Les plateformes en ligne facilitent la production d’une science arabe

Lire en

Nous avons tous fait face à la tâche difficile de mémoriser les fonctions du cerveau et du cœur pour réussir nos examens dans les matières scientifiques. L'amateur égyptien de science, Ahmad Sameer, a également été confronté à la même lutte, mais à présent, il pose des questions différentes de celles auxquelles nous avons dû répondre lors de ces tests. « Comment pouvons nous lire dans l’esprit des gens? » ou « L’amour peut-il vraiment tuer?»

De telles questions ont fait les titres d'épisodes sur Egycology, une chaîne YouTube que Sameer a lancé avec son ami au début de 2015 pour rendre la science plus proche du quotidien des gens.

 
Edtech essaye de combler les fossés liés à l'éducation dans la région MENA. (Image via Stockvault)

« Il existe une idée préconçue selon laquelle la science ne peut être apprise que via des lectures ennuyeuses ou des ouvrages infestés de jargon », a expliqué Sameer dans une interview à Wamda.

Il se référait à son ambition de remplacer cette impression de la science par une vision plus positive en produisant des vidéos de 10 minutes. Depuis qu'ils ont lancé la chaîne, Sameer et ses quatre partenaires ont réussi à attirer environ 140 000 abonnés.

Egychology est un exemple d’initiative parmi d’autres qui se sont multipliées au cours des six dernières années dans la région MENA pour produire du contenu scientifique numérique en arabe. D'autres exemples incluent les chaînes YouTube Aldaheeh, Hal Ta’lam?, Espetalia, et Ta’amal Ma’i, auxquels s’ajoutent des sites web qui font de la traduction comme I believe in Science,  Phi Science, Real Sciences, et Syrian Researchers, et des podcasts tels que Tesla, Ilm FM et Scientific American.

La signification de ces initiatives réside dans le besoin de la région d’un projet qui peut la tirer vers le haut et faire oublier ses piètres performances scientifiques. La négligence de la région vis à vis des travaux scientifiques est apparue d'abord dans les résultats TIMMS 2015 dans lesquels les neuf pays arabes participants ont été classés en dernier. Il ressort également de la très faible contribution de la région à la R & D, qui atteint 2,3% en 2015, un pourcentage incomparable pour d'autres régions, en particulier l'Asie, dont la contribution atteint 41%.

 

La science en arabe?

 

La langue anglaise prédomine la recherche scientifique dans le monde entier. Cela affecte la diffusion du contenu scientifique dans les pays arabophones où l'alphabétisation en anglais est la plus mauvaise par rapport aux autres régions.

« Nous ne pouvons pas espérer que tous les Arabes apprennent l'anglais juste pour qu'ils puissent comprendre la science, nous devons leur apporter de la science en arabe », a expliqué Sari Sabban, l’auteur du podcast scientifique Ilm FM lors d'une interview avec Wamda. « Nous devrions personnaliser l'éducation sur mesure, en particulier la science, et l’adapter à notre culture plutôt que l’inverse », a-t-il expliqué.

 
La langue anglaise domine la recherche scientifique au niveau mondial.
(Image via Stockvault).

Sabban estime que la disponibilité de plates-formes web 2.0 gratuites ou abordables a encouragé des personnes comme lui à lancer leur propre initiative locale, surtout après qu'il soit devenu plus facile de programmer des sites en arabe. Le faible coût de faire des podcasts est ce qui a principalement motivé Sabban et son collègue pour se lancer.

« La science, par défaut, n’est pas beaucoup suivie et commence lentement à prendre de l’importance, avoir des plateformes à faible coût nous permet de prendre de plus grands risques, ou de survivre plus longtemps jusqu'à ce que nous construisons une fanbase », a déclaré Sabban.

Essam Fawwaz, le chef de la direction de I believe in Science, qui publie des articles scientifiques, des infographies et des vidéos en arabe, est d'accord sur l'importance de produire du contenu scientifique arabe. Fawwaz confirme que « la publication en arabe permet aux Arabes de suivre les progrès scientifiques, en particulier puisqu’ils ont été absents du radar depuis si longtemps, cela contribue également à atténuer l'inégalité entre les locuteurs arabophones et les locuteurs d'autres langues .»

En conclusion, il semble que le contenu scientifique en ligne en arabe émerge et donne de l'espoir à l'état de la recherche scientifique, encore lent à se développer dans la région. Mais avec l'absence de financement, les initiatives scientifiques pourront-elles continuer à fournir du contenu et satisfaire leur audience? Et la région pourra-t-elle obtenir de meilleurs résultats dans les indicateurs universels?

 
Feature image via Pixabay.

Lire en

Catégorie Media

Pays

Partager