Comment la Tunisie pourrait devenir le pays des ‘justice startups’

Lire en

Et si la justice fonctionnait mieux en Tunisie grâce aux startups? Cette question a été posée par Hiil, une entreprise sociale à but non lucratif basée aux Pays-Bas, et qui fournit un programme d'accélération pour les startups innovantes en matière justice. Hiil effectue également des enquêtes sur les besoins et les taux de satisfaction des utilisateurs du système de justice, y compris l'accès aux avocats, les procédures légales et les litiges de conflits, etc.

Connor Sattely, en charge du programme d'accélération à Hiil, est venu le 28 juillet dans l'espace de coworking tunisien Cogite, pour présenter le dernier rapport produit par Hiil sur les besoins de la justice en Tunisie en 2017. Le document fournit les données sur la justice en Tunisie, compilées suite à des entretiens avec 6.700 Tunisiens en 2016: 41% des répondants ont déclaré avoir été confronté à un ou plusieurs problèmes légaux au cours des quatre dernières années.

« Pourquoi pour nous, le moment est opportun pour une vague d'innovations en matière de justice en Tunisie? Parce que les officiels y sont favorables », a déclaré Sattely. Il a expliqué qu'ils ont présenté le rapport au ministre de la Justice et l'Association du Barreau en Tunisie et qu’ils ont eu des retours positifs.

Il a ajouté que Hiil aide les startuppers avec un financement sans équité, et un soutien financier de 20 000 euros (environ 23 000 $ US).

Les données fournies par le rapport détaillent les besoins en matière de justice des citoyens tunisiens, comme la résolution de problèmes liés à l'emploi. Ceux-ci incluent les employés non rémunérés et les harcèlements, qui constituent l'injustice la plus élevée que le rapport met en évidence (jusqu'à 31% des conflits légaux sont liés à l’emploi). D'autres besoins concernent également les services publics (18%) et les problèmes entre voisins (15%). Les données révèlent également que 80 % des Tunisiens ne consultent pas un avocat lorsqu'ils sont confrontés à un problème juridique et qu'ils préfèrent tenter de s’en occuper de façon informelle.

« La plupart de ces statistiques mettent en évidence les besoins et encouragent les entrepreneurs à tenter de trouver des solutions », a ajouté Sattely qui a cité plusieurs exemples de startups de la justice que Hiil a soutenus dans d'autres pays.  Legal Advice Middle East basée à Dubaï, une plateforme qui fournit une aide juridique pour les étrangers à Dubaï en anglais, Legal Alarm en Ukraine et MSME Garage en Ouganda, les applications anti-policières et Five-O, une application de transparence policière à Atlanta aux États-Unis. Hiil soutient également une plateforme en Suisse qui aide les gens à se connecter avec leurs élus et à défendre les politiques dans lesquelles ils croient.

« Plusieurs entrepreneurs créent des startups qui répondent à un besoin lié à la justice, mais ils ne s’en rendent pas forcément compte ou ce n’est pas en première ligne de leur présentation » ajoute Sattely. « La médiation entre communautés est un exemple de la façon dont les startups essayent de résoudre un problème localement et de faire face à la justice », a-t-il déclaré.

La mission de Hiil est de permettre à 150 millions de personnes dans le monde d’empêcher ou de résoudre leurs problèmes légaux les plus pressants d'ici 2030.

HiiL  a présenté son rapport le 28 juillet à l'espace de Coworking de Cogite (image via the HiiL)

Savoir durer sur le long terme et bien s’entourer

La méfiance généralisée envers le système judiciaire, la lenteur des procédures et la question de la corruption représentent des problèmes additionnels dans l’accès des Tunisiens à la justice. Ils ont été abordés dans le rapport et par le public lors de l’événement à Cogite.

Comment une startup peut-elle fonctionner dans de telles conditions?

« Vous devez apprendre à vous construire de façon alternative. Pendant les six premiers mois, vous travaillez hors des radars, sur un réseau de médias et de personnes qui vous soutiendront par la suite », a déclaré Sattely en faisant valoir que Hiil est ouvert à soutenir les initiatives souterraines et à fournir une certaine protection aux startups prêtes à aborder des sujets tabous ou sensibles tels que le harcèlement sexuel ou la corruption policière .

Hiil a fait un appel à candidatures pour son programme d'accélération et encourage les Tunisiens à s'inspirer des données fournies par l’étude, ce qui pourrait susciter beaucoup d’idées pour de futures startups.

Chaque entrepreneur tunisien avec une idée innovante peut postuler jusqu'au 4 juillet.

Certains jeunes entrepreneurs qui ont participé à un hackathon introductif organisé par Hiil au début de 2017, croient que l'opportunité de changer la donne existe mais la question reste de savoir par où commencer.

« Le rapport nous a donnés les statistiques dont nous avions besoin pour donner la priorité à [une catégorie], car nous sommes tous conscients des problèmes d'injustice, mais nous ne savions pas lequel était le plus important ou le plus fréquemment rencontré », a déclaré Rebecca Gluhbegovic, responsable de bureau au Centre tunisien d'entrepreneuriat social à Mahdia.

Elle et son équipe, un étudiant en droit, un ingénieur et un dentiste, vont postuler au programme d'accélération de Hiil avec l'idée d'une plate-forme qui rassemblerait, visualiserait et simplifierait toutes les données sur les lois en Tunisie, à travers une bande dessinée ou un jeu. « La partie intéressante est que lorsque nous avons réfléchi à cela, nous avons réalisé que les équipes de Sidi Bouzid et Kasserine (deux villes tunisiennes plus centrales-ouest) avaient la même chose à l'esprit, ce qui renforce l’idée que le besoin est national et pas juste local », a déclaré l’étudiante en droit Norhene M'sakni.

Les autres entrepreneurs qui ont participé à l'événement font parfois déjà partie d'entreprises qui traitent indirectement de l'accès au droit. Adnen Belhaj, par exemple, travaille dans une entreprise qui s'occupe des procédures juridiques engagées lors de la création d'une startup ou d'une ONG. L’entreprise s’occupe de toute la paperasse en moins d’une semaine pour la première et deux mois pour la seconde.

« Nous sommes venus à l’événement chercher des idées sur la façon de numériser nos services et de trouver des sources pour les financer », a-t-il déclaré après la présentation.

« À l'échelle mondiale, l'innovation en matière de justice est un peu comme la tendance dont vous n'avez pas encore entendu parler, mais je suis sûr que nous verrons des choses géniales se passer ici en Tunisie d’ici quelques années », a déclaré Sattely. Hiil se concentre maintenant sur le Moyen-Orient et l'Afrique et mènera cette année une étude sur les besoins de la justice au Liban.

Feature image via Flickr
 

Lire en

Pays

Partager

Articles similaires