Eco-Heat, une éco-mijoteuse 100% marocaine

Lire en

Derrière son apparence trompeuse de grand chapeau de Maharaja ou d’oreiller design, le sac isotherme d’Eco-Heat est un vrai concentré de technologie.

Produit “low-tech”, adjectif donné aux innovations qui reposent sur des techniques simples, économiques et populaires, il permet de continuer le processus de cuisson sans apport d’énergie supplémentaire en utilisant le principe de la rétention de chaleur. Il suffit à l’utilisateur de faire bouillir un plat pendant 20 minutes, puis mettre le récipient contenant le plat dans l’éco-sac, pour une durée qui varie en fonction du type de plat, allant de 90 minutes à 5 heures.

Fondée en septembre 2016, la jeune startup a déjà réalisée des ventes au Maroc et au Sénégal, et a atteint les demi-finales de deux compétitions prestigieuses, Enactus World Cup et MIT EF Arab Startup Competition.

La cuisson au bois et au charbon, une pratique à risque

C’est en visitant plusieurs régions rurales marocaines dans le cadre du programme Enactus, qui accompagne les étudiants universitaires dans la mise en œuvre de leurs projets d’entrepreneuriat social, que les trois cofondateurs de la startup, Othmane Benhlima, Soumia Hasnaoui et Imane Mekkaoui, ont eu l’idée d’Eco-Heat.

Lors de leurs déplacements, ils ont observé la prolifération des émanations de fumées provenant de la cuisson des repas. Au Maroc, malgré un taux d’électrification qui avoisine les 99% dans le monde rural, l’électricité est principalement utilisée pour l'éclairage. En raison de son coût élevé, elle est rarement employée pour les autres activités de la vie courante, d’où le recours intensif au gaz, au bois et au charbon.

Selon les chiffres de l’OMS, 4,3 millions de personnes meurent prématurément chaque année de maladies imputables à la pollution de l’air domestique suite à la cuisson à base de combustibles solides. L’approvisionnement de ces combustibles empêche la participation des femmes à d’autres activités productives et limite la scolarisation des enfants. Sur le plan environnemental, le noir de carbone et le méthane émis par les foyers de cuisson sont de puissants polluants qui favorisent les changements climatiques.

C’est dans ce contexte que l’équipe estudiantine de l’EHTP Casablanca (Ecole Hassania des Travaux Publics) a puisé sa mission sociale. L’éco-mijoteur permet ainsi à ses utilisateurs de réaliser des économies de 75% pour le gaz butane, et de 55% pour le bois et le charbon.  

Grosse citrouille ou gros coussin, Eco-Heat séduit aussi par sa forme atypique (Images via Eco-Heat)

Optimisation d’une technique ancestrale

La technologie d’Eco-Heat repose sur le principe thermodynamique de la rétention de chaleur. « C’est une technique ancestrale qui a été adoptée par les générations passées, sans pour autant qu’elles le sachent. Nous avons utilisé nos compétences d’ingénieurs pour développer et optimiser l’efficacité du produit », explique à Wamda Othmane Benhlima, cofondateur d’Eco-Heat.

« Après une élimination mathématique des différentes formes quadratiques, nous avons retenu la forme ellipsoïdale, qui est beaucoup plus efficace pour retenir la chaleur. Son avantage est qu’elle dispose de deux foyers symétriques. Cela veut dire que la chaleur est concentrée sur deux points au lieu d'un seul, contrairement aux autres formes utilisées par d’autres produits », détaille le cofondateur.

Pour financer leurs opérations, les cofondateurs ont compté sur le soutien de plusieurs organismes. En participant à des programmes de Ford, d’OCP Group, d’Enactus Morocco et de Dare Inc, la startup a réuni des fonds qui avoisinent les 200 000 MAD (20 000 USD).

Pour protéger son innovation, l’entreprise a entamé une procédure de brevetage auprès de l'Office Marocain de la Propriété Industrielle et Commerciale (OMPIC). Sur le plan sanitaire, l’équipe devait s’assurer de l’aptitude du produit à conserver la qualité nutritionnelle des aliments lors de la cuisson. Les tests effectués auprès de l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA) se sont avérés concluants.

Les deux cofondateurs, Othmane Benhlima et Soumia Hasnaoui, donnent un coup de main à l'atelier de confection

Un produit versatile

En parallèle à sa cible initiale, l’équipe vise les cuisiniers urbains, les voyageurs et les campeurs.

« Le consommateur marocain moyen a besoin du produit pour deux raisons. En milieu urbain, parce qu'il n'a plus le temps de cuisiner, et en milieu rural, parce qu'il ne peut plus se permettre les autres alternatives comme le gaz, le bois ou le four électrique », argumente Marwane Fachane, qui accompagne Eco-Heat pendant son incubation à Dare Inc, incubateur de startups sociales basé à Rabat.

Pour concrétiser sa mission sociale, la jeune pousse a remodelé sa politique de prix. Les sacs sont facturés 350 MAD (35 USD) pour la clientèle urbaine et 70 MAD (7 USD) pour celle rurale.

Les sacs de la startup permettent également de conserver les aliments froids ou chauds pendant une durée de 5 heures. Un attribut qui pourrait intéresser les entreprises du secteur de la restauration et de la livraison.

« Eco-Heat est un produit innovant qui pourrait être adapté au secteur de la restauration et particulièrement au segment de la livraison. Un des défis majeur de la “food delivery” est la conservation et le maintien des produits. La promesse d’isolation thermique du sac Eco-Heat me semble intéressante et je serai prêt à travailler avec l’équipe pour ajuster leur sac au segment de la livraison », explique à Wamda, Bilal Baguennou, entrepreneur dans la restauration qui a manifesté un intérêt pour Eco-Heat.

Othmane Benhlima qui explique le concept d'Eco-Heat aux jeunes lors du Moroccan Solar Festival

Bâtir une force de vente

Actuellement, la startup emploie 11 salariés et a une capacité de production de 200 sacs par mois. Elle a réussi à vendre 150 unités au Maroc et 130 au Sénégal.

« Comme toute startup qui débute, le défi majeur rencontré est de pénétrer le marché. Nous essayons donc d’établir des contrats dépôts de vente, des contrats fournisseurs, ainsi que des partenariats pour atteindre nos clients de la façon la plus efficace », commente Othmane Benhlima.

Ce défi est relevé également par Marwane Fachane. « Avant de croître, l’équipe a besoin de bien roder la roue de la vente et de l'expérience utilisateur. Cela leur permettra de capitaliser sur les réels succès du produit pour le faire connaître auprès de tous », analyse t-il.

Pour croître de manière équilibrée, la startup compte renforcer à la fois sa capacité de production et sa force de vente. « Nous comptons passer à une production de 1000 sacs par mois à l'horizon de 2022. Pour la distribution, nous sommes entrain d'élaborer un réseau d'ambassadeurs dans plusieurs villes qui seront chargés à la fois de la promotion et de la distribution dans leurs entourages. Ces ambassadeurs ont déjà leurs propres réseaux de clients fidèles, chose qui rend la communication encore plus facile et plus efficace »,  conclut Soumia Hasnaoui, cofondatrice d’Eco-Heat.

 

Lire en

Catégorie Media

Pays

Partager

Articles similaires