La startup tunisienne qui fait des robots pour les humains

Lire en

Quand Anis Sahbani a quitté son poste de professeur d'université en France pour démarrer une start-up de fabrication de robots en Tunisie, la moitié de ses amis l’ont pris pour un fou et l'autre moitié pensait qu'il parlait de robots de cuisine.

Mais à 40 ans, Anis était prêt à abandonner sa carrière dans la recherche pour construire Enova Robotics.

« Au cours de mes recherches pour ma thèse, j'avais beaucoup lu sur les débats en cours sur la compatibilité entre les robots et les humains dans les années 90 et mon objectif était de créer des robots qui pourraient aider ou assister les êtres humains, et non les remplacer », a-t-il déclaré à Wamda.

En 2014, l’idée de fabriquer lui-même ses robots plutôt que d’enseigner la robotique commence à prendre concrètement la forme d’une startup.

Le robot de surveillance et sécurité Pearlguard. (Images via Enova Robotics)

Une course aux obstacles pour lancer sa startup

Avec cinq partenaires financiers et un fonds de 50.000 euros (53.000 dollars américains), il choisit de retourner dans son pays natal car la production coûtera moins chère qu’en France. Mais Anis ne s'attendait pas aux difficultés administratives qui suivent sa décision.

« J'ai créé l'entreprise et loué un bureau, puis, pendant plus de six mois, je n'ai pas pu commencer quoi que ce soit parce qu'un papier manquait, que la banque bloquait ou qu'un ministère n'était pas d'accord avec un autre ministère. Cela aurait pu être un flop total pour ma compagnie si je n'avais pas eu l'argent pour continuer, » commente-t-il.

En Tunisie, les entrepreneurs sont souvent confrontés aux obstacles bureaucratiques. Mais pour Anis, qui avait quitté le pays pour poursuivre une thèse sur l'intelligence artificielle quand il avait vingt ans, l’entrée dans le monde des affaires s’est révélé un dur apprentissage où tout se joue à l’expérience du terrain.

« J'ai beaucoup appris en tant qu'entrepreneur et maintenant que ça marche, je ne le regrette pas.»

Aujourd’hui, son bureau de 15 employés est situé dans un incubateur d'entrepreneurs, dans la technopôle de Sousse, une ville balnéaire près de Tunis.

Des robots pour des gens ordinaires

Le premier robot qu’il conçoit s'appelle Ogy. Il est créé pour aider les gens à accomplir des tâches quotidiennes dans leur maison, comme le rappel d’une prise de médicaments par exemple. Né deux mois après le lancement de l'entreprise, Ogy a des airs du robot Sphéro dans Star Wars. Il sera lancé sur le marché cette année.

Ogy, premier prototyoe du robot domestique. (Image via Enova Robotics)

« J'aime l'idée que les robots sont nos amis », raconte Anis dont les références vont du film d’animation Les Nouveaux héros à l’auteur de science-fiction Isaac Asimov. « Je suis très investi dans la discussion en cours sur les robots et l'humanité via le secteur associatif. Par exemple, notre entreprise a choisi de ne pas créer des robots qui ont l'apparence d'un être humain, pour des question d’éthique ».

La seule exception qu'il a faite était avec le nouveau modèle d'Ogy, pour le marché japonais, le prototype à la forme d’un chat. « Le public japonais est plus aguerri à la culture des robots pour accueillir de nouveaux prototypes.»

Ensuite est venu Mini Lab, un robot conçu pour les professeurs qui enseignent la base de la robotique et de l'intelligence artificielle directement via un robot au lieu d'un ordinateur, Pearlguard pour surveiller les sites industriels; Et E Touch Boot pour assister les personnes âgées dans leurs tâches domestiques.

Anis a vendu 30 unités du Mini Lab aux universités et aux laboratoires de recherche en Europe, il est en train de signer des contrats pour le robot Pearlguard.

« Nos clients aujourd'hui [pour le robot Pearlguard] sont principalement des entreprises de sécurité. Le premier robot a été acheté par Panthera Group, et nous avons signé un contrat pour fournir 30 unités pour les deux prochaines années », a déclaré Sabahni.

La Tunisie n'a pas de marché pour les robots, donc le bénéfice d'Enova, 300.000 euros (US $ 318.000) l'année dernière, provient des États-Unis et de Europe.

Pour Raja Chatila, professeur de robotique et directeur de l'Institut des systèmes intelligents et de la robotique en France, les raisons pour lesquelles aucun pays de la région MENA n'a encore développé une industrie de la robotique sont multiples: problèmes de coût, de demande, et de marché.

«Tout d'abord, il s'agit d'un marché dont la croissance est récente. Même en Europe et aux États-Unis, il n'a que vingt ans. Ensuite, pour la robotique industrielle, vous avez besoin de beaucoup d'argent pour la développer et certains pays sont déjà leaders sur ce domaine comme le Japon ».

Si la robotique peine à se développer dans la région Mena, Anis Sabahni peut se targuer d’être parmi les premiers à avoir instauré une entreprise conceptrice de robots “made in Tunisie” et entièrement exportatrice. « Mais je ne perds pas espoir de conquérir un jour le marché africain et moyen-oriental » dit-il.

 

Feature image via Enova Robotics. 

Lire en

Pays

Sponsorisé par

Challenge22

Partager

Articles similaires