4 Marocains veulent devenir le Alibaba de l’Afrique

Lire en

Travailler dans les secteurs de l'énergie et de l'industrie dans divers pays africains a aidé Niama El Bassunie, une entrepreneuse née à Casablanca, à découvrir les problèmes de commerce auxquels ces marchés sont confrontés. Elle s'est rendue compte que les acheteurs trouvent souvent des difficultés pour obtenir des réponses de leurs fournisseurs ou établir une transaction sécurisée, à cause d’un manque d’infrastructures pour le commerce en ligne.

Avec son collègue Mehdi Daoui, qui a travaillé à la banque à la Banque Populaire en Guinée, elle a décidé de créer une plateforme qui relie les acheteurs et les fournisseurs. Ils ont également collaboré avec la société d'assurance Coface pour éviter les risques de fraude et garantir une transaction sécurisée.

Leur modèle a été inspiré par le géant chinois Alibaba qui a commencé avec le commerce B2B avant de devenir une plateforme de commerce électronique plus grande.

Pour Niama El Bassunie, cette expérience dans le commerce n’était pas la première. Elle a lancé en 2010 Waystoenergy qui était plus spécialisée dans le traitement de l'huile de cuisine usée. Elle a ensuite modifié l'orientation de sa startup, en passant du commerce axé sur l'énergie au commerce en général,car elle s’est rendue compte que les clients cherchaient avant tout des facilités de commerce pour des produits plus génériques. C’est alors qu’elle a lancé Waystocap.

Fondée en 2015, Waystocap est une plateforme de trading B2B qui s'adresse au marché africain. Le site web aide les entreprises de tout le continent à acheter et à vendre des produits comprenant l’agroalimentaire, les appareils ménagers, le multimédia, et même des produits pour la maison et la cuisine.

L'équipe Waystocap (Images via Waystocap)

Environ 90 % des bénéfices de Waystocap proviennent du commerce agroalimentaire, mais la startup met aussi en vente, le charbon de bois, les peintures, les lampes à led et le textile. Selon Bassunie, avec un potentiel de 720 milliards de dollars pour le commerce transfrontalier en Afrique, le marché sur lequel joue Wastocap offre de grandes opportunités pour se développer davantage.

Le défi majeur consiste à financer le commerce transfrontalier où il y a un décalage important entre les paiements et la livraison de biens et de services. En l'absence du processus de “trade for financing”, le commerce international serait intimidant car la distance et les différences institutionnelles entre les partenaires commerciaux dans différents pays rendent difficile l'exécution des contrats. Les gens travaillant dans le commerce possèdent beaucoup de cash flow mais ont du mal à l’écouler pour faire du commerce à cause des problèmes administratifs et d’un manque d’infrastructures adéquates pour le commerce en ligne.

Tous ces obstacles ont amené l'équipe de quatre personnes, dont Bassunie, le COO Daoui, le directeur des ventes Anis Abdeddine et le CTO Aziz Jaouhari Tissafi, à lancer cette startup et à la soutenir via des clients fiables. Ils ont commencé financièrement avec le bootstrapping. L'investissement initial n'a pas été divulgué.

Assurer le processus commercial

Waystocap offre un commerce sécurisé, une qualité de produit sécurisée et un paiement sécurisé via une banque partenaire dont le nom n’a pas été divulgué. Waystocap facilite le processus commercial sans jouer le rôle du fameux intermédiaire, dont le nombre souvent élevé freine souvent le cycle du commerce en Afrique. « C'est un problème en Afrique. Beaucoup de gens ont de l'argent, mais quand ils veulent commercer, ils doivent passer par de nombreux intermédiaires et des acteurs locaux, ce qui fait souvent perdre de l'argent et du temps, puisqu'il n'y a pas de plates-formes en ligne ou d'entreprises qui couvrent l'ensemble du territoire en B2B », a déclaré Daoui.

Waystocap prend une commission chaque fois que la transaction est terminée. Cela coûte moins cher que l'utilisation de plusieurs intermédiaires. Les frais de la commission peuvent atteindre jusqu'à 2% lorsque le commerce concerne des produits qui ont des prix fixes sur le marché, comme les conteneurs en plastique que Waystocap vend sur la plate-forme, par exemple. Le prix de la commission peut varier plus ou moins lorsque le prix comme celui du sucre ou de l’huile change à l'échelle internationale.

Waystocap laisse le client autonome une fois que le produit a atteint la phase d'exportation ou de livraison.

« Nous ne traitons pas la livraison. Notre travail consiste à fournir la passerelle de paiement, mais ensuite, les acheteurs et les vendeurs devront s'occuper de la transaction par eux-mêmes », a ajouté Daoui. La plate-forme ne facilite que le commerce mais n'interfère pas dans la transaction.

Pour éviter toute fraude, un défaut de paiement ou des clients non sérieux, les acheteurs potentiels et les vendeurs sont soumis à une évaluation avant de rejoindre la marketplace et de commencer à l'utiliser. Ils vérifient avec leurs réseaux de banques pour s'assurer que les clients ont une bonne réputation, a déclaré Daoui. Le commerce se fait toujours en franc CFA de l'Afrique de l'Ouest puisqu'il s'agit de la monnaie commune cette partie du continent.

Le Demoday de Waystocap avec le programme d'Y Combinator. 

Financement et expansion

Waystocap a candidaté en 2015 au programme de l’accélérateur Y Combinator à San Francisco.« Ils nous ont aidés à tester le concept à plusieurs reprises avant d'avoir le produit parfait. Ils nous ont également aidé pour la traction et trouver un réseau comme avec Coface par exemple » a déclaré Bassunie. La startup est également la première startup marocaine à être incubée aux États-Unis.

Plus qu'un programme d'accélération, l'équipe a terminé son année avec la levée de fonds de Y Combinator, d’un montant de 3 millions de dollars en juin dernier, alors qu'ils ne s’attendaient à récolter qu’ 1 million de dollars indique Daoui. « Le fait que les gens croient en nous a également apporté beaucoup de clients potentiels. Cela a été important pour le partenariat avec la compagnie d'assurance: si quelque chose ne va pas dans l'une des transactions, comme une fraude qui se produit, la société perdra moins d'argent parce qu'elle a une certaine assurance d’avoir un portefeuille d'autres clients », a déclaré Daoui.

Avec leurs nouveaux fonds, la startup envisage d'étendre sa portée en Afrique de l'Ouest et au Sud. Elle devra aussi compter sur la présence de conccurrents potentiels comme les pages jaunes d'Afrique et le portail B2B basée en Afrique du Sud qui a déjà enregistré 62 000 clients sur sa plate-forme.

À l'heure actuelle, l'équipe de Waystocap compte 21 employés et possède des bureaux à Casablanca et au Bénin.

Feature image via Pexels.

Lire en

Pays

Partager

Articles similaires