Le recyclage du plastique, un secteur à risque pour les entrepreneurs algériens

Lire en

Le taux de chômage en Algérie qui est de 10,5%, atteint près de 27% des jeunes et 20% des femmes, selon les chiffres publiés par le Fonds monétaire international en 2016.

Besma Belbedjaoui, 33 ans, diplômée algérienne titulaire d'un diplôme en génétique et biologie moléculaire et un autre en communication et marketing, a eu le même sort que de nombreux Algériens, alors qu'elle cherchait un emploi pendant deux ans, sans succès.

Face à l’impasse du chômage, elle décide de créer une startup qui serait utile à son pays.

Au cours de sa vie quotidienne, elle s’aperçoit que beaucoup de personnes connues sous le nom de « chiffonniers » (personnes qui collectent et vendent des ordures) trient les déchets et vendent ce qu'ils collectent aux usines. Pour elle, cela était similaire à une chaîne de production économique. Cependant, tout se faisait dans l’ informel et les autorités publiques n'intervenaient pas ou n'interagissaient pas correctement.

Le pays a produit 16 millions de tonnes de déchets pour l’année 2016. Comme de nombreux pays en Afrique, l'Algérie utilise encore des emballages en plastique et des sacs dans les supermarchés, par exemple. Cinq millions de sacs en plastique sont produits dans le pays et seulement 5% des déchets sont recyclés. En 2017, la Tunisie a interdit les sacs en plastique à usage unique dans les supermarchés pour lutter contre le phénomène.

Selon les chiffres de l'Agence Nationale des Déchets, Belbedjaoui a constaté que le marché du recyclage des déchets en Algérie pourrait représenter 530 millions de dollars, en d'autres termes, une excellente opportunité commerciale, en plus des activités gazières du pays. Elle a donc décidé de lancer Plasticycle en 2011, une startup qui recycle le plastique en Algérie.

La machine de recyclage de Plasticycle (Images via Plasticycle)

Inaugurer une nouvelle façon de faire de l’argent avec des déchets

« La partie la plus délicate était que tout ce secteur était nouveau en Algérie. Je devais trouver le fournisseur pour les outils de recyclage et élaborer une chaîne de production, » a-t-elle déclaré à Wamda.

Pour lancer son concept, elle a utilisé ses économies personnelles et a obtenu un prêt pour un montant non divulgué de l'ANSEJ Agence nationale de soutien à l'emploi pour les jeunes. De tels prêts se situent entre 5 à 10 millions de dinars algériens (entre US $ 46 000 et 90 000 $), selon le site web de l'agence.

Faire face à trois défis

Elle a commencé sa startup et son usine à Constantine, une ville située à l'est de l'Algérie, où 50% des entreprises produisant des déchets plastiques sont basées. « C'était une opportunité à saisir parce que personne ne s'intéressait vraiment à ce marché à cette époque », a-t-elle déclaré.

Le premier défi qu'elle a surmonté était de trouver la machine à recycler, qu'elle a importé de Chine. Elle a collecté des déchets de granulés de polyéthylène téréphtalate (PET), puis les broie dans son usine. Les déchets sont lavés, séchés et transformés en granulés. Une fois cela fait, elle les vend aux entreprises qui les utilisent pour fabriquer du textile ou de l'emballage. Belbedjaoui n'a pas divulgué le prix de vente.

Malgré les luttes et les obstacles, la société a maintenant cinq employés à temps plein, faisant des bénéfices et ne cherche pas à collecter des fonds, selon Belbedjaoui.

Elle travaille actuellement avec six entreprises, y compris Accor Hotels. Elle achète ses déchets, les raffine et les revend. Elle achète le kilo pour 28-30 dinars algériens (0,25 $ US - 0,27) et les revend à 100 dinars (0,9 $ US), comme elle l'a révélé dans une interview en 2013.

Cependant, le processus est souvent menacé par le monopole de l’informel et des collecteurs qui fouillent à travers les poubelles, choisissent et collectent les déchets, puis les revendent à des gens comme Belbedjaoui. « Ce sont eux qui imposent les prix. Nous devons payer les déchets, donc c'est un marché très instable. Comme il n'y a pas de réglementation, les prix peuvent augmenter chaque fois que les collecteurs le souhaite », a déclaré Belbedjaoui.

L'achat auprès des entreprises du secteur privé qui les mettent aux enchères peut revenir à des prix plus élevés, ce qui atteindrait jusqu'à 120 dinars (1,09 $ US) par kg. Cela renvoie Belbedjaoui à de toute façon de voir recourir au secteur informel, qui peut également manipuler les prix.

L'usine peut traiter 1,2 tonnes de déchets par jour et sa production quotidienne de granulés est de 300 kg. Cependant, elle ne peut pas atteindre cette capacité lorsqu'elle ne peut pas acheter de déchets.

Le dernier défi de Belbedjaoui était sa jeunesse et sa solitude quand elle s’est lancée dans cette aventure. « J'avais 26 ans quand j'ai commencé ma startup. Personne n’a compris mes ambitions dans ma famille. Il était également difficile d'expliquer ce que je faisais car il n'existait pas réellement. Je me suis senti vieillir de dix ans en un an », a-t-elle ajouté.

Le manque d'intervention gouvernementale

Pour Brahim Djemaci, professeur d'université qui a étudié l'utilisation des déchets en France et en Algérie, les problèmes rencontrés par Belbedjaoui sont similaires à ceux d'autres entreprises dans le domaine du recyclage en Algérie.

En France, Eco-Emballage, par exemple, est une société gouvernementale qui couvre la majeure partie du coût de recyclage des entreprises qui produisent des déchets. Ensuite, après le tri et la collecte, la société vend les produits à la société de recyclage. Le programme est financé à 80% par des taxes imposées aux entreprises produisant les déchets.

« Il n'y a pas de procédure nationale claire pour le recyclage des déchets en Algérie malgré le fait que le gouvernement ait signé plusieurs programmes tels que le ECO JEM par exemple », a déclaré Djemaci. Inspiré par le modèle français et dans le cadre du programme ECO JEM, le gouvernement était censé imposer de faibles taxes sur les entreprises qui produisent du plastique, afin de garantir les coûts essentiels du processus de recyclage. Cependant, cela n'a jamais fonctionné en Algérie parce que le gouvernement n'a pas précisé le montant de la taxe due.

« En Algérie, la plupart du secteur du tri et de la collecte appartient au secteur informel. Il est donc difficile pour entreprises de recyclage de prospérer », a ajouté Djemaci. Le dernier nombre de travailleurs informels collectant des déchets était de 20 000 en 2008, selon une étude de Djemaci.

Le début d'un écosystème

L'engagement de Belbedjaoui lui a permis néanmoins d'apaiser ses doutes et ses insécurités. Elle a non seulement été en mesure de vendre les déchets transformés aux entreprises industrielles, mais aussi de soutenir les petites entreprises à adopter son approche, de sorte que le marché puisse réellement se construire.

Besma Belbedjaoui

« Il existe environ 200 entreprises en Algérie qui s'occupent des déchets. Cela nous permet de faire pression devant le gouvernement et les industriels afin que davantage de personnes se sensibilisent à la question des déchets plastiques en Algérie », a-t-elle déclaré.

Belbedjaoui ne considère pas les nouvelles entreprises comme une concurrence, mais plutôt comme des partenaires qui pourraient aider à créer un écosystème. Sa prochaine étape conduira à faire que ses compatriotes adoptent un comportement plus vert et soient conscients des problèmes liés aux déchets plastiques. Bien que le tri sélectif n'existe pas actuellement dans les foyers algériens, Belbedjaoui espère que cela se produira ainsi qu'une politique gouvernementale plus consciencieuse de l’impact environnemental.

Feature image via Plasticycle
 

Lire en

Pays

Partager

Articles similaires