis qu'Ousta faisait du bon travail en tant que fournisseur exigent pour des courses locales, la livraison, l'expédition et les services logistiques globaux ont grand besoin d'attention.

"La livraison en 72 heures doit se transformer en '[livraison] immédiate’."

El Batrawi a déclaré que les propriétaires de scooters d’Oustaman sont des conducteurs entrepreneurs qui font trois fonctions différentes pour trois types différents de clients.

La première fonction est d’être comme un assistant personnel pour les individus pour qui l'Oustaman peut exécuter des courses, ramasser ou livrer des commandes telles que des papiers ou des fleurs, en temps réel. La deuxième est de fournir des services aux détaillants qui peuvent offrir des livraisons à la même heure. La troisième fonction est pour les entreprises d'externaliser leurs besoins de messagerie ou de coursiers en temps réel.

El Batrawi et son cofondateur d'Ousta, Omar Salah, conviennent que la prédisposition des Egyptiens à vouloir des choses sur le pouce, en plus du trafic désastreux dans le Grand Caire empêchant les gens de vouloir obtenir les choses elles-mêmes, sont des facteurs qui créent un grand marché.

 

Feature image via Worldwide Cycling Atlas.

Lire en

Pays

Partager

Articles similaires